Actualités

Retrouvez toutes l’actualités de l’Aveyron, par l’intermédiaire des flux RSS des quotidiens aveyronnais

Loisirs

Toutes les sorties à faire sur le département

Politique

Sports

Toute l’actualité sportive du département

Vidéos

Toutes les vidéos parlant de l’Aveyron sur Youtube

Accueil » Archives par Tags

Articles tagués avec: Les verts

Europe Écologie Midi-Pyrénées lance sa campagne à Toulouse
14 décembre 2009 – 14 h 23 min | Pas de commentaire

C’est le samedi 5 décembre que s’est déroulé à Toulouse au Ramier la Convention Europe Ecologie Midi-Pyrénées. Cette Convention lançait en fait la campagne pour les prochaines élections régionales des 14 et 21 mars prochains.

A cette occasion, le porte-parole d’Europe Ecologie Midi-Pyrénées, Gérard Onesta, ancien vice-président du Parlement Européen, est devenu officiellement le tête de liste d’Europe Ecologie pour notre région.

Les 40 animateurs des listes dans les départements ont également été désignés. Ces animateurs dont les noms ont été donnés dans un ordre qui ne sera pas obligatoirement celui de la liste et qui ne présume en rien de ceux qui iront au Conseil Régional si vous nous faite confiance, seront chargés d’animer la campagne électorale.

Pour l’Aveyron, les quatre animateurs sont Marie-Françoise Vabre de Rieupeyroux, Jean-Louis Calmettes de Decazeville (Les Verts), Josiane Marty (Parti Occitan) de Naucelle et Yves Frémion de Saint-Jean-de-Bruel (Les Verts). Les autres noms de la liste seront connus dans la deuxième quinzaine de janvier. On peut déjà dire que José Bové figurera en dernière position sur la liste de l’Aveyron.

De nombreuses réunions seront programmées dès janvier dans notre département.

Cette Convention régionale s’est déroulée dans une excellente ambiance. Vous pourrez le constater dans cette vidéo où l’on découvre à la fin un des nombreux talents cachés de Gérard Onesta.

Vous pouvez retrouver et télécharger le premier document de campagne en cliquant ici

Tous à Toulouse le 5 décembre à la Convention Europe Ecologie
22 novembre 2009 – 11 h 33 min | Pas de commentaire

affiche-convention.JPGEurope Ecologie Midi-Pyrénées est le rassemblement de citoyen-nes né d’une ambition : fédérer le « peuple écologiste » en vue des élections régionales des 14 et 21 mars 2010 avec des candidat-e-s dans les huit départements, autour de personnalité-e-s et de militant-e-s issu-e-s du monde syndical, associatif ou de mouvements politiques

Construisons ensemble une Eco-Région !

Face aux crises qui touchent la planète, face aux politiques mises en place, toujours plus libérales, destructrices des emplois, des milieux ambiants en ville ou en zone rurale, face à un modèle productiviste qui cumule les échecs, Europe Ecologie Midi-Pyrénées proposera au mois de mars 2010 son Contrat Ecologiste pour Midi-Pyrénées : vers une nouvelle Gouvernance, vers une Eco-région, vers une ré-orientation de l’économie créatrice d’emplois et respectueuse de l’environnement et des rapports sociaux.

Retrouvez-nous le 5 décembre à 15h00 à la salle Le Ramier à Toulouse, pour notre grande Convention en présence de Gérard Onesta (porte-parole d’Europe Ecologie Midi-Pyrénées), José Bové, Michèle Rivasi, Catherine Grèze (Eurodéputé-e-s Europe Ecologie Verts/ALE), les animatrices et animateurs de la campagne, les Comités Locaux Europe Ecologie et bien entendu nos futurs candidates et candidats, ainsi que des invité-e-s surprises.

 

Vous avez aimé les Européennes ?

Vous adorerez les Régionales !


De 15h00 à 19h00 au Ramier à Toulouse

Journées ouvertes à toutes et à tous

 

Concert gratuit à 19h30 avec les Malpolis

Métro : ligne B, arrêt Palais de justice – Bus : 1, 12, 52 – Périf : sortie 24

Pour des renseignements ou du covoiturage, contactez vos référents sur vos départements en cliquant ici

Ultimatum climatique : mobilisation à Rodez
8 novembre 2009 – 17 h 00 min | Pas de commentaire

Canopée organisait hier à Rodez la première mobilisation aveyronnaise pour demander aux chefs d’Etats présents au Sommet de Copenhague sur le Climat des engagements ambitieux, équitables et contraignants.

Environ 200 personnes avaient répondu à cette mobilisation malgré la pluie.

Vous pouvez toujours signer l’Ultimatum climatique ici.

Ci-dessous, un petit film sur cette mobilisation aveyronnaise

 

 

Voir l’article de La Dépêche du Midi :

Pétition et marche pour sauver la planète

Et celui de Midi Libre :

Climat : l’heure de la mobilisation a sonné

Ultimatum Climatique, tous à pied ou à vélo devant la cathédrale de Rodez
28 octobre 2009 – 7 h 36 min | Pas de commentaire

Climate.jpgJ – 51. Début décembre, les chefs d’état vont se réunir à Copenhague (Danemark), lors de la Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique afin de formuler un nouveau traité sur le climat.

 

Il s’agit de la meilleure occasion dont nous disposons pour avoir une influence sur ce traité. L’association Canopée appelle à un rassemblement pour exiger de nos dirigeants un accord ambitieux, équitable et contraignant à Copenhague, à la hauteur de la catastrophe climatique annoncée par Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies : « J’ai observé la sombre réalité du changement du climat de mes propres yeux… L’Arctique se réchauffe plus rapidement que n’importe quel autre endroit sur Terre… Nous avons le pied sur l’accélérateur et nous nous dirigeons vers un abîme »

Pour Yvo de Boer, le plus haut responsable pour le réchauffement climatique auprès de l’ONU : «  Si les organisations écologistes pouvaient entraîner tous leurs membres dans la rue avant Copenhague, cela serait incroyablement utile. » -.

Comment participer ?

Venez nombreux au rendez-vous, en famille ou avec des amis, en vélo ou à pied, nous ferons ensemble un tour de ville symbolique et convivial pour montrer que nous sommes tous concernés par le Changement climatique. Chacun pourra signer l’appel.

Le rendez-vous est fixé le Samedi 7 Novembre à 9H 45 devant la cathédrale de Rodez

Vous vous sentez concernés ? C’est le moment de le dire !

Merci de mobiliser vos proches.

Objectif: remplir la Place d’Armes!

Pour plus de visibilité, chacun pourra se munir d’un gilet de sécurité jaune fluo pour la ballade.

Canopée a également invité, individuellement tous les élus de la région de Rodez, à venir signer l’appel. N’hésitez pas à relayer ce message auprès de vos élus locaux.

Si vous ne pouvez pas venir, vous pouvez signer l’appel en cliquant ici

 

Le « oui » des Verts à des aménagements sur la RN 88
26 octobre 2009 – 14 h 31 min | Pas de commentaire

Les réactions suite à l’article de La Dépêche du Midi intitulé « Le « non » des Verts à la RN 88 » appellent quelques précisions de notre part.

Nous l’avons dit et écrit de nombreuses fois, nous sommes bien sûr favorables à des aménagements sur la RN 88 pour la sécurité des usagers, ainsi que pour la sécurité et la tranquillité des riverains, pas pour augmenter le flux de véhicules en transit, notamment de camions.

Comme nous l’avons spécifié oralement au journaliste de La Dépêche du Midi, ces aménagements comprennent bien sûr la déviation de Baraqueville, le contournement du Grand Rodez, la suppression de tous les passages à niveau, d’embranchements dangereux et autres points noirs

Le doublement de la RN 88, qui serait de fait une petite autoroute gratuite, représenterait une aubaine pour le transport longue distance des marchandises par la route avec tous les problèmes que cela constituerait en termes d’insécurité routière et de pollutions diverses pour notre territoire. N’oublions pas non plus, à un mois de demi du sommet de Copenhague sur le climat, que la part des rejets de CO2 dus au transport en Midi-Pyrénées est déjà de 9 % supérieure aux autres régions françaises.

Nous rajoutons que les départements et les régions devant faire face à d’énormes responsabilités dans leurs compétences avec en plus une incertitude sur les recettes financières à long terme, tous ces travaux sur la RN 88 doivent être réalisés par l’Etat, seul responsable des routes nationales. Les 140 millions d’euros prévus pour le doublement doivent servir à cela.

Mais nos propositions pour la RN 88 appellent également à une réflexion globale sur nos déplacements à l’intérieur et à l’extérieur de notre territoire et également sur le transport des marchandises. Les solutions résident sur une offre ferroviaire pour les passagers plus étoffée avec des TER plus fréquents, plus rapides et à des horaires mieux adaptés ainsi qu’au transport par rail des marchandises sur les moyennes et longues distances.

Mais aussi par une offre départementale de bus-navettes à bas prix à partir des principales villes aveyronnaises comme le fait avec succès le Tarn et des transports à la demande plus souples et plus nombreux dans les zones rurales.

C’est là que département et région doivent mettre tous leurs efforts financiers.

Nous répétons que ce doublement aurait des conséquences économiques négligeables pour notre département, si ce n’est d’attirer des entreprises locales déjà présentes dans une bande de 60 à 70 km de part et d’autre de la RN 88, et d’accentuer encore plus l’écart économique entre le centre, notamment le Ruthénois et certaines petites villes et zones rurales de l’Aveyron.

Les Verts de l’Aveyron

Lettre ouverte des Verts de l’Aveyron aux conseillers généraux de gauche aveyronnais
22 octobre 2009 – 7 h 51 min | Pas de commentaire

rn88-borne.jpg

Vous allez devoir voter prochainement sur le financement de la RN 88 par le département de l’Aveyron.

Nous pensons que ce projet est extrêmement préjudiciable pour les aveyronnais et ce pour plusieurs raisons.

Sur un plan environnemental tout d’abord, cette nouvelle balafre infligée à notre territoire va avoir des conséquences importantes sur la faune, la flore, les paysages, la qualité de l’air, les sols, l’eau, le bruit…, éléments déjà fortement mis à mal dans notre département.

De plus, comment peut-on proposer, à un mois et demi du sommet de Copenhague sur le climat, un projet qui va accroître la circulation sur cet axe et ainsi augmenter considérablement les rejets de gaz à effet de serre sur notre territoire et plus largement en France ?

Par ailleurs, et c’est un élément essentiel, ces travaux sur la RN 88 vont entrer en concurrence directe avec le « Plan Rail » mis en place par la Région Midi-Pyrénées que ce soit pour le transport des voyageurs comme pour celui des marchandises. On sait que lorsque l’on donne actuellement un euro pour la route et un euro au rail, l’avantage reste bien sûr à la route du fait de son avance en matière d’investissements depuis des années alors que dans le même temps on a totalement abandonné le rail.

Concernant le fret, si l’engagement national présenté par M. Borloo fin septembre vise à développer les « autoroutes ferroviaires », il oublie complètement les « nationales et départementales ferroviaires », notamment en Midi-Pyrénées et en Aveyron. Ainsi, les milliers de tonnes de marchandises des wagons isolés qui partent encore de nos gares SNCF aveyronnaises devront transiter soit par la route avec des conséquences désastreuses pour l’environnement et la sécurité, soit par rail avec des opérateurs ferroviaires de proximité privés. En votant des crédits pour la RN 88, vous vous feriez complices de ce plan.

En fait, ces travaux ne visent qu’à servir un des principaux dogmes de la droite libérale qui veut que les flux financiers et de marchandises prévalent sur toute considération sociale ou environnementale. Que le président UMP du conseil général de l’Aveyron et ses amis soutiennent ce projet, cela peut donc se comprendre. Mais que vous joignez vos voix à celle de la droite libérale, cela nous choquerait.

Il faut en finir avec le mythe du désenclavement routier ! Il y a des grands axes routiers sans développement et du développement sans grands axes routiers ! De nombreuses études le démontrent maintenant. Les grands axes routiers se développement souvent au détriment des territoires voisins proches. Des entreprises et des activités de Villeneuve, de Villefranche-de-Rouergue, du Bassin de Decazeville, de Capdenac, de Rignac… qui déménagent au bord de la RN 88, voilà ce qu’il risque surtout d’arriver avec ce projet. Le souhaitez-vous ?

Avec la grave crise qui nous touche et avec l’incertitude qui plane sur les recettes départementales avec la suppression de la taxe professionnelle, le conseil général a sûrement mieux à faire pour aider les Aveyronnais dans les compétences qui sont les siennes : santé et solidarité, transports interurbains, habitat, environnement…, que de financer des routes nationales qui sont de la seule compétence de l’Etat.

Nous tenons à vous rappeler que l’ADF (Association des Départements de France), par la voix de son président socialiste Claudy Lebreton, a demandé au gouvernement le 9 juin dernier, d’assurer totalement ses responsabilités juridiques et financières sans faire appel aux départements dans les domaines qui restent de sa compétence, notamment les routes nationales. De même, le président socialiste de la Région Auvergne René Souchon refuse fort justement de financer des travaux sur la RN 88. 

Nous sommes bien sûr favorables à des aménagements sur la RN 88 pour la sécurité des usagers mais aussi pour la tranquillité et la sécurité des riverains. Nous sommes par contre fermement opposés à des travaux qui augmenteraient le flux de véhicules, notamment de camions, et qui défavoriseraient ainsi le rail.

L’Etat qui a prévu de mettre 140 M d’euros pour ce doublement doit plutôt utiliser ces moyens financiers pour améliorer et sécuriser cet axe, tout comme il doit fortement aider RFF (Réseau Ferré de France) à la rénovation des voies ferrées Rodez-Séverac, Rodez-Brive et Beziers-Neussargues.

 

En espérant que vous rejoindrez cette position et que vous voterez contre des financements départementaux à la RN 88, recevez nos amicales salutations.

Elections Régionales : le blog d’Europe Ecologie Midi-Pyrénées
17 octobre 2009 – 15 h 16 min | Pas de commentaire

eemp-banniere.jpg

En attendant un site internet spécialement dédié à cette élection locale, Europe Ecologie Midi-Pyrénées a ouvert un blog afin de vous renseigner sur les premier balbutiements de la campagne et vous indiquer que vous pouvez d’ores et déjà vous impliquer dans celle-ci en signant notamment l’appel régional.

On peut également y trouver une revue de presse, un agenda des diverses manifestations et des vidéos, dont celle du lancement de la campagne et de nombreuses interview de notre porte-parole : Gérard Onesta.

http://ecologiemidipy2010.org

 

Venez soutenir le service public postal !
30 septembre 2009 – 8 h 34 min | Pas de commentaire

laposte-livinhac.jpgJusqu’à samedi, nous allons pouvoir nous exprimer sur le changement de statut de La Poste en participant à la consultation nationale organisée à l’initiative du comité national contre la privatisation de La Poste pour un débat et un référendum sur le service public postal.

 

Le changement de statut de « La Poste » d’établissement public en société anonyme ouvre la voie à sa privatisation et fait peser de lourdes menaces sur le devenir de ce service public.

Le service public postal remplit des missions indispensables en matière d’aménagement du territoire et de lien social, surtout dans nos départements ruraux. Elles dépassent le cadre universel du courrier et de la presse, de l’accessibilité bancaire et de la présence postale territoriale dans les zones rurales comme dans les quartiers populaires.

D’ores et déjà, en France, 6 100 bureaux de poste sur 17 000 ont été transformés en « partenariats » et plusieurs milliers d’emplois ont été supprimés depuis 2002, au détriment de la qualité d’accueil des usagers, du service de distribution de courrier et des conditions de travail des salarié/es. En Europe, les privatisations postales ont engendré la baisse de qualité de service, une augmentation des tarifs et de nombreuses destructions d’emplois. 

urne-mairie.jpgLe gouvernement et la direction de La Poste invoquent une directive européenne pour justifier leur projet. Cet argument est faux. En aucun cas l’Union européenne n’impose de modifier le statut de l’opérateur ni sa privatisation. Du point de vue financier, La Poste dispose d’autres moyens que l’ouverture du capital et la privatisation pour faire face à ses besoins de financement.

Rien ne justifie ce changement de statut. Le service public postal doit être maintenu, modernisé et rénové afin de répondre aux besoins de la population sur l’ensemble du territoire.

Les Verts  appellent  la population à venir s’exprimer lors de cette consultation. Ils ont participé à l’organisation de ce référendum et participeront à la tenue des urnes

Cliquez ici pour connaître les lieux et les horaires de votation en Aveyron : 

Photos : jlc

Europe Ecologie lance sa campagne pour les élections régionales en Midi-Pyrénées
23 septembre 2009 – 9 h 01 min | Pas de commentaire

 

confpresse-tlse4.jpg

C’est hier à 11 h, au cours d’une croisière sur la Garonne à bord de la péniche Baladine, qu’Europe Ecologie a lancé sa campagne pour les élections régionales.

Etaient présents, nos deux eurodéputés, Catherine Grèze et José Bové accompagnés de Karima Delli la benjamine du Parlement Européen venue participer à un débat la veille à Toulouse.

Autour de Gérard Onesta, il y avait François Simon pour les altermondialistes, Alain Ciekanski pour les associations environnementales (Amis de la Terre), Guilhem Latrubesse pour le parti Occitan

 

Voici quelques extraits de la prestation de Gérard Onesta :

 

Les politiques actuels sont comptables de la situation que nous vivons.

Ces gens là redécouvrent un peu tard les problèmes qu’ils ont eux-mêmes créés.

Ils sont comptables de la perte de la biodiversité, de l’explosion des cancers, des 20 millions de chômeurs supplémentaires annoncés par l’OCDE.

Nous avons une situation grave et très peu de temps pour la régler

Face à l’incurie des politiques des partis traditionnels qui nous ont conduit dans cet impasse, nous allons afficher notre détermination, notre compétence, notre rassemblement

Les compétences, tout les monde, y compris nos adversaires les reconnaissent. Ils sont très content d’avoir quelques écologistes dans les assemblées pour donner quelques idées.

Mais le temps n’est plus au témoignage. Notre compétence doit être beaucoup mieux utilisée que simplement en étant là pour rectifier à la marge le volant d’une voiture qui va dans le mur en klaxonnant.

Nos compétences seront bien utilisées parce que nous sommes rassemblés. Il y a peu de familles politiques où il y a autant d’envie de travailler ensemble, une joie, un bonheur de militer, une énergie qui est décuplée depuis que l’on a fait cette convergence que tant de gens appelaient de leurs vœux. Ce n’est pas pour rien si dans les sondages, les écologistes sont vécus pour nos concitoyens comme le mouvement dans lequel on a le plus confiance, qui est le plus porteur pour l’avenir

On arrive donc maintenant à un moment très spécial où après avoir réussi l’échéance globale, on va s’attaquer à l’autre gros morceau, l’échéance locale.

confpresse-tlse-2.jpg

Et on a trois grands axes, trois sacrés atouts dans cette campagne.

Premier atout, on va réinterroger vraiment l’ensemble des politiques régionales au prisme de ce qui est un vrai développement durable. Pas simplement des petits slogans ici, des petites campagnes d’affiches là.

L’agriculture, on parle de bio, de circuits courts, nous allons le mettre en place.

On parle de climat, il faut réorienter la politique des transports en région.

Pareil sur le social, pareil sur l’énergie, pareil sur la formation etc…

Nous allons réinterroger toutes les politiques, ce sera notre première différence avec les autres qui sont simplement dans une gestion au quotidien. Ils ont été dans l’incapacité d’anticiper les crises, pire, ils les ont créées. Nous pensons que nous avons la capacité non seulement à sortir de la crise, mais d’anticiper la crise majeure qui nous attend dans les dix ans.

C’est avec les mêmes solutions que l’on va créer des emplois dans les banlieux et un air plus sain qui va faire que le taux de cancers et de maladies va diminuer.

Dans la même logique, nous sauverons ceux qui ont peur de la fin du monde et ceux qui ont peur de la fin du mois.

 

Deuxième façon de faire, ce sera une gouvernance tout à fait nouvelle.

Pas question pour nous d’installer un grand chef dans le château qui avec un cabinet coupe, tranche, des élus qui sont consultés en plénière un fois par mois une heure ou deux et des commissions où personne ne vient.

On aura une gouvernance totalement différente : la collégialité, le vrai travail en commissions, le vrai travail avec la société civile,bien au delà des relations avec le conseil économique et social.

S’il faut faire des référendums, nous ferons des référendums.

Le rôle des associatifs sera central.

Y compris le rôle de l’opposition. Nous serons démocrates pour deux. On peut avoir des responsabilités sans être majoritaire. Quand on veut faire fonctionner un outil aussi complexe et essentiel que le conseil régional, tout le monde doit prendre sa part à sa juste mesure bien sûr.

Pas question qu’il n’y ait une seule personne qui dirige tout et ensuite un désert intellectuel et citoyen autour de lui.


La troisième chose qui fait que nous rentrons en campagne déterminés, nous avons gagné aux Européennes parce que on croyait à l’Europe, nous allons gagner pour les Régionales parce que nous croyons aux régions. 

Ce n’est pas un échelon administratif au bon vouloir de Paris, ce n’est pas quelque chose qu’il faut conserver pour préparer ou s’accaparer 2012 l’Elysée, c’est un territoire de projet.

Nous allons intervenir sur le débat de la réforme territoriale. Les régions françaises sont des nains politiques par rapport à leurs homologues européens.

La région est le territoire idéal pour que les politiques fassent sens et soient vraiment pilotées par les gens

confpresse-tlse-3.jpg

Il me reste maintenant un dernier motJ’ai été désigné à l’unanimité par l’ensemble des composantes du Comité d’Animation et de Pilotage d’Europe Ecologie Midi-Pyrénées, comme porte-parole.

Porte-parole, ce n’est pas encore tête de liste, puisqu’il n’y a pas chez nous de personnes autoproclamées. Il va y avoir un processus très lent, nous travaillons sur le programme et nous le testerons sur le terrain avec les associatifs pour aboutir à une grande convention début décembre qui décidera quels seront les responsables dans les départements.

 

Aujourd’hui, face à vous, je vous annonce que je suis pas candidat au conseil régional, mais candidat à la présidence du conseil régional.

Fini le temps du témoignage, nous serons là pour changer les politiques, gagner les élections. Forts de la dynamique des Européennes, forts de notre rassemblement, je crois que nous avons quelques chances. Je ne dit pas que nous sommes favoris, mais personne ne sait aujourd’hui dans quel ordre sera le trio de tête. Nous avons quelque chose d’important à jouer, le temps n’est plus au témoignage, nous rentrons en campagne pour rassembler, changer les politiques et qui sait, pour gagner.

On ne rentre pas en campagne contre l’UMP ou contre le PS ou le MoDem, on rentre en campagne pour proposer des choses radicalement nouvelles qui vont permettre de remplacer les politiques essentielles. Bien évidemment quand ils vont faire des bêtises, qu’ils se saisiront de notre discours sans que les actes suivent, comptez sur nous pour le souligner.

Si le Capitole a changé de couleur, on y était pas pour rien, et personnellement j’y suis pas pour rien, donc on ne s’est jamais trompé de camp. L’UMP ne doit pas compter sur nous ni maintenant, ni pendant, ni après pour favoriser la casse générale sociale et environnementale qu’ils font subir à nos concitoyens.

Si on est pas en tête, il y aura certainement une photo générale à faire sur cette région et ailleurs. Si le PS est devant nous de quelques voix partout, est-ce qu’on est tous au garde à vous derrière le PS, on retire nos listes et on fait comme si de rien n’était ? Je ne suis pas persuadé que c’est l’option que nous allons choisir. Le PS doit apprendre à partager le pouvoir dans l’espace ou dans le temps.

Nous allons faire point par point le bilan de l’équipe sortante, ses points forts et ses pont faibles et j’ai pas l’impression qu’on aurait fait exactement pareil. On est dans le saupoudrage.

On dit que l’on a des transports verts parce que on a fait, et c’est très bien, un effort sur le ferroviaire. Mais en même temps on fait un effort insupportable sur le goudron, le bitume. On peut pas dire tout et son contraire.

Ce n’est pas aux barons locaux de l’industrie et même des médias de dicter les politiques régionales.

 

 

Lisez l’article de Gilbert Laval de Libération : Europe Écologie à l’assaut de la présidence socialiste de Midi-Pyrénées

Les Verts Aveyron tiennent leur conférence de presse de rentrée politique
17 septembre 2009 – 6 h 03 min | Pas de commentaire

verts12-confpresse 150909-ddm.jpg

Prévue de longue date, Marie-Claude Carlin et Jean-Louis Calmettes ont tenu mardi une conférence de presse pour marquer la rentrée politique des Verts de l’Aveyron.

Ils ont abordé de nombreux dossiers aveyronnais.

Ils ont d’abord tenu à redire l’opposition des Verts de l’Aveyron au doublement de la RN 88. Oui à des aménagements sur cet axe pour la tranquillité et la sécurité des riverains, non à des aménagements qui augmentent le flux de véhicules, notamment de camions.

L’Etat, seul compétent pour les routes nationales, qui a prévu de mettre 140 M d’euros pour ce doublement, doit utiliser ces moyens financiers à l’amélioration de cette voie. La Région Midi-Pyrénées et le Département de l’Aveyron ne doivent pas verser un centime et consacrer leurs budgets à leurs compétences respectives.

Ils ont rappelé notre inquiétude de voir l’Etat et RFF abandonner la ligne SNCF Beziers-Neussagues.

Ils ont dit que le Département s’honorerait en appliquant la même règle à tous les élèves de l’Aveyron en matière de gratuité des transports scolaires, c’est à dire, gratuit pour tout le monde.

Ils ont tenu à dire leur satisfaction de voir la réalisation prochaine par le Département de la première navette bus interurbaine entre le Bassin et Rodez. C’était une proposition que les Verts de l’Aveyron avait faite lors des dernières élections cantonales de 2008. Jean-Louis Calmettes souhaiterait tout de même que l’on apporte quelques améliorations à ce projet : que son coût pour les passagers soit minime (1 euro) et que cette ligne soit rallongée jusque dans le Lot à Figeac. Une ligne Figeac-Decazeville-Rodez aurait du succès dans les deux sens. Cela nécessiterait bien sur une convention avec le département voisin.

Ils ont fait part de nos  inquiétudes face au peu d’intérêt de la DRGT (Direction des Routes et des Grands Travaux) au Conseil Général pour les aménagements cyclables. Toutes les routes départementales sont actuellement construites ou rénovées sans prévoir la circulation des cyclistes, ce qui nous semble impensable dans un département comme l’Aveyron ou les activités cyclables dans tous les domaines, sportif, loisir, touristique ou les simples déplacements quotidiens, sont en constante augmentation.

lait-apli - distribution lait dkz.jpg

Ils ont tenu à parler de la crise du lait qui secoue actuellement les éleveurs aveyronnais et à marquer notre soutien à José Bové qui fait actuellement un jeûne de solidarité au Parlement Européen, mais aussi à la Conf’ et à l’Apli.

Cette crise vise surtout à éliminer les petits éleveurs pour le plus grand profit des plus gros, de l’industrie agro-alimentaire et des distributeurs.

Ils ont apporté le soutien des Verts au référendum qui sera organisé début octobre pour le maintien de La Poste dans les services publics et notre opposition à sa privatisation.

Ils ont précisé notre position sur la taxe carbone et sur la nécessaire mobilisation de tous lors du sommet de Copenhague sur le climat afin de faire pression sur Sarkozy et sur les négociateurs de tous les pays pour obtenir des décisions à la hauteur de l’enjeu planétaire qui est le nôtre.

Dernier point, nous avons abordé les élections régionales de mars prochain.

Marie-Claude Carlin a rappelé que nous sommes face à une crise globale qui n’est pas seulement économique. Elle est aussi sociale, écologique, alimentaire, énergétique…

A crise globale, il faut une réponse globale.

Il faut intégrer dans notre réflexion que la planète est finie, que nous n’en avons qu’une, que ses ressources en énergie, en matières premières sont limitées et que nous arrivons à ces limites. Nous sommes au bout d’un cycle et il faut repenser totalement nos modes individuels et nos modes de vie en société : il va falloir passer d’une société de gaspillage à une société de sobriété et de justice sociale. Tout cela dans la joie et la bonne humeur.

Avec les Européennes nous avons gagné une première bataille des idées.

Nous avons obtenu aux dernières Européennes des scores importants en France, en Midi-Pyrénées et en Aveyron (devant le PS).

Les écologistes ont maintenant vocation à gérer des régions. Pourquoi pas Midi-Pyrénées.

Nous avons débuté un travail sur les actions et le programme à mettre en place pour être une des premières Eco-Région en France.

Nous allons maintenant nous mettre rapidement en ordre de marche avec une liste régionale Europe Ecologie qui comprendra bien sûr des membres des Verts, mais aussi de la mouvance altermondialiste de José Bové, des personnalités de la société civile : associatifs de l’environnement, de la culture et des occitanistes…

Jean-Louis Calmettes s’est ensuite rendu dans les locaux de Radio Totem pour répondre à une interview qui a été diffusée aujourd’hui et que vous pouvez écouter ci-dessous

podcast

 

Lire également ci-dessous les articles de presse relatifs à cette conférence de presse d’aujourd’hui.

Pour La Dépêche du Midi, cliquez ici : Les Verts visent la Région


Midi Libre - Logo.png

 

 

Édition du mercredi 16 septembre 2009

Les Verts mettent les pieds dans le plat avant les régionales

Forts de leur score en juin, ils veulent garder leur avantage.

12_dep_verts908.jpgPartagés entre un sentiment d’urgence et de satisfaction, tel est l’état d’esprit dans lequel les Verts de l’Aveyron font leur rentrée. L’urgence est évidemment celle de la situation environnementale et climatique : « On va droit dans le mur ! », lance Marie-Claude Carlin.

Et la satisfaction est celle que procure le résultat obtenu par la liste Europe Ecologie aux élections européennes de juin, qui ont propulsé le parti à la première place parmi les forces de gauche de l’Aveyron, et en seconde position en Midi-Pyrénées comme dans la France entière. Un avantage que les Verts entendent bien faire fructifier dès le prochain rendez-vous électoral, les régionales du mois de mars, où ils imaginent mal subir la même déconvenue que lors du précédent scrutin. « On aura vocation à diriger la Région si on arrive en tête » lance sans complexe Jean-Louis Calmettes, tandis que Marie-Claude Carlin insiste sur le fait que « si notre but est bien d’arriver en tête, ce n’est pas que pour prendre le pouvoir, mais d’abord pour faire avancer nos idées ».

 

Car celles-ci n’avancent vraiment pas assez vite à leur goût, y compris au sein de la région Midi-Pyrénées tenue par le PS. Les Verts en veulent pour preuve le dossier des transports, où ils n’admettent pas que la Région verse 200 millions à l’Etat pour la RN88 contre 100 millions qu’elle récupérera de sa part pour son plan rail : « Les routes nationales sortent des compétences des collectivités territoriales et cela se fait au détriment d’autres missions dont ces collectivités ont la charge », déplore Jean-Louis Calmettes. Tandis que sur le fond, les Verts dénoncent une mise à deux fois deux voies qui se fera « au détriment du rail ». D’autres dossiers font réagir les Verts, comme celui lié à la crise du lait, où ils soutiennent les actions de la Conf’ ou la grève de l’Apli (Association des producteurs de lait indépendants) en dénonçant « une politique libérale » qui frappe les plus petits au profit des plus gros. Même chose vis-à-vis des services publics, et en particulier de La Poste où le parti entend prendre toute sa part le 3 octobre lors de la votation citoyenne. Les Verts dénoncent enfin la taxe carbone telle que le gouvernement la dessine, en estimant qu’elle sera « socialement injuste et clairement insuffisante sur le plan énergétique et climatique ».

RÉGIONALES 2010 – Les Verts très ambitieux

Les Verts ne sont pas vraiment rancuniers, mais ils n’ont pas déposé les armes pour autant. Encore dans la dynamique des Européennes, ils affirment (par les voix de Marie-Claude Carlin et Jean-Louis Calmettes) ne pas être totalement obnubilés par le dernier épisode régional qui a vu l’actuel président de Midi-Pyrénées, Martin Malvy, les écarter sans ménagement lors des élections de 2003. Mais, dans le même temps, ils font savoir qu’ils vont se présenter, en mars 2010, dans le même état d’esprit qu’aux Européennes, et, surtout, dans la même configuration politique. C’est à dire en tendant la main aux associatifs de tout poil, ainsi qu’aux Occitanistes.

Dans la foulée, ils ne doutent donc pas que tout cela puisse déboucher sur un bon score. Et même, pourquoi pas, sur une victoire qui les conduirait à prendre la tête de la Région. En souriant, on pourrait leur faire remarquer que, comme ils ne sont pas rancuniers, ils pourraient alors proposer une vice-présidence à Martin Malvy. En tout cas, le PS ne devra pas, pour les prochaines régionales, prendre les Verts à la légère. A l’heure actuelle, ils ne disposent d’aucun élu à la région Midi-Pyrénées, ce qui ne peut que les renforcer dans un certain sentiment d’injustice. Et qui ne peut que les conforter dans leur décision de partir seuls au combat. Quitte à pactiser, au deuxième tour, avec les faux amis qui se sont révélés être de véritables adversaires. Mais en disposant, cette fois, d’un tout autre pouvoir de nuisance.

H. M.

 

Martin Malvy confirmé tête de liste socialiste

Ce n’est pas à proprement parler une surprise, mais plutôt une confirmation : Martin Malvy est le seul candidat socialiste à la tête de liste pour les régionales et on voit mal comment, il ne pourrait pas être désigné. Dans les prochains jours, il devrait annoncer la nomination de ses deux directeurs de campagne : Marc Carballido, élu de l’Ariège et président du groupe socialiste à l’assemblée toulousaine et Alain Fauconnier, sénateur-maire de Saint-Affrique.

Luche candidat pour l’UMP en Aveyron

Hier, Jean-Claude Luche, président du conseil général de l’Aveyron nous a confirmé sa volonté de briguer la tête de liste pour l’UMP en Aveyron. Il soutient la candidature à la tête de liste aux régionales de Brigitte Barrèges, député-maire UMP de Montauban. Un candidature expliquée « par la perspective de la réforme territoriale qui pose la question de l’avenir des départements, et par mon souci pour gérer le conseil général de savoir ce qui se passe à la région. » Une prochaine réunion de l’UMP à Paris devrait permettre d’y voir plus clair sur le sujet.


Crédit photos

1 – La Dépêche du Midi

2 – jlc

3 – Midi Libre