Actualités

Retrouvez toutes l’actualités de l’Aveyron, par l’intermédiaire des flux RSS des quotidiens aveyronnais

Loisirs

Toutes les sorties à faire sur le département

Politique

Sports

Toute l’actualité sportive du département

Vidéos

Toutes les vidéos parlant de l’Aveyron sur Youtube

Accueil » Archives par Tags

Articles tagués avec: Culture

René Appalec casse la gueule des généraux de 14-18
9 janvier 2016 – 7 h 57 min | Commentaires fermés sur René Appalec casse la gueule des généraux de 14-18

strada-dkz.jpgC’était hier soir le vernissage de l’exposition des œuvres du collagiste René Appalec à la galerie du cinéma La Strada à Decazeville. Il y a maintenant quelques mois que j’entends parler de cette exposition qui tourne un peu partout en France et à l’étranger et qui a notamment été présentée à Rodez à l’atelier JJV en septembre 2014. Le magazine FritureMag en a aussi beaucoup parlé.

 

René Appalec serait né à la toute fin du XIXème siècle et aurait connu en tant qu’infirmier les horreurs de la première guerre mondiale. Rentré chez lui, très marqué par ces visions d’horreur, il ne dort plus et reste cloîtré chez ses parents.

appelec-planche.jpgLors d’un excès de folie provoqué par la boisson, il se met à découper, déchirer toute sa collection d’archives fanatiques et guerrières. Les photos s’entremêlant l’interpellent. Quelques coups de scalpel et le visage d’un général décoré se disloque, devenant méconnaissable et ridiculisé. Il tient sa revanche. Chirurgien-plasticien sur papier, il se fera casseur de gueule des artisans en chef de la boucherie de 14-18.

En 1922 il part pour Toulouse ou il restera jusqu’en 1934. Il aura un période artistique très prolifique où il créé des œuvres dénonçant la guerre et les puissants qui la commandent.

Il a réalisé une grande partie de son œuvre dans le secret et refusait d’exposer ses collages et tout particulièrement la série « Gueules cassées », la considérant lui même politiquement incorrecte.

Les œuvres de René Appalec ont été découvertes par hasard en 2007 dans un grenier du centre de Toulouse.

 

René Appalec hante Hervé Laplace

Affiche San-Francisco.jpgEn fait, René Appalec n’a jamais existé.

C’est l’artiste toulousain Hervé Laplace, présent hier soir à Decazeville, qui a créé de toute pièce un personnage fictif avec toute son histoire, ses fantômes, ses souffrances.

Lorsqu’il travaille sur ses compositions et qu’il les présente, Hervé Laplace est de tout son corps et de toute son âme René Appalec, ce soldat de la Grande Guerre qui a traversé des horreurs.

facesofconflict.jpgLes œuvres de René Appalec ont été exposées depuis 2012 dans toute la France, mais aussi à San-Francisco (2013 et 2014) et au Royal Albert Mémorial Muséum (RAMM) de Londres en 2015 pour une exposition collective où figurait notamment des œuvres d’Otto Dix.

Hervé Laplace / René Appalec était sur France 3 en septembre 2014 pour présenter l’exposition de Rodez : « Le fait de « casser la gueule » aux généraux, c’est un hommage que je rends à tous ces inconnus qui sont rentrés chez eux défigurés… C’est surtout une démarche pour dénoncer ces généraux qui ont envoyé tous ces êtres humains à la boucherie… »

La création du personnage de René Appalec a permis à Hervé Laplace de mieux faire connaître son travail sur les « gueules cassées » : « Je me retrouve sur des sites spécialisés sur la Grande Guerre, à côté d’Otto Dix… » dit-il à La Dépêche du Midi du 17 septembre 2014.

creation.jpgIl faut aussi apprécier toute la minutie du travail de René Appalec. Minutie qui n’est parfois pas visible à l’œil nu. C’est avec une loupe (fournie par les organisateurs) que l’on voit alors toute la dextérité et tout la minutie qu’il a fallu pour réaliser ces œuvres.

Les « gueules cassées » ont hanté et inspiré de nombreux artistes. On pense bien sûr à Otto Dix qui a vécu les années de la Grande Guerre sur différents fronts du côté allemand. Des œuvres tourmentées comme “Les Joueurs de Skat“ ou “Les Rues de Prague“ et bien d’autres ont été déclarées “dégénérées“ par les nazis dès 1933. Certaines ont été brûlées et Otto Dix a connu l’emprisonnement. Il ne fallait surtout pas décourager les ardeurs bellicistes de l’Allemagne à cette époque.

 

Le Général aveyronnais Edouard de Curières de Castelnau, le capucin botté

Général de Castelnau -2photos.jpgOn peut comprendre le désir de René Appalec de se venger du Général de Castelnau en lui réservant un portrait.

Ce Saint-Cyrien natif de Saint-Affrique dans l’Aveyron a été un de ces généraux de la Grande Guerre qui a envoyé au casse-pipe des centaines de milliers de soldats. Une statue équestre le représentant trône au jardin public de cette ville depuis 1957

Sa ferveur religieuse lui valut son surnom de “capucin botté“. Son positionnement politique était très à droite, patriote voire nationaliste. Il a débuté une carrière politique après la Grande Guerre comme député de l’Aveyron (1919 à 1924, non réélu) siégeant avec la droite catholique et comme conseiller général de l’Aveyron sur le canton de Saint-Rome-du-Tarn de 1919 à 1928. Il fut un fervent défenseur de l’école privée avec des discours enflammés lors des manifestations contre l’école unique en 1925.

Soutien de Franco, il s’est montré très critique à l’égard de Pétain qu’il avait pourtant eu un moment sous ses ordres durant la Grande Guerre. Sans doute un éclair de lucidité avant de décéder le 19 mars 1944.

Comme chef de guerre, Edouard de Castelnau était un adepte de l’attaque à outrance avec son fameux ordre “En avant, partout, à fond“. Respectant cette stratégie, les premiers mois de guerre sont terribles pour l’armée française : près de 850 000 hommes tués, blessés ou disparus. 700 000 pour l’armée allemande. En 1915, la 2ème armée du général de Castelnau prend part à l’offensive en Artois qui sera très coûteuse en vies humaines. L’opinion publique est révoltée et Castelnau doit partir. Il revient sur le front de l’est en 1916 pour réarmer la région de Verdun et organiser sa défense. Face au carnage de la bataille de Verdun mais aussi à l’échec meurtrier de l’offensive de la Somme, Castelnau fait parti des généraux en disgrâce et est placé en non-activité.

Une quarantaine d’œuvres de René Appalec sont visibles à la galerie du cinéma La Strada à Decazeville du 8 au 31 janvier 2015. Pour moitié, il s’agit de “gueules cassées“.

 

Photos (cliquez sur les photos pour les agrandir) : 1 – jlc

Toutes les autres photos sont issues du site internet ou de la page Facebook de René Appalec, d’affiches d’expositions, d’une capture d’écran de France 3 et d’images issues de l’Illustration.

Bon Nadal e fin d’annada a totes !
24 décembre 2015 – 20 h 33 min | Commentaires fermés sur Bon Nadal e fin d’annada a totes !

Bonjorn a totes, L’annada 2015 s’acaba ben lèu. L’année 2015 s’achève prochainement. Rodez-News vos desira en totei de bònei fèstas de Nadal e de fin d’annada ! Rodez-News vous souhaite à toutes et tous de bonnes fêtes de Noël et de fin d’année. A lèu ! A bientôt ! Joseph DonoreClassé dans:Aveyron +, Culture, Midi-Pyrénées & […]

Des panneaux d’information pour les marcheurs du GR 65
6 août 2015 – 13 h 23 min | Commentaires fermés sur Des panneaux d’information pour les marcheurs du GR 65

gr65-viviole.jpgL’initiative pour inciter les marcheurs du GR 65, chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, à faire un détour par le centre-ville de Decazeville pour y faire étape ou avant de poursuivre leur route, est une bonne initiative.

Elle fait suite à la mise en place de panneaux informatifs et à l’installation de la gloriette au bas de la route de Nantuech équipée d’une table et de bancs, d’eau potable et de sanitaires auto-nettoyants que nous avions mis en place en 2013.

 

gr65 - vue dkz.jpgLes petits panneaux informatifs installés aux points de vues de notre ville en descendant de Viviole auraient peut-être pu être complétés par un QR Code dirigeant les utilisateurs de smartphone vers une explication sonore de la description détaillée du point de vue.

Pratiquement tous les marcheurs ou touristes sont maintenant équipés de smartphones ou de tablettes et utilisent couramment les QR Code.

otdkz-qrcode.jpgIl serait peut-être intéressant de prévoir aussi un QR Code vers l’Office de Tourisme (voir ci-contre) et pourquoi pas la mairie de Decazeville.

On peut de toute façon rajouter ces indications sur des petits autocollants à poser sur ces panneaux informatifs.

 

Amis marcheurs.jpgLorsque je me rends à Decazeville à partir de Livinhac-le-Haut, je note que de plus en plus de marcheurs se rendent à Livinhac en descendant la RD 21. Or cette route départementale n’est pas équipée de bas-côtés permettant aux marcheurs d’être en toute sécurité. Ce n’est de plus pas le chemin du GR 65. Ces marcheurs arrivent généralement d’Agnac. J’avais fait installer il y a quelques années un panneau en trois langues invitant les marcheurs arrivant aux Estaques à remonter vers Saint-Roch pour retrouver le GR 65 et descendre vers Livinhac en toute sécurité.

Ce panneau a visiblement disparu. Il serait peut-être urgent de le réinstaller avant qu’il n’arrive un accident. Peut-être les installer en haut de l’avenue du 8 mai 1945, et au bas des chemins de Cahuac et du Conquet en arrivant aux Estaques.

Photos : jlc © creative commons – Cliquez sur le photos pour agrandir.

Aveyron : le 38ème Festival de l’abbaye de Sylvanés
4 juillet 2015 – 20 h 21 min | Commentaires fermés sur Aveyron : le 38ème Festival de l’abbaye de Sylvanés

La 38ème édition du Festival de l’abbaye de Sylvanés, « Chemins d’humanité » se déroulera du 12 juillet au 30 août 2015. Comme toujours, il fera la part belle aux musiques sacrées et aux musiques du monde. Cette édition propose une nouvelle fois des œuvres de grande qualité, mélangeant les œuvres sacrées et la grande musique avec […]

Grand Rodez : Un premier anniversaire porteur d’avenir pour le musée Soulages
1 juin 2015 – 21 h 29 min | Commentaires fermés sur Grand Rodez : Un premier anniversaire porteur d’avenir pour le musée Soulages

Cette fin mai 2015 marquait le premier anniversaire de l’ouverture du musée Soulages à Rodez. A cette occasion, la communauté d’agglomération du Grand Rodez qui assume la gestion du pôle muséal (Musées Soulages, Fenaille et Denys Puech) avait organisé une conférence-débat dans l’amphithéâtre de l’université Champollion à Rodez, avec pour maître de cérémonie Benoît Decron, […]

La culture et l’animation dans le rouge à Decazeville
29 mai 2015 – 9 h 59 min | Commentaires fermés sur La culture et l’animation dans le rouge à Decazeville

LA LYRE - BOLÉRO 3 - copie.jpgNous avons profité hier soir lors du conseil municipal d’un point traitant sur quelques subventions à des associations culturelles pour rappeler notre inquiétude concernant la politique culturelle et d’animation de notre ville.

Le dernier conseil municipal avait voté sans notre voix la baisse générale des subventions de 15% en moyenne. Ça a encore été le cas hier soir pour les subventions à La Lyre (6 000 € au lieu de 7 500 €) et la Batterie fanfare Avenir decazevillois (600 € au lieu de 750 €), même si une petite subvention aux Mariposas de 150 € a été décidée alors qu’il n’y en avait pas.

Pour le groupe minoritaire, j’ai donc attiré l’attention sur cette baisse des subventions et ses conséquences pour l’animation de notre ville, sur le découragement et l’usure des bénévoles et sur l’économie locale en terme d’emplois et d’effets sur le commerce local.

fip.jpgNous allons d’abord passer un triste été sur le Bassin et le tourisme va vraisemblablement s’en ressentir. Il n’y aura donc pas de festival de feu d’artifice en juillet et la municipalité n’a pas jugé utile d’organiser une manifestation de remplacement. C’est fort regrettable.

Il se murmure également qu’une grande manifestation populaire du début de l’été serait aussi éventuellement annulée.

Le premier Adjoint, Alain Alonso, a confirmé hier soir la suppression du marché nocturne qui drainait pourtant les précédentes années beaucoup de monde et qui était un moment populaire privilégié pour échanger, manger ensemble, danser…

Nous n’avons toujours pas de nouvelle de la fête locale du mois de septembre.

carnaval2014.jpgNous avons déjà eu droit à la suppression du carnaval remplacé par une animation des plus banales et on a appris que le forum des associations établi depuis longtemps tous les deux ans, devrait être organisé tous les trois ans (2016 et comme par hasard 2019, année avant les élections municipales).

La réduction du budget municipal à la culture ajouté à la réduction du personnel au service culturel est aussi grandement responsable de ce déclin culturel. Le poste de régisseur à la salle Yves Roques qui concourrait au bon entretien de cette salle ainsi qu’à la pleine satisfaction des organisateurs de spectacles et des usagers a également été supprimé. Pas sûr que l’on fasse réellement des économies.

jeanne-cherhal-yves-estival.jpgNous avons dénoncé la baisse des subventions pour A Ciel Ouvert chargé entre autre de la programmation culturelle de notre ville. Cette programmation, notamment vers les établissements scolaires et les enfants, va terriblement en souffrir.

Mais la culture, c’est pourtant aussi de l’économie, des emplois locaux, des animations qui font travailler les commerces locaux et qui concourent à la renommée de notre ville.

Nous avons terminé en disant que nous étions bien sûr conscients des difficultés financières rencontrées actuellement par toutes les communes, mais qu’il s’agissait avant tout de choix politiques. Ce qu’a convenu Alain Alonso.

mescladis.jpgPour nous, la culture et les associations ne doivent pas être sacrifiées. S’il faut bien sûr maîtriser ce budget et mettre les aides en adéquation avec les projets proposés, il ne faut surtout pas décourager les bénévoles des associations et au contraire les aider techniquement et financièrement du mieux possible. Des économies peuvent être trouvées dans d’autres postes budgétaires. Il en va de l’avenir économique et culturel de notre ville et du lien social que nous devons à tout prix maintenir.

Photos : jlc (© créative commons), sauf Jeanne Cherhal de Yves Estival

Grand Rodez : 3 mois après son ouverture, l’audacieux pari du musée Soulages est en bonne voie
15 septembre 2014 – 21 h 00 min | Commentaires fermés sur Grand Rodez : 3 mois après son ouverture, l’audacieux pari du musée Soulages est en bonne voie

Le musée Soulages à Rodez est une longue histoire ! Entre l’inauguration du musée en mai 2014 et les premières approches entre l’artiste-peintre Pierre Soulages et Marc Censi, maire de Rodez et président de l’agglomération du Grand Rodez, plus d’une décennie s’est écoulée. Il fallait en effet convaincre Pierre Soulages, au premier abord peut enclin à […]

Il y a trente ans, la capitale aveyronnaise du rock était Livinhac
7 août 2014 – 9 h 27 min | Commentaires fermés sur Il y a trente ans, la capitale aveyronnaise du rock était Livinhac

Rock in Livinhac -nb- ML-261085.jpgCes journées de mauvais temps incitent à faire un peu de rangement. Ça a été l’occasion de retrouver il y a quelques jours mes archives des concerts rock organisés à Livinhac avec le FoLiJeu dans les années 80.

C’est avec émotion que je m’y replonge chaque fois. Que de bons souvenirs et quel enthousiasme à cette époque pour que tout se passe pour le mieux, tant pour les musiciens que pour le public.

Et quels concerts ! Beaucoup de groupes bordelais de la bonne époque qui annonçaient déjà Noir Désir tels que Strychnine, Stilettos, Stalag, Gamine, Kid Pharaon

Du rythm’n blues avec les Stunners et Récup-verre en première partie (avec Eric Lareine), du punk-rock avec les Coronados et les anglais de Sting-Rays, du rock de Fumel avec les Ablettes et des tas de groupe toulousains et du coin.

nomads2.jpgEt l’écurie Closer avec la tournée des Nomads qui venaient de Suède et les rouennais de Fixed-up.

Et les grands groupes avec d’abord en juin 83, les Barracudas avec Chris Wilson. Ils étaient encore le 6 avril dernier à Toulouse

1985 a vu défiler les Calamités, les innoubliables Dogs et Paul Collins’Beat

paul-collins-beat.jpg 

 

 

 

 

 

Paul Collins’s Beat at Livinhac (audio) :  allways got you on my mind    

 

En 1986, ce sont deux groupes suédois qui sont venus à Livinhac : les Sinners et les Shoutless, mais aussi les fabuleux Pretty Things avec Phil May et Dick Taylor (premier bassiste des Rolling-Stones ! ). Une vidéo de Daniel Dupont immortalise ce grand moment.

Et en 1987, un grand moment de l’histoire du rock avec Kid Pharaon et les groupes américains : les Lyres et les Fleshtones. Concert mémorable que Peter Zaremba compare à Dien Bien Phu.


 

En 1988, le dernier concert auquel je n’ai malheureusement pas pu participer (reprise d’un café à Decazeville) avec les Shtauss, les Thugs et le groupe australien les New Christ.

A signaler que la plupart de ces grands groupes tournent encore dans le monde entier.

Tous ces concerts créaient une émulation et c’est tout naturellement que le Bassin Decazevillois comptait à l’époque le plus d’intermittents du spectacle de l’Aveyron qui jouaient dans de nombreux groupes rock ou assuraient le côté technique.

Trente ans après, après une période difficile, le renouveau semble venir grâce à des musiciens locaux et aussi grâce au label Zumol. De nombreux petits groupes éclosent et si le manque de structures et de locaux de répétition est évident, l’espoir est dans la réalisation rapide du Pôle de Musique Actuelle qui devrait être situé au rez-de-parking de l’ancienne école Jean Macé, sous la médiathèque.

En 2014, le label rouennais Closer qui signait de nombreux groupes venant à Livinhac à l’époque renait de ses cendres et vient de sortir de nombreuses rééditions, mais aussi de groupes actuels. Closer vient de signer grâce à un musicien historique du Bassin Philippe Gilard le groupe local Radiocity-Shakers qui se produira par ailleurs le 29 août à Cransac.

Un grand merci à la presse locale de l’époque (certains exercent encore heureusement), aux fanzines dont le grand Nineteen de Toulouse et aux autres lieux de concerts mémorables dans le sud : Le Pied à l’Isle Jourdain, Le Heart Break Hotel à Sète…

 

jlc - rock-livinhac -couleur -web.jpgTrente ans après ces mémorables concerts rock, c’est en m’inspirant des photos de la presse locale de cette époque (voir photo en haut de note) que j’ai posé pour cet autoportrait.

Le blouson de cuir est d’origine.

Le rock n’est pas mort dans le Bassin !

Aveyron : les festivals et manifestations de l’été 2014
11 juillet 2014 – 22 h 21 min | Commentaires fermés sur Aveyron : les festivals et manifestations de l’été 2014

Comme partout ailleurs, l’arrivée de l’été annonce de nombreuses manifestations culturelles. Parmi celles-ci, l’été 2014 permettra de retrouver les grands festivals parmi les plus réputés du département depuis de nombreuses années et notamment :   ESTIVADA, festenal interrégional de las culturas occitanas Rodez – 23 au 26 juillet 2014 Plus d’infos :        http://www.estivada-rodez.eu °°°°°° SYLVANES, 37ème festival […]

Aveyron : CARACterres, le nouveau magazine dédié au département
5 juin 2014 – 23 h 05 min | Commentaires fermés sur Aveyron : CARACterres, le nouveau magazine dédié au département

Le premier exemplaire du nouveau magazine haut de gamme dédié au département de l’Aveyron a été publié fin mai dernier, quelques jours avant l’ouverture du musée Soulages à Rodez. A l’instar de son titre, il s’agit d’un magazine de grand caractère qui fait la part belle au département sur le thème : « Entreprendre et créer en […]