Actualités

Retrouvez toutes l’actualités de l’Aveyron, par l’intermédiaire des flux RSS des quotidiens aveyronnais

Loisirs

Toutes les sorties à faire sur le département

Politique

Sports

Toute l’actualité sportive du département

Vidéos

Toutes les vidéos parlant de l’Aveyron sur Youtube

Accueil » Archive par catégorie

Articles dans Environnement

Bienvenue au Salon Eco-Énergies 2016… de Carmaux
10 octobre 2016 – 15 h 09 min | Pas de commentaire

salon eco-energies 2010-dkz mp.jpg

On est bien heureux d’apprendre à travers un récent article de la presse quotidienne régionale que le Bassin se tourne vers les énergies “propres“ en aménageant le parc photovoltaïque de La Découverte. Malheureusement, la réalité est toute autre. J’ai dit dans des précédentes notes tout le mal que je pensais de la manière désastreuse dont a été suivi ce projet par le président de la Communauté de communes. Projet qui aurait pourtant pu être exemplaire.

 

Mais concernant les énergies “propres“ sur le Bassin, un autre point est passé pratiquement inaperçu.

carmaux-salon enr.jpgLe Salon Eco-Énergies qui avait lieu tous les deux ans en octobre au Laminoir à Decazeville semble bien mort… et enterré. Du moins à Decazeville. Car il renait pratiquement sous la même forme depuis deux ans à Carmaux.

Personne n’a semble-t-il trouvé à la Communauté de communes l’intérêt de maintenir ce Salon sur notre territoire.

Pourtant, les entreprises, les associations, les acteurs régionaux des énergies renouvelables qui étaient présents sur ce Salon étaient globalement satisfaits des affaires et des contacts qu’ils y trouvaient. Les visiteurs également. Même si le dernier Salon de 2014 avait connu une fréquentation en légère baisse du fait de la diminution drastique de son budget, il n’y avait aucune raison de l’abandonner alors que justement, on n’a jamais autant parlé des énergies renouvelables.  

vélo-salon eco-energies 2010 decazeville.jpgPeut-être, les élus de la Communauté de communes n’ont-ils pas été capables de trouver les quelques 8 000 à 13 500 € que coûtait à la communauté de communes cette animation économique importante qui apportait une image positive et dynamique à notre territoire. Ils auraient pu éventuellement puiser dans les recettes qui seront générées par le parc photovoltaïque de la Découverte et qui avoisineraient les 140 000 €. C’est en tout cas ce qui nous était indiqué sur la délibération proposée à la Communauté de communes le 6 décembre 2012. Nous aurait-on trompé là aussi ?

stand enercoop -seemp-dkz 2012.jpgEn vérité, c’est un choix délibéré. En matière énergétique, la Communauté de communes se moque maintenant complètement des énergies renouvelables, sauf pour les ressources financières qu’elles peuvent apporter directement bien sûr. Mais leur réflexion ne va pas plus loin. Ils n’ont même pas conscience que c’est l’avenir de notre société, mais aussi de notre territoire.

En matière énergétique, seuls comptent pour la plupart des élus les petits arrangements avec Enedis, GrDF et le Sieda pour placer par exemple les compteurs Linky et Gazpar et les antennes nécessaires à leur fonctionnement à Decazeville ou pour installer les bornes pour la recharge de voitures nucléaires.

Seuls comptent les petits arrangement avec GDF-Suez-Coffely pour installer un groupe de cogénération gaz à la chaufferie bois de Decazeville qui va ainsi altérer son bilan environnemental. 

vehicule solaire semaine enr 2002.jpgRappelons tout de même que le Salon Éco-Énergies était né à Decazeville par la seule volonté de la mairie de Decazeville. Ce sont les services de la commune, avec un important travail de Myriam de Marcos, qui avaient assuré l’organisation de cette Semaine des Energies Renouvelables du 24 au 28 octobre 2002.

Ce n’est qu’en 2004 que la Communauté de commune a repris avec succès son organisation… pour l’abandonner piteusement dix ans plus tard.

 

Photos : toutes les photos : jlc – Licence Creative Commons

1 – Salon Eco-Energie MP de Decazeville en 2012 

2 – Salon Eco-Energies de Carmaux – 8 octobre 2016

3 – Sur le stand vélo du Salon Éco-Énergies MP 2010 de Decazeville : Jean-Louis Calmettes : AF3V et ADDSCA, Michel Jacquemin de Ebike Discount et Michel et Danièle Guillermou, cyclo-randonneurs et membres de Cyclo Camping International.

4 – Lors du Salon Éco-Énergies MP 2012 de Decazeville, sur le stand d’Enercoop.

5 – Semaine des énergies renouvelables 2002 à Decazeville avec le véhicule solaire

L’écologie balayée par le maire à Decazeville
23 septembre 2016 – 13 h 47 min | Pas de commentaire

Qualité de l'air et de l'eau.jpg

La protection de l’environnement et l’amélioration du cadre de vie sont devenus des thématiques pratiquement inexistantes à Decazeville. Les élus de la majorité n’assistent pratiquement plus aux réunions départementales ou régionales concernant le développement durable, la qualité de l’air, la mobilité, la biodiversité…

Qualité de l'air -Viviez-7-070715.jpgPour s’en convaincre un peu plus, il suffit d’aller sur le site internet de la commune de Decazeville (qui est en fait plutôt le site de propagande de la majorité municipale) à la page écologie. L’onglet “qualité de l’air et de l’eau“ reste désespérément vide depuis deux ans et demi. Pourtant, il suffirait à minima de créer des liens vers l’Oramip pour l’air, vers l’Agence de l’eau Adour-Garonne pour l’eau et vers la Communauté de communes pour l’entretien des rivières. Mais ces sujets n’intéressent visiblement pas les élus majoritaires de Decazeville.

Et cela se voit dans les délibérations proposées en conseil municipal.

Deux délibérations touchant l’environnement et la santé des habitants de Decazeville étaient proposées au vote des élus hier soir.

 

Une subvention de 4 000 € pour l’“Aveyronnaise Classic“ :

Je suis donc intervenu pour m’opposer à cette subvention :

ac-lac-poussière2.jpg

“ Il est tout d’abord regrettable que nous n’ayons pas à disposition la convention dont vous faites référence dans l’énoncé de la note pour présenter cette subvention, comme il est tout autant regrettable que ce point soit abordé après que la manifestation pour laquelle vous souhaitez attribuer une subvention ait eu lieu.

Je souhaitez avoir tout de même cette convention.

Alors que vous vous plaigniez depuis maintenant deux ans et demi d’être étranglés financièrement, vous nous demandez de jeter de l’argent par la fenêtre en subventionnant cette manifestation.

Alors que vous baissez globalement les subventions aux associations de la ville vous nous demandez de donner une subvention de 4 000 € à une association extérieure à la ville.

Qui plus est, à une association organisant une manifestation polluante, bruyante, contribuant au réchauffement climatique, banalisant la violence routière et participant à la destruction de la flore, de la faune et des sols des espaces fragiles en pleine mutation de la Découverte.

ac-dkz-montée2.jpgComment croire une seconde que l’Aveyronnaise Classic va participer au développement économique et à la promotion de Decazeville et du Bassin ?

Cette course va tout au plus asseoir notre ville dans le giron des quelques communes aveyronnaises favorisant les activités motorisées sur son territoire et elle contribuera à nous enfermer un peu plus dans les rangs des indécrottables pollueurs.

D’ailleurs, la très grande majorité des habitants du Bassin et des touristes ont fui cette animation.

Grâce à Pierre Gadéa, alors maire de Decazeville et président de la Communauté de communes, cette course, comme toute autre activité motorisée, n’avait jamais pu accéder au site de la Découverte malgré les nombreuses demandes.

ac-dka-moto.jpgGrâce à vous et au président de la communauté de communes, c’est désormais chose faite.

Pour votre équipe, ce n’est pas nouveau. Depuis 2014, certains ne rêvent que de donner les chemins, les pentes et les eaux du lac de la Découverte aux engins motorisés. Après le jet-ski, voilà la moto et son cortège pétaradant et polluant.

Permettre une telle manifestation, c’est nier le réchauffement climatique. Oui, cette manifestation inutile rajoute son tout petit poids de CO2 à l’énorme machine qui s’emballe et qui va rendre la vie impossible à nos petits enfants.

Permettre une telle manifestation sur ce site, c’est méconnaitre et mépriser sa fragilité.

Permettre une telle manifestation sur ce site c’est rayer d’un trait le travail de plus de dix années d’élus et d’agents intercommunaux qui ont œuvré avec succès pour que la nature y retrouve un peu de place.

Permettre une telle manifestation sur ce site, c’est enfin manquer d’imagination et se priver des formidables atouts environnementaux que s’apprêtait à nous donner généreusement ce site.

Et tout ça, c’est aussi de l’économie.

Aux retombées économiques que pourrait apporter toute l’année cet espace aménagé pour des activités douces de pleine nature qui ont actuellement le vent en poupe ainsi qu’à la baignade l’été, vous préférez favoriser une animation polluante d’un jour ou deux.

journées-patrimoine2016-decouverte.jpgA la promotion de ce site adapté à la découverte de la nature et du patrimoine local, vecteur aussi de retombées économiques, vous préférez une course de motos polluante, bruyante, poussiéreuse et destructrice de l’environnement.

Heureusement, comme la Route des gabarres sur le Lot ou la Montée impossible, à la Martinie, cette manifestation ne durera qu’un temps avant que le bon sens revienne et que l’on comprenne qu’elle n’apporte rien de bon à notre territoire.

Nous voterons donc contre cette subvention et nous espérons que ce genre de manifestation disparaitra rapidement du paysage decazevillois “

Il n’y a pratiquement pas eu de débat à la suite de mon intervention si ce n’est l’intervention d’un de mes collègues pour minimiser les effets du réchauffement climatique et sur l’impact qu’a cette manifestation sur celui-ci.

Nous avons donc été les cinq élus de la minorité à voter contre cette subvention. Tous les autres ont voté pour.

 

Installation de concentrateurs pour le relevé des compteurs communicants de GRDF “Gazpar“ :

Dans un courrier adressé à monsieur le Maire et à mes collègues, je proposais le retrait de ce point de l’ordre du jour.

Monsieur le Maire n’a pas souhaité le faire.

Je me suis donc exprimé sur cette convention uniquement :

La pose de cet équipement n’est que le début d’un processus qui vise à installer des compteurs communicant dans tous les foyers de la ville. GRDF n’est que la première société à proposer son compteur. ERDF suivra avec son compteurs décrié “Linky.

Je m’en tiendrais donc qu’à la lecture de cette convention et je développement plus généralement sur les compteurs communicant dans ma proposition de motion à la suite.

J’ai lu avec attention cette convention et j’ai relevé des points qui m’ont inquiété. :

  • Cette convention engage la mairie pour une durée initiale de vingt ans. Vu les clauses qui suivent, cela risque d’être périlleux dans les années futures.
  • L’Hébergeur (la mairie) devra procéder à ses frais à la maintenance du site, conformément aux règles de l’art et à la réglementation en vigueur (p7)
    • Or cette réglementation peut évoluer et poser des contraintes techniques et financières
  • Il y a de nombreuses contraintes techniques pour l’Hébergeur en cas de travaux dans les locaux (p 8) 
  • Article 10 – Protection de l’image des Parties (p 13)
    • Les Parties veilleront à tout moment à ne pas porter atteinte à l’image et à la réputation de l’autre Partie?????????
      • Nous ne pourrions donc plus être critiques à l’égard de GRDF ? C’est inadmissible ! En tout cas, ne comptez pas sur moi !

Concernant les annexes

  • Description des équipements techniques (p 17):
    • Description plutôt sommaire des équipements, destinée à nous rassurer

Mais j’ai tout de même noté des clauses qui m’ont inquiété :

  • Chaque site sera équipé de une à quatre antennes omnidirectionnelles inférieures à 1 mètre à l’extérieur du bâtiment en bordure de toiture, mais possibilité d’installer un mat de moins de 1 mètre de haut pour supporter les antennes
    • Les toits de nos bâtiments pourraient donc être garnis d’antennes de 2 mètres de hauteur !

Mais il y a pire :

  • L’Hébergeur reconnaît que GRDF sera libre de procéder à toute modification ou extension des ses Equipements Techniques dans la mesure où elles n’ont pas pour effet de nécessiter une modification des emplacements mis à disposition et / ou n’entravent pas le bon fonctionnement du Site de l’Hébergeur et / ou n’entraine pas de défenses supplémentaires pour l’Hébergeur. (p 7)
    • Donc la gentille petite boite de quelques décimètres carrés qui n’émettait que 500 mW pourrait donc devenir beaucoup plus grosse sans que nous n’ayons rien à dire. Mais de plus :
  • L’Hébergeur reconnaît être informé que GRDF dans un souci de mutualisation, pourra être amené à compléter les Equipements Techniques par des équipements similaires appartenant à des tiers. (p7)
    • Il pourrait donc y avoir en plus d’autres petites boites émettrices similaires de GRDF et/ou aussi des équipements d’autres entreprises sans que nous ne puissions rien dire ! pourquoi pas des équipements pour Linky ou d’autres ?
    • C’est inacceptable !

Il faut savoir que les ondes émises par ces équipements se rajoutent entre-elles et aux ondes déjà existantes

Si chacun des émetteurs d’ondes respecte la législation (très permissive en France), c’est la multiplication et l’addition des émissions de ces ondes qui est aussi dangereuse.

La mairie est déjà touchée par de forts rayonnements électromagnétiques extérieurs (étude commandée par la mairie en 2010-2011 réalisée par la CRIIREM), mais aussi intérieurs (matériel informatique).

Il est dangereux de poser ces équipements sur les lieux recevant du public, notamment des enfants, et sur des lieux où du personnel travaille ou habite.

C’est le cas pour la mairie, mais aussi les gymnases et les églises.

 

Conditions financières :

Redevance annuelle de 50 € – redevance insignifiante. Un cadeau à GRDF !

Si GRDF devait installer ces équipements sur des emplacements privés, ça leur coûterait sûrement beaucoup plus cher.

Nous devons donc refuser ces équipements.

Nous voterons donc contre convention et nous vous encourageons à faire de même“.

 

Monsieur le Maire ne comprend pas mes réticences et il a rappelé une fois de plus sa foi inconditionnelle en GRDF. Les citoyens decazevillois apprécieront.

Nous avons donc voté tous les cinq contre cette délibération. Un élu de la majorité s’est abstenu, tous les autres ont suivi le maire.

 

Motion présentée par Jean-Louis Calmettes concernant la convention cadre pour l’occupation du domaine public pour l’installation et l’hébergement d’équipement de télérelève en hauteur par GRDF :

J’avais eu l’occasion de présenter cette motion dans le courrier que j’avais envoyé à chaque conseiller municipal. Vous pouvez donc la retrouver en cliquant ici.

L’actualité me donne une fois de plus raison puisque l’on apprend aujourd’hui dans la presse que 500 000 adresses de Yahoo ont été piratées et que les cyberattaques ont fortement augmenté dans le monde. Des banques, des entreprises, des Etats… sont piratés. Alors que vont faire les cybercriminels en accédant à l’énorme banque de données de nos compteurs communicants ? Ils pourront même intervenir directement chez nous. Il faut arrêter cette folie.

Les cinq élus de la minorité dont je fais partie ont voté pour cette motion. Un élu de la majorité s’est abstenu. Tous les autres ont suivi le maire en votant contre.

 

Projet de traitement des déchets sur Aubin et Viviez :

Une petite délégation de riverains à ce projet était présente à ce conseil afin de sensibiliser sur ce sujet. J’avais réalisé une note en juillet dernier.

Monsieur le Maire a bien voulu leur donner la parole en début de conseil municipal.

umicore-usine traitement.jpg

Je suis intervenu par la suite sur ce sujet lors du point sur le rapport sur la qualité et le prix du service publics des déchets.

Nous voyons dans ce rapport que la part des déchets ultimes, ceux qui risquent d’aller dans le futur projet situé sur les communes d’Aubin et de Viviez, ne cesse de baisser. Mais on peut encore mieux faire. Il faut que la part des déchets recyclables augmente encore plus.

Puisque nos amis d’Aubin et de Viviez sont encore là, je voudrais leur apporter mon soutien. Ce projet privé n’apportera rien de bon pour notre territoire. Très peu d’emplois seront créés. Umicore s’était engagé dans la phase 2 de son projet de dépollution à revégétaliser ce site. Umicore doit tenir parole et ne pas donner suite à ce projet“.

 

Monsieur le Maire ne s’est visiblement pas penché sur ce projet pourtant fort dommageable pour les communes aux alentours. Ce qui me semble très grave pour un maire et vice-président de la communauté de communes.

J’ai terminé sur ce point en précisant que selon un compte-rendu de réunion du comité syndical du SYDOM, le projet de Viviez représenterait une augmentation d’environ 10 € par tonne pour les contribuables aveyronnais, par rapport au projet de Trifyl dans le Tarn, transport compris.

Monsieur le Maire, visiblement incompétent sur ce sujet, mais le soutenant tout de même mordicus, m’a pratiquement accusé de menteur ! Malheureusement, une fois de plus, il a tort.

Vous pouvez voir ce compte-rendu du SYDOM en cliquant ici

 

En conclusion :

Nous avons donc vu hier soir un maire qui s’est dévoilé un peu plus, notamment sur les questions touchant l’environnement et la santé publique. Il a montré que ses connaissances sur ces sujets importants pour l’avenir de notre territoire et de la planète sont quasiment nulles et surtout que ça ne l’intéressait pas. Le réchauffement climatique, la biodiversité, la qualité de l’air et de l’eau, les ondes électromagnétiques, les déchets… tous ces domaines n’ont aucune importance. Pour lui, l’important c’est que les entreprises puissent continuer à faire du business. Tant pis pour les conséquences sur les hommes et la nature.

Inquiétant pour la suite !

Une fois de plus, nous avons été pratiquement les seuls à nous exprimer hier soir à ce conseil municipal. La plupart des élus sont restés muet et ont levé la main docilement aux propositions du maire. Lorsque j’étais dans la majorité, il m’est arrivé parfois de m’exprimer contre les propositions du maire et même de voter contre. C’est ça la démocratie ! 

Mais je ne désespère pas.

Pour la petite histoire, un élu de la majorité est venu me voir à l’issue du conseil municipal pour me dire qu’il refuserait de toutes ses forces la pose chez lui du compteur communicant d’Enedis “Linky“. Connaissant son honnêteté, je suis persuadé qu’il le fera. Mais il me semble que si l’on refuse la pose des compteurs communicants, il faut aussi refuser la pose d’équipements servant au relevé de ces compteurs. Ce me parait logique.

 

Photos (cliquez sur les photos pour les agrandir) :

1 – Capture d’écran site de Decazeville

2 – Oramip

3 à 7 – jlc – Creative Commons

Opération “ dépollution-repollution “ sur le site Umicore du Mas à Viviez ?
19 septembre 2016 – 13 h 31 min | Pas de commentaire

Les opposants au projet viviezo-aubinois montent au créneau.jpg

Vous avez aimé l’opération “ dépollution “ d’Umicore à Viviez ?

Vous adorez sûrement l’opération “repollution “ de Séché Environnement-Sévigné !

L’opération “ dépollution “ de la décharge industrielle du Mas se termine. Mais au lieu de laisser ce site retrouver peu à peu un aspect naturel, un nouveau projet de stockage de déchets arrive porté par Séché Environnement et Sévigné.

Pourtant, dans sa deuxième phase, le programme de “ dépollution “ de la zone du Mas prévoyait une revégétalisation avec plantation d’arbres de l’ensemble des sites dépollués.

Que vient faire ce projet privé de traitement et de stockage de déchets sur ce site ? D’autant plus que la meilleure solution et la moins onéreuse pour les déchets aveyronnais a été balayée d’un revers de main par les élus départementaux et du SYDOM. Elle permettait pourtant une gestion publique des déchets.

Que se cache-t-il derrière ce revirement d’Umicore ? Il serait dommage pour cette entreprise se voulant exemplaire que la deuxième phase de ce programme ne soit pas respectée !

Les compteurs communicants arrivent sur Decazeville
16 septembre 2016 – 12 h 09 min | Pas de commentaire

mairie-central-telephonique.jpg

Si la pose des compteurs « Linky » d’Enedis (ex ErDF) est prévue sur Decazeville en 2018, il semble que pour les compteurs « Gazpar » de GrDF, ce délai semble imminent.

Le point 28 du conseil municipal du 22 septembre 2016 traite de l’installation de deux concentrateurs GrDF sur Decazeville destinés à collecter les données des compteurs communicants « Gazpar » qui seraient déployés sur la ville.

Cliquez dessus pour agrandir.

point28.jpg

 

Bien entendu, en donnant l’autorisation à GrDF d’installer ces concentrateurs, nous acceptons de fait l’installation des compteurs « Gazpar », mais ce sera aussi par la suite, la quasi impossibilité de refuser les compteurs « Linky » d’Enedis.

Il est donc important de s’opposer à cette délibération.

C’est pour cela que je demande d’abord son retrait de l’ordre du jour.

Mais nous devons aller plus loin. Le règlement intérieur du conseil municipal permet aux conseillers municipaux de soumettre des vœux et des motions. J’ai donc soumis ce jour une motion à Monsieur le Maire de Decazeville et j’ai adressé un courrier à chaque conseiller municipal afin de les informer sur cette motion.

Pour le bien-être des habitants de notre ville, pour la protection de leurs libertés individuelles, pour éviter une gabegie financière inutile, j’espère que nous serons nombreux à adopter cette motion.

 

Le texte de cette motion figure ci-dessous.

 

—–

Motion présentée par Jean-Louis Calmettes

La pose de compteurs communicants fait l’objet d’un fort refus de la part des particuliers.

Ce refus est suscité pour plusieurs raisons, dont la principale est le souci de protection de la santé des habitants, à commencer par celle des enfants. En effet, s’ils sont installés, les compteurs communicants émettront des ondes-électromagnétiques que GrDF présente comme anodines, ce qui est fortement contesté par diverses associations comme Robin des Toits, PRIARTEM, le CRIIREM.

D’autre part, des programmes de mise en place d’autres compteurs communicants sont en cours, en particulier pour l’électricité (compteur « Linky » d’ErDF) et éventuellement pour l’eau (deux compteurs : eau chaude et eau froide). Accepter ces programmes aboutirait à avoir jusqu’à 4 compteurs pour chaque logement, démultipliant ainsi les risques.

Qui plus est, pour exploiter les fonctions des compteurs communicants, ErDF injecte des signaux dans le circuit électrique des habitations, par la technologie CPL (Courant porteur en ligne). Or, les câbles des habitations n’ont pas été prévus pour cela, ils ne sont pas blindés, et de fait le CPL génère des rayonnements nocifs pour la santé des habitants et particulièrement celle des enfants car ils sont plus vulnérables face aux risques causés par ces technologies.

Il est très important de noter que :

  • depuis le 9 février 2015, la loi n° 2015-136 dite « Abeille » interdit le wi-fi dans les crèches et le limite dans les écoles.
  • depuis le 31 mai 2011, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classe « cancérogènes possibles » (Groupe 2B) les rayonnements issus de la téléphonie mobile, du wi-fi, du CPL, etc.

Par ailleurs, toutes les compagnies de réassurance excluent la prise en charge en Responsabilité Civile des dommages liés aux ondes électromagnétiques.  

Même si la question de la santé publique est cruciale, d’autres raisons importantes poussent à rejeter la demande de GrDF :

  • les compteurs communicants, bien que prétendus « intelligents », sont aisément piratables. Bien sûr, les installateurs assurent que tout est « parfaitement sécurisé », mais l’actualité montre que des systèmes supposés être encore bien plus « sécurisés » (banques, ministères, etc) sont régulièrement pris en défaut.
  • les promoteurs des compteurs communicants prétendent qu’ils permettront de faire des économies d’énergies. Cette affirmation est fortement contestée par les associations. Des mesures simples permettent de réaliser des économies d’énergie beaucoup plus efficacement.
  • l’installation massive de compteurs communicants est prétendue indispensable pour le développement des énergies renouvelables en France, mais l’installation généralisée de tels compteurs a été abandonnée par l’Allemagne, alors que ce pays développe beaucoup plus massivement les énergies renouvelables.
  • les compteurs communicants, s’ils sont installés, permettront aux opérateurs de recueillir d’innombrables données sur notre vie privée, utilisables à des fins commerciales mais aussi éventuellement de surveillance et donc de remise en cause des libertés individuelles et publiques.
  • Par ailleurs, une étude de la CRIIREM datant de 2010 avait noté que les locaux de la mairie de Decazeville subissaient déjà de forts rayonnements électromagnétiques dus à la proximité du central téléphonique. Il n’est donc pas souhaitable d’en rajouter avec l’installation d’un concentrateur.

 

Notez enfin que les compteurs actuels fonctionnent tout à fait correctement et que leur non remplacement par des compteurs « communicants » ne pose donc aucun problème. Il est par ailleurs possible depuis longtemps de signaler à votre fournisseur, par téléphone ou par le web, la consommation réelle affichée par votre compteur, de façon à éviter toute surfacturation due à une estimation imprécise.

De nombreuses communes petites et grandes ont pris des arrêtés afin d’interdire la pose de ces compteurs communicants chez les particuliers et d’équipements connexes sur le domaine public.

Elles sont à ce jour plus de 250 dont des villes importantes comme Caen, Fontenay, Bondy Bagnolet, mais aussi de nombreuses petites villes et villages dans toute la France, y compris en Aveyron dont Saint-Victor-et-Malvieu, Villeneuve-d’Aveyron, La Bastide-Pradines, Monteil, Foissac…

Et ce n’est qu’un début.

Des collectifs opposés à la pose de ces compteurs communicant existent partout en Aveyron, y compris sur le Bassin où une trentaine de personnes se sont retrouvées en février dernier alors que l’on parlait tout juste de ce problème.

 

Il est donc prématuré de donner l’autorisation à GRDF d’installer ces concentrateurs sur le domaine public.

Nous devons au contraire prendre des délibérations afin de nous opposer à l’installation de ces équipements ainsi que des compteurs communicants.

 

  • Considérant que les compteurs communicants sont facteurs de risques pour la santé des habitants et pour le respect de leur vie privée ;
  • Considérant qu’il n’est économiquement et écologiquement pas justifié de se débarrasser des compteurs actuels qui fonctionnent très bien et ont une durée de vie importante ;
  • Considérant que les communes ont pour vocation de servir l’intérêt général, et que les programmes de compteurs communicants visent au contraire à favoriser des intérêts particuliers, notamment commerciaux,

 

le Conseil municipal de Decazeville :

  • décide que les compteurs de gaz de Decazeville ne seront pas remplacés par des compteurs communicants, et qu’aucun système relevant de la téléphonie mobile (GPRS ou autre) ne sera installé dans la commune par GrDF ou une société agissant pour le compte de GrDF.
  • demande au Syndicat Intercommunal d’Énergies du Département de l’Aveyron (SIEDA) d’intervenir immédiatement auprès de GrDF pour lui signifier que les compteurs communicants et les concentrateurs ne doivent pas être installés à Decazeville.

—–

Le conseil municipal se déroulera le jeudi 22 septembre à 18 h, salle du conseil municipal au premier étage de la mairie de Decazeville. L’accès est libre mais il n’est pas possible au public de s’exprimer sans y avoir été autorisé auparavant par le maire.

 

Pour plus d’informations sur ces compteurs communicants, je vous propose le site créé par Stéphane Lhomme, conseiller municipal de Saint-Macaire en Gironde, première commune a avoir délibéré sur le non remplacement des compteurs existants par des compteurs « Linky » et « Gazpar ».

Stéphane Lhomme fait des conférences dans toute la France. Il sera vraisemblablement à Gramat dans le Lot le 15 octobre (date à confirmer).

La Découverte au fil du temps
25 août 2016 – 7 h 35 min | Pas de commentaire

Pas sûr que cette photo de La Découverte qui date d’une dizaine d’années donne envie aux randonneurs et aux touristes de venir marcher à Decazeville. Elle a pourtant illustré un article sur les randonnées de l’Aveyron dans Centre-Presse du 25 septembre 2016. Manque d’images récentes ? Volonté de nuire ? Je ne pense pas. Peut-être le manque d’envie de consulter l’agence locale pour avoir une photo mettant en valeur ce site.

Randonnée Bassin - La Découverte - CP-250816.jpg

En tout cas, la Découverte en 2016, c’est plutôt ça !

la decouverte.jpg

Enfin… pas pendant et après le passage de l’Aveyronnaise Classic…

ac-lac-poussière - copie.jpg

Photos : cliquez sur les photos pour les agrandir

Photo 1 : article de Centre-Presse du 25 août 2016

Photos 2 et 3 : ilc – Licence créative Commons

La sécurité routière à Decazeville
16 août 2016 – 14 h 57 min | Pas de commentaire

accident rue cayrade.jpgPour avoir une situation précise de l’accidentologie sur notre ville, il conviendrait de se baser sur les données établies par les procès-verbaux de la police nationale. Données que je n’ai malheureusement pas. C’est donc à la lecture d’articles de ces dernières années tirés de la presse quotidienne régionale dont vous avez quelques extraits ci-dessous et des points presse annuels de la zone de police, que je vais essayer de tirer quelques enseignements de l’accidentologie sur la voirie sur notre ville et voir quelles mesures il serait intéressant de prendre pour y améliorer la sécurité routière.

Accidents Decazeville.jpegLes accidents touchent tous les modes de mobilité, mais je note tout de même une proportion significative d’accidents impliquant des piétons ou des deux roues motorisés. Les causes de tous ces accidents semblent diverses : moment d’inattention, imprudence, alcoolisme… mais la vitesse excessive semble être une des causes importantes.

accident - giratoire sous mairie.jpg

 

Il est important de rappeler que plus la vitesse d’un véhicule est rapide, plus le champ de vision de son conducteur est réduit et plus la distance de réaction et de freinage est longue. La vitesse a également une forte responsabilité dans la gravité des blessures, surtout pour les accidents impliquant des piétons.

Risques choc piéton.jpgRappelons que le risque d’un piéton d’être tué dans une collision avec une voiture est fonction de la vitesse de l’impact. En cas d’accident, les chances de survie d’un piéton sont huit fois plus élevées à 30 Km/h qu’à 50 Km/h et deux fois plus élevées à 20 Km/h qu’à 30 Km/h (Voir graphique ci-contre – Source Certu).

 

La sécurité routière est un des domaines touchant à la mobilité qui me préoccupe depuis longtemps. Le problème de la sécurité routière sur Decazeville avait déjà été soulevé lors de l’élaboration du Plan Global de Déplacements du Bassin en 2006.

rue cayrade - 1983-2015.jpg

Les véhicules motorisés sont de plus en plus puissants, la population locale est vieillissante et donc plus vulnérable, les modes actifs (vélo, marche à pied) se développent, la physionomie des rues de la ville a très peu évoluée si ce n’est la rue Gambetta et une partie de la rue Cayrade, et la circulation motorisée à Decazeville est parfois aussi anarchique que dans les années 80 ou la RN 140 traversait la ville.

Les modes de mobilités ont fortement évolué partout en France et les règlements et aménagements urbains se sont adaptés à cette évolution. Malheureusement, à part la mise en service du TUB en 2008, cette évolution n’a semble-t-il pas encore touché Decazeville et le Bassin en général.

Le Plan Global de Déplacements du Bassin de 2006 esquissait pourtant les grandes lignes pour “ Maîtriser la circulation automobile par un meilleur fonctionnement de la voirie et de la sécurité routière sur le Bassin

hierachisation voirie -pgd.jpg

 Cela passait par deux actions principales : établir une hiérarchisation de la voirie sur le Bassin et aménager une zone 30 dans le centre-ville de Decazeville, mais aussi par la création d’un réseau pour les vélos et enfin par des actions vers les piétons et les personnes à mobilité réduite.

Le Plan Global de Déplacement du Bassin prévoyait de réaliser rapidement une étude concrète et les réalisations financées par la commune devaient débuter dès 2008.

A mon grand regret, pas grand chose n’a bougé depuis 2006.

Seul un Schéma Modes Doux a été réalisé en 2010… qui n’a été suivi que par très peu de réalisations.

 

Hiérarchisation de la voirie :

La hiérarchisation de la voirie est un moyen de représenter un réseau de voies à partir de plusieurs critères préalablement définis. Ces critères sont multiples. Ils peuvent être :

  • par catégories de maitres d’ouvrage de ces routes : route nationale, départementale ou communale,
  • par fonction : classe de trafic, de vitesse, type de liaison…

Cette hiérarchisation servira ensuite lors de la programmation des aménagements à laquelle elle sert de référence.

Elle permet ainsi d’obtenir des gains en termes de sécurité, par une plus grande cohérence entre classes de voies et donc par une meilleure lisibilité du réseau pour les usagers.

 

Les Zones de Circulation Apaisées :

ZCA.jpg

La législation, les règlements, les aménagements et les pratiques évoluent vers une cohabitation de tous les modes de mobilités en ville. Pour cela le Code de la route évolue en zone urbaine vers la démarche Code de la rue, démarche qui vient de Belgique et qui été étendue en France grâce au Décret 2008-754 du 30 juillet 2008. Le principe de prudence des conducteurs à l’égard des usagers les plus vulnérables y est acté (Article R412-6 du Code de la route).

J’ai évoqué dans une récente note l’évolution de la législation et des règlement concernant les modes actifs, vélo et marche à pied, étape importante pour favoriser ces modes de mobilité économiques que tout le monde peut pratiquer.

 

DSC dans une courbe.jpgIl existe trois modèles de ZCA (Zone de Circulation Apaisée) : la zone 30, la zone de rencontre et l’aire piétonne.

Les Zones de Circulation Apaisées entendent donc favoriser la cohabitation de tous les modes de mobilité pour une meilleure sécurité de tous, notamment des usagers de la voirie les plus vulnérables (cyclistes et piétons).

Il est à noter que cette cohabitation de tous les modes de mobilités fait également économiser de l’argent aux collectivités lors des aménagements de voiries. Plus besoin de faire de gros aménagements pour les piétons et les cyclistes. Une signalétique verticale et horizontale ainsi que quelques légers aménagements appropriés pour apaiser la vitesse des véhicules motorisés (ralentisseurs, chicanes…) suffisent maintenant pour avoir des villes accessibles à ces usagers en toute sécurité, pour peu que l’on en ait la volonté.

Il reste bien sûr à réaliser sur la voirie et l’espace public les indispensables aménagements pour permettre les déplacements des personnes à mobilité réduite.

 

Zone 30 :

 Il convient d’abord de faire une différence entre « zone 30 » et « voie limitée à 30 Km/h ». Le tableau ci-dessous extrait d’un guide du Cerema (ex Certu) l’explique très bien.

Zone 30 : Rue limitée à 30 Km:h.jpg

 

zone 30.jpgLa zone 30 est un espace public affecté à la circulation de tous les usagers où on cherche à instaurer un équilibre entre les pratiques de la vie locale et la fonction de circulation. Les doubles-sens cyclables y sont généralisés comme pour les rues à sens unique à 30 Km/h depuis le 1er janvier 2016. Des études démontrent que les doubles-sens cyclables contribuent à une modération de la vitesse des usagers motorisés et donc à une meilleure sécurité routière. La mise en place des doubles sens cyclables sur 215 Km de rues à sens unique à Paris depuis 2008 n’a pas augmenté le nombre d’accidents impliquant notamment des cyclistes ou des piétons.

Les piétons ne sont pas prioritaires en zone 30.

Des aménagements modérateurs de vitesse et de traversée des piétons sont généralement combinés.

La signalisation y est minimale, juste des panneaux aux entrées et sorties de cette zone et éventuellement une signalisation au sol (voir ci-dessous le schéma d’une rue à sens unique en fin de zone 30).

Zone 30 rue à sens unique.jpg

 

La zone de rencontre :

zone de rencontre.jpgDans les zones de rencontre, la priorité est donnée aux piétons, mais la circulation automobile n’y est pas interdite. Elle est limitée à 20 Km/h. La circulation est à double sens pour les cyclistes. Le stationnement y est autorisé uniquement sur des emplacements matérialisés. Afin d’améliorer la perception de la fonction de la voie, il est possible d’ajouter à la signalisation réglementaire un marquage d’animation sur la voirie.

zone de rencontre -viviez.jpgIl faut noter que des zones de rencontre existent déjà sur notre territoire. La commune de Viviez en a instaurée une devant l’école de Viviez-Pont sur l’avenue Adam Grange. Cette rue est à double sens.

 

 

 

Zone de rencontre - Flagnac -300716.jpgLa commune de Flagnac a également instaurée une zone de rencontre dans la traversée du bourg. La rue est en grande partie en sens unique et les vélos ont donc la possibilité de circuler dans les deux sens.

 

 

Ci-dessous, le schéma montre le principe de fonctionnement d’une zone de rencontre. A noter le marquage d’animation (ici cercles colorés) pour bien marquer la fonction de cette voirie et inciter les véhicules motorisés à la prudence.

Zone de rencontre - Marquage d'animation.jpg 

L’aire piétonne :

aire piétonne.jpgLa priorité est au piéton qui circule sur la chaussée. L’accès aux véhicules motorisés est limité sur autorisation liée à la desserte et en circulant au pas. Les vélos y sont admis dans les deux sens, sans gêner les piétons. Le stationnement est interdit aux véhicules motorisés.

 

Zone 30 - Prenons le temps de vivre - Metz.jpgToutes les Zones de Circulation Apaisée doivent bien sûr faire l’objet d’une communication importante des collectivités qui les mettent en place, notamment pour les rues commerçantes. Il est d’ailleurs important d’impliquer les commerçants pour la réussite de ces aménagements dont ils seront les premiers bénéficiaires avec les riverains qui habitent ces rues : sécurité routière améliorée, accessibilité aux commerces facilitée, plus de chalands, plus de convivialité, moins de bruit, meilleure qualité de l’air…

 

Quelle pourrait être la configuration à Decazeville :

La priorité serait de mettre en place les mesures préconisées dans le Plan Global de Déplacement du Bassin de 2006 : établir une hiérarchisation de la voirie et créer une zone 30 dans le centre-ville de Decazeville.

Vous avez sur la carte ci-dessous les rues qui pourraient éventuellement bénéficier de cette zone 30 (en bleu foncé). On peut noter que certaines rues ou tronçons de rue de cette zone sont déjà limités à 30 Km/h.

DECAZEVILLE - Zone 30 - Zone de rencontre.jpg

Cette zone 30 pourrait être complétée par une zone de rencontre sur le tronçon de la rue Cayrade récemment rénové (en orange sur la carte) afin d’y favoriser notamment la fréquentation et la sécurité des clients des commerces.

Enfin, pourquoi ne pas établir par la suite une deuxième zone 30 au nord de la RD 840 afin de sécuriser les voies venant du lycée de l’hôpital et de la cité de Trépalou. Beaucoup de rues sont d’ailleurs là aussi déjà limitées à 30 Km/h sur ce secteur.

 

Lors de la dernière réunion de la commission “ Transport et mobilité “ de la Communauté de communes en mai dernier, il a été évoqué la réactualisation du Plan Global de Déplacements grâce à un appel à projet de l’ADEME qui financerait 50 % des études. Le périmètre de cette étude serait élargi aux communes de la Vallée du Lot afin d’anticiper la future communauté de communes. Voilà une bonne initiative… à condition que cette future étude ne finisse pas au fond d’un tiroir comme l’a été en partie celle de 2006.

 

Photos : cliquez sur les photos pour les agrandir

Photos : 1, 4 (avec Midi Libre), 12, 13, 17 (avec OpenStreetMap) – jlc – Licence Créative Commons

Photo 2 : extraits d’articles de La Dépêche du Midi et Centre-Presse

Photos : 3, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 14, 15, 16 – Cerema – Certu

Photo 5 : Communauté de communes du Bassin Decazeville-Aubin (PGD)

Traitement des déchets en Aveyron : circulez, il n’y a rien à voir !
18 juillet 2016 – 8 h 34 min | Pas de commentaire

Non aux poubelles de la région - Bord -060716.jpgUn peu d’histoire récente :

Quelle mouche a donc piqué les élus du Conseil Départemental de l’Aveyron et ceux du conseil syndical du Sydom Aveyron ?

Après la commission permanente du Conseil Départemental le 1er février dernier, c’était au tour du comité syndical du Sydom de rejeter fin mars l’offre de Trifyl, homologue du Sydom dans le Tarn et actuel gestionnaire des déchets ultimes aveyronnais, pour le traitement des déchets ménagers après 2020.

Pour justifier ce choix, les élus du conseil départemental ont prétexté de fortes contraintes budgétaires et l’obligation de rester sur le territoire aveyronnais notamment pour respecter les objectifs de la transition énergétique, favoriser la création d’emplois locaux et maîtriser la gouvernance d’une problématique aveyronnaise.

Certes, ces objectifs semblent respectables, mais qu’en est-il exactement ?

Les contraintes budgétaires sont réelles, mais on arrive bien par exemple à trouver des millions pour des projets qui ne sont pas directement de la compétence du conseil départemental comme pour la RN 88 ou d’autres projets.

Quant aux objectifs de la transition énergétique ils doivent être analysés finement pour les deux projets en concurrence.

méthanisation trifyl.JPGCertes le traitement des déchets ménagers pour Trifyl est situé dans le Tarn.

Mais le regroupement de deux départements peut procurer des avantages importants en matière d’économies d’échelles, que ce soit en termes financiers ou énergétiques, d’autant plus que le projet concurrent ; celui de Séché-Sévigné est lui situé à Viviez, au nord-ouest du département et aux limites de l’Aveyron, du Lot et du Cantal. 

Site de Peyrolières2 -Google Earth.jpgConcernant la santé humaine et la lutte contre l’effet de serre, il faut aussi analyser le mode de traitement de ces déchets. Pour Trifyl, ça passe par un nouveau centre de tri performant qui peut très bien être installé dans l’Aveyron et par une expérience de plus de 18 ans dans la récupération et le traitement des biogaz issus de la décomposition des déchets. Expérience dont nous avons déjà profité. Que savons-nous du projet privé de Séché-Sévigné à Viviez ? Pas grand chose pour le moment. On nous parle de « solutions techniques tournées vers l’avenir et inscrite dans une démarche d’économie circulaire qui permettront de valoriser plus de déchets sous forme de matières et d’énergies… C’est une projet ambitieux pour le territoire, c’est aussi une opportunité de reconversion vers l’économie verte pour les terrains dépollués et pour lesquels il n’y a pas de conflit d’usage avec des activités agricoles ou touristiques… » (La Dépêche du Midi du 26 novembre 2015). Ça sent bon la langue de bois.

Site de Peyrolières - Travaux -180813.jpgCe que l’on sait, c’est que ce projet a été refusé sur le Lévezou et que l’on aurait une peu tendance à prendre les habitants du Bassin pour des ploucs prêts à accepter le moindre projet pour quelques emplois. Il y a déjà sur Viviez un incinérateur installé récemment (appelé pompeusement oxydateur thermique) et une usine classée Sévéso seuil bas. Le fonctionnement de cette nouvelle unité de traitement de déchets et le passage de nombreux camions portant ces déchets aggraverait encore plus l’environnement et la santé des habitants de ce secteur qui ont déjà beaucoup donné.

 

Le mode de gestion :

Trifyl propose une gestion commune avec le Sydom en créant une SEM (Société d’Economie Mixte). C’est donc la poursuite d’un service public qui a fait ses preuves entre Aveyron et Tarn et dont les bénéfices serviront directement à baisser la facture des contribuables aveyronnais, pas à rémunérer des actionnaires comme pour le projet Séché-Sévigné.

Car enfin, qui paiera pour ce traitement des déchets ?

Tous les foyers aveyronnais assujettis à la taxe ou à la redevance des ordures ménagères. Les Aveyronnais ont donc leur mot à dire.

Ils n’ont malheureusement pas pour l’instant les informations pour se faire une opinion et on ne leur donne surtout pas les moyens de donner leur avis.

A la fin des années 1990, les élus départementaux aveyronnais avaient décidé d’incinérer les déchets aveyronnais. Heureusement, grâce à une circulaire de Dominique Voynet, alors ministre de l’aménagement du territoire et de l’environnement favorisant la prévention et la réduction des déchets et leur valorisation matière, mais aussi grâce à l’action de Bruno Berardi et des Verts aveyronnais qui n’ont pas hésité à saisir le tribunal administratif de Toulouse et la cour administrative d’Appel de Bordeaux, ce projet a fini à la poubelle. Mais il fallait tout de même trouver un mode de traitement et un lieu pour traiter ces déchets en Aveyron. Par manque réel d’intérêt et de courage, les élus aveyronnais se sont passés la patate chaude de mandat en mandat.

Heureusement que le Tarn avec Trifyl a proposé une solution technique acceptable et un mode de gestion en régie.

 

Un problème aveyronnais, mais aussi local :

Non aux poubelles de la région - Brammarigues -110716.jpgIl semble que le projet de Séché-Sévigné ne fasse pas que des heureux sur le Bassin. Des voix commencent à se faire entendre, une pétition est en cours et des panneaux commencent à fleurir dans la campagne aubinoise et viviezoise.

Les conseillers départementaux locaux qui poussent à la création de cette usine à Viviez feraient bien de s’intéresser à cette montée de colère.

Tout le monde se souvient de la proposition de créer une usine d’incinération de déchets ménagers à Boisse-Penchot à la place de la centrale électrique de la SNET. La levée de bouclier a été immédiate et forte, d’autant plus que le projet était plutôt bancal.

Déplacer les déchets industriels d’Umicore de la zone de Peyrolières vers une alvéole au dessus de Viviez a permis de retrouver un espace « propre » et une qualité des eaux de l’Enne améliorée.

decazeville,viviez,déchets ménagers,sydom,conseil départementalPas sûr que les habitants de Viviez et d’Aubin aient envie de retrouver une usine de traitement et de stockage de déchets ménagers à la place.

D’autant plus que les créations d’emplois prévues font plutôt figure de miroir aux alouettes.

Un centre de tri des déchets en Aveyron associé à la création de réseaux de chaleurs publics bois comme propose Trifyl créeraient sûrement plus d’emplois qu’une usine à Viviez.

Une telle usine à Viviez, à la croisée de trois départements inquiète localement aussi beaucoup de personnes qui ne veulent pas « être la poubelle de la région ».

En attendant, les terrains autours de cette « future » zone de traitement des déchets font l’objet d’un fort intérêt et les chemins existant autour de cette zone ne sont plus du tout accessibles. Tout semble fait pour ficeler sur le terrain une opération décidée en cercle restreint. Pas de quoi rassurer les riverains. Au contraire !

 

Photos : cliquez sur les photos pour les agrandir :

Photos 1, 4 et 5 : jlc, licence Créative Commons

Photo 2 : Trifyl

Photo 3 et 6 : A partir de Google Earth

Vente d’un terrain de 2,5 ha au Soulacre à Decazeville
3 juillet 2016 – 8 h 45 min | Pas de commentaire

vente terrain.jpgNous devions nous prononcer lors du dernier conseil municipal sur la vente de certains terrains.

Si pour la plupart, situés dans la partie nord de la ville, nous avons voté favorablement car nous avions aussi inventorié ces terrains en 2013, la vente d’un terrain de surface importante au Soulacre nous a interpellé.

 

Je me suis donc exprimé sur ce point :

 

terrain le soulacre2.jpgPour cette vente, il s’agit d’un terrain d’une surface de presque 2,5 ha (parcelles légèrement bleutées sur le plan) situé à 500 à vol d’oiseau de la mairie, orienté sud-ouest, proche d’une voie à grande circulation (giratoire de Fontvergnes), qui ne semble pas impacté par le PPRM ni par d’autres contraintes fortes.

Il est certes pentu, mais les constructions proches démontrent que ce n’est pas rédhibitoire pour d’éventuelles constructions.

terrain le soulacre3.jpgSi nous ne voulons pas l’exploiter maintenant, nous avons là un patrimoine à conserver pour l’avenir.

Le but d’une collectivité est aussi d’envisager l’urbanisme sur le long terme et en tout cas de ne pas hypothéquer les éventuels projets de nos successeurs dans dix, vingt, trente ans ou plus.

terrain le soulacre1.jpgDe plus, vendre ce terrain 4 500 euros, soit environ 18 cts€/m2, me semble ridiculement bas malgré l’estimation des Domaines.

Le besoin d’argent ne justifie pas tout.

 

Nous ne sommes donc pas favorables à ce que notre commune se sépare de ce terrain.

Photos : Cliquez sur les photos pour les agrandir

Plan : Mairie de Decazeville

Photos terrain : jlc – Licence Créative Commons

Pour le maintien des chemins du Parc Intercommunal
2 juillet 2016 – 8 h 44 min | Pas de commentaire

Photovoltaïque - Photos.jpgIl y a un mois, je me suis aperçu que certains chemins traversant le parc photovoltaïque en surplomb de La Découverte avaient été purement et simplement supprimés, des clôtures empêchant totalement le passage sur certains secteurs.

Ce n’était bien sûr pas prévu dans l’enquête publique de ce parc photovoltaïque.

J’ai donc pris contact avec la Communauté de communes et alerté son président.

Mais j’ai de plus profité du conseil municipal de hier soir pour proposer un vœu qui sera transmis à la Communauté de communes du Bassin Decazeville-Aubin.

——–

Dès 2004, l’Agenda 21 du Bassin prévoyait de soutenir le développement des énergies renouvelables. Le projet de parc photovoltaïque sur le Parc intercommunal est réellement né en 2009.

L’enquête publique pour la réalisation de ce projet s’est déroulée du 8 juin au 9 juillet 2015. Le commissaire enquêteur a donné un avis favorable le 31 juillet 2015.

comparatif plans EP - PC-1015.jpgPour diverses raisons, la Communauté de communes du Bassin Decazeville-Aubin a déposé un nouveau permis de construire en octobre 2015, soit deux mois après les conclusions de l’enquête publique, agrandissant les surfaces de certaines zones sur la commune de Decazeville.

Les zones agrandies concernent le plateau de Nauquières qui avait été reboisé il y a maintenant plus d’une vingtaine d’années et le plateau situé en dessous allant de la barrière de Nauquières au dessus de Combes jusqu’au belvédère de l’Aérien à Decazeville.

Schéma zones 4,5,6,7.jpgDans cet agrandissement, les zones 4 et 5 du parc photovoltaïque ont été réunies et ceinturées par une seule clôture. Le chemin prévu dans l’enquête publique conduisant du bas de la zone 4 (barrière de Nauquières) jusqu’à la zone 6 a été supprimé.

Plus grave, une partie du chemin faisant le tour du plateau de Nauquières a été annexé par la zone 7 du parc photovoltaïque. Ce chemin très agréable et très prisé des promeneurs, abrite également une faune et une flore intéressante, témoin du passage de cet ancien terrain industriel en espace naturel. On peut notamment y découvrir depuis quelques années des espèces d’orchidées dont des Sérapias à languette. Si ces plantes n’ont pas été détruites dans la pose des clôtures, elles ne seront de toute façon plus visibles car annexées dans le périmètre de la zone photovoltaïque 7.

 (Voir le schéma à droite – Les flèches avec les numéros indiquent le numéro de la photo en haut de note et l’angle de prise de vue)

Il n’est bien sûr pas question de s’opposer à l’installation du parc photovoltaïque sur ces zones. C’est un projet que nous souhaitons voir aboutir dans les délais.

 

Mais la suppression de ces chemins est préjudiciable pour la libre circulation des promeneurs, randonneurs, cyclistes, naturalistes… mais aussi pour le développement d’un tourisme de découverte de notre patrimoine et de notre histoire sur le Parc Intercommunal.

C’est également préjudiciable au développement des énergies renouvelables car beaucoup vont rejeter la faute de la perte de ces chemins à la création de ce parc photovoltaïque.

Les retombées financières de ce parc photovoltaïque permettront très largement d’entretenir ces chemins.

 

Par ce vœu, nous demandons donc à la Communauté de communes du Bassin Decazeville-Aubin de tout mettre en œuvre pour maintenir ces chemins à la libre circulation des personnes comme cela était prévu dans l’enquête publique de juin et juillet 2015.

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Mieux respecter les animaux, c’est mieux respecter les Hommes
3 juin 2016 – 12 h 25 min | Pas de commentaire

Il y a maintenant de nombreuses années que je défends la cause animale et que je milite contre l’exploitation des animaux sous toutes ses formes.

Bienvenue dans le comté de Mondalazc - Pipo.jpegVers la fin des années 1990, je soutenais et participais aux actions de l’association Causse en Liberté qui s’opposaient au parc animalier que voulait créer sur ce magnifique causse le vicomte de La Panouse déjà propriétaire de plusieurs parcs animaliers. Malheureusement, nous avons perdu et ce parc s’est fait. Mais cette lutte m’avait très marqué. Elle m’avait aussi beaucoup appris pour la suite de mon militantisme tant pour la cause animale dans les parcs animaliers et cirques, que pour sa dimension non violente et culturelle. Je garde avec préciosité un magnifique livre dédicacé de Claude Nuridsany et Marie Perennou, auteurs du magnifique film Microcosmos, gagné à un « quine » organisé par Causse en Liberté. Mieux que de gagner un dindon ou un filet garni quand même ? Tout comme je garde le souvenir d’avoir assisté à la pièce d’Yves Garric « Les tigres de Cantagasse » jouée par la Compagnie du Théâtre à Moudre à la salle des fêtes comble de Salles-la-Source.

Le mémoire de sociologie que j’ai réalisé en 1998 dans le cadre d’études au CNAM partait de l’exemple de Mondalazac et traitait déjà d’un thème important à mes yeux : associations et conflits environnementaux.

Cliquez ci-dessous pour le découvrir (avec indulgence) :

Des moutons, pas des lions – Des vignes, pas des lignes – J-Louis Calmettes -1998-web.pdf

 

L’installation d’un parc animalier sur le type de Sigean à Millau est bien sûr une mauvaise nouvelle. Comment peut-on avoir des idées aussi saugrenues lorsque l’on est sur un territoire inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco pour son paysage culturel de l’agro-pastoralisme ? En plus d’une atteinte à l’intégrité des animaux, c’est un non sens !

 

cirque muller- lions.jpgQuoi de plus naturel ensuite de m’opposer aux cirques se déplaçant de ville en villes, transportant et exposant des animaux sauvages enfermés dans des cages minuscules.

Il y a quelque chose de dégradant à enfermer des animaux sauvages toute leur vie dans des cages, loin de leurs territoires d’origine et à les voir exécuter des numéros grotesques pour quelques frissons malsains. Il n’y a surtout rien de pédagogique à les voir ainsi et il est navrant de voir des instituteurs amener leurs élèves dans les ménageries ou des parents amener leurs enfants dans ce genre de spectacle.

cirque muller -kakemono rue gambetta.jpgJ’ai donc signé en 2009 la pétition de 30 Millions d’Amis pour des cirques sans animaux sauvages, et j’ai toujours soutenu cette position auprès de mes collègues du conseil municipal de Decazeville afin que nous n’accueillions pas de cirques avec des animaux. Je me suis trouvé bien seul.

J’ai bien sûr rejoint le récent groupe Facebook « L’Aveyron dit STOP aux cirques avec animaux » qui a déjà 375 abonnés.

 

De la même manière, je suis depuis de nombreuses années un militant anti-corrida, adhérent au CRAC. La corrida n’est pas un art, même pas une tradition française. C’est avant tout de la torture en réunion sur des animaux.

 

chat libéré.jpgDès 2008, élu à la mairie de Decazeville, je me suis occupé avec l’association Aide aux Animaux Abandonnés du Bassin des animaux errants dans la ville. Dès cette année là, nous avons débuté une campagne de stérilisation et d’identification associée à une communication en direction des habitants. Grâce à cette action qui a été pérennisée par la mairie et à cette association, ce sont des centaines de chats qui ont été stérilisés et adoptés.

 

Enfin, j’ai toujours montré mon opposition aux élevages industriels. Qu’ils soient porcins, bovins ou avicoles, les animaux de ces élevages vivent leur courte vie dans des conditions de promiscuité et de maltraitance effroyables. Ces élevages représentent de plus un danger important pour notre santé et pour l’environnement, ruinent les agriculteurs, tuent l’emploi agricole et ne servent qu’à engraisser une poignée d’entreprises de l’agro-alimentaire.

loupiac-porcherie.jpgNous assistons actuellement en Aveyron à une recrudescence de l’augmentation du nombre d’animaux dans les élevages porcins existants et au développement d’une filière « canards » industrielle. Après l’ouest de la France où les plages sont polluées par les algues vertes et l’eau n’est plus buvable sans de nombreux traitements chimiques onéreux, allons-nous être le nouvel eldorado de l’agrobusiness ?

Personnellement, j’ai considérablement réduit mon alimentation carnée sans arriver pour l’instant à m’en passer totalement. C’est de toute façon une tendance qui augmente progressivement en France. Les éleveurs aveyronnais devraient rapidement prendre conscience de cette tendance et l’anticiper en diversifiant leurs activités vers d’autres filières alimentaires ou dans des élevages de qualité et bio qui prendront en compte le bien-être animal de la naissance à l’abattage.