Actualités

Retrouvez toutes l’actualités de l’Aveyron, par l’intermédiaire des flux RSS des quotidiens aveyronnais

Loisirs

Toutes les sorties à faire sur le département

Politique

Sports

Toute l’actualité sportive du département

Vidéos

Toutes les vidéos parlant de l’Aveyron sur Youtube

Accueil » Archive par catégorie

Articles dans Environnement

Quand allons-nous arrêter d’accueillir des “spectacles“ maltraitant les animaux à Decazeville ?
9 mars 2017 – 8 h 27 min | Commentaires fermés sur Quand allons-nous arrêter d’accueillir des “spectacles“ maltraitant les animaux à Decazeville ?

otarie - je ne suis pas né dans un bassinmais dans un océan -Marie Capriata© 2016.png

Ce n’est certes pas la première fois que Decazeville accueille un tel “spectacle“. Mais il arrive un moment où il faut dire stop !

C’est tout simplement honteux d’accueillir de tels « spectacles » à Decazeville. Les otaries et autres animaux aquatiques présentés sont faits pour être en totale liberté dans les océans. Pas dans des aquariums minuscules et baladés de ville en ville. Il n’y a rien de pédagogique ou de divertissant dans ces exhibitions malsaines.

otaries-affichage.jpgDe plus, comment demander aux associations locales, aux partis politiques et aux syndicats de respecter les règlements concernant l’affichage dans notre ville et laisser une entreprise poser plus d’une centaine de panneaux géants sur la ville et au delà pendant une dizaine de jours ? Pas un seul carrefour ou giratoire sans ces odieuses affiches !

Recevoir de telles entreprises de “spectacle“ avec des animaux sauvages n’a rien de valorisant pour notre ville. Au contraire ! D’ailleurs, de plus en plus de communes interdisent les cirques ou les “spectacles“ itinérants présentant des animaux sauvages ou pas sur leur territoire.

Decazeville s’honorerait en prenant une telle décision.

 

Photos : cliquez sur les photos pour les agrandir :

Dessin : extrait d’un dessin de Marie Capriata© 2016 – Cause Animale Nord

Affiches : photos jlc – Licence Creative Commons

 

Une politique d’urbanisme illisible et inefficace qui menace l’avenir de notre commune
12 février 2017 – 11 h 19 min | Commentaires fermés sur Une politique d’urbanisme illisible et inefficace qui menace l’avenir de notre commune

Dans le dernier bulletin municipal (N°2 – janvier 2017), la majorité s’auto-congratule de sa politique d’urbanisme.

Mais quelle est en fait la ligne de la majorité municipale de Decazeville en matière de politique d’urbanisme ? C’est celle indiquée sur le bulletin municipal : “ la mairie poursuit ses efforts pour vendre les biens communaux qui ont été sélectionnés comme inutiles à son patrimoine“. Pourquoi vendre ces biens de suite sans réflexion globale sur l’avenir de notre ville ? Sur quels critères ces biens communaux ont-ils été sélectionnés comme inutiles ? Rien n’est dit. La ligne politique de la majorité en matière d’urbanisme est malheureusement claire : vendre rapidement tout ce qu’il est possible de vendre, à n’importe quel prix, dans le seul but de récupérer de l’argent ! Aucune vision à long terme sur notre ville.

Faisons un point des opérations de vente et d’achat depuis trois ans.

ventes biens mairie.jpg

Sur les 26 opérations de vente engagées par la municipalité depuis mai 2014, beaucoup n’ont pas réellement abouties, certaines ont vu leur transaction remise en cause et d’autres posent de sérieux problèmes.

 

Ventes non abouties :

C’est le cas notamment de diverses parcelles situées sur les hauteurs de Decazeville, aux Bonnières notamment. Certaines parcelles sont certes difficile à vendre.

caserne pompiers.JPGLe grand immeuble de la caserne des pompiers reste sur les bras de la mairie après une vente à la découpe où les deux lots les plus intéressants ont été vendus (poste de commandement et garages en face). Il aurait fallu vendre tout ce patrimoine en un seul lot pour avoir l’assurance d’avoir un acquéreur.

 

Ventes qui annulent des projets d’urbanisme et d’aménagements :

garage miramont.jpgC’est le cas d’un grand garage avec terrain à Miramont vendu à une entreprise pour 31 000 €. On peut déjà se poser la question de savoir pourquoi laisser implanter une entreprise dans cette rue à dominante résidentielle alors qu’il reste de la place sur la Zone du Centre toute proche ? Ce garage et son terrain étaient prévus par l’ancienne municipalité pour réaliser un parking près du cimetière et d’Emmaüs. Il y a un énorme besoin de places de parking lors d’obsèques ou des jours de ventes d’Emmaüs.

impasse d'iena.jpgVente pour 6 770 € d’une longue parcelle prévue pour la réalisation d’une rue allant de l’impasse d’Iéna à la rue E. Vaillant qui permettait d’éviter une sortie difficile et parfois dangereuse de l’impasse d’Iéna à La Vitarelle.

terrain rue de la montagne.jpgVente d’une parcelle de 377 m2 rue de la Montagne au dessus d’un petit parking communal sans projet réel de construction alors que la construction d’une maison était possible sur cette parcelle et que le PLU demande justement de densifier le centre ville.

 

Vente annulée à l’initiative de l’acheteur :

C’est le cas pour un terrain route de l’Albrespic car la mairie n’a pas réussi à trouver un terrain d’entente avec l’acquéreur concernant le branchement électrique.

 

Rue Gambetta : que deviennent les “verrues“ vendues à des particuliers ?

27 rue Gambetta3.jpgUn premier immeuble a été vendu au 27 de cette rue. Mais l’acquéreur s’est retiré de la vente. Un deuxième acquéreur s’est présenté voulant selon M. le Maire, créer des appartements et un garage au rez-de-chaussée. Depuis, il semble que rien n’ait bougé.

Immeuble Puech.jpgUn deuxième immeuble appartenant à la municipalité a été vendu au 29 de la rue Gambetta. Il s’agit de l’immeuble “Puech“ que l’ancienne municipalité prévoyait de rénover en HLM comme a été rénové l’immeuble en face. L’immeuble “Puech“ a été vendu le 7 avril 2015 à un particulier pour 13 500 € sans avoir l’assurance qu’il serait rénové. Depuis rien n’a été fait. Pire, la mairie s’aperçoit qu’une cheminée menace de tomber sur les passants et a pris un arrêté de mise en demeure de réaliser des travaux de sécurisation. Cerise sur le gâteau, l’acquéreur a mis en vente ce bien sur le “Bon Coin pour 70 000 € !

Si l’OPH n’était plus intéressé par l’immeuble « Puech“, ce que l’on peut comprendre, cette maison aurait peut-être pu être détruite afin d’aérer cette rue étroite avec éventuellement la construction d’une maison de ville sur une partie des 1 675 m2 de superficie de cette parcelle.

Nous étions bien sûr opposés à ces ventes en conseil municipal.

 

Prix bradés :

soulacre.jpgC’est le cas pour la vente d’un terrain de 2,5 ha au Soulacre situé plein sud à quelques centaines de mètres du giratoire de Fontvergnes (vendu 4 500 €, soit 18 centimes € le m2 !)

 

 

gendarmerie.jpgLa vente de 9 logements de la gendarmerie pose des problèmes :

D’abord, l’incertitude sur l’avenir de la gendarmerie ? Va-t-elle partir ou au contraire s’agrandir ? Gardons ces logements en réserve. De plus, ces 9 logements vont entrer directement en concurrence avec le parc privé et social déjà en surnombre dans notre ville et même concurrencer le programme AMI.

 

Lotissements :

ALBRESPIC-PLU.jpgLorsqu’il était dans l’opposition M. le Maire réclamait à cors et à cris la création de lotissements. Sa position est semble-t-il maintenant le contraire puisque les lotissements prévus dans le PLU (L’Albrespic, Fontvergnes) ne seront semble-t-il pas repris dans le futur PLUi.

Pourtant 23 276 € ont été dépensés pour l’achat de terrains à l’Albrespic en décembre 2014.

 

Quel avenir pour le parc Tourtonde ?

tourtonde.jpgLa création d’une première tranche de logements dans le parc Tourtonde s’est fait pour le moins attendre. Il semble que le projet soit sur les rails. Mais est-il judicieux de construire du logement neuf à cet endroit de Decazeville ? Faut-il des commerces en rez-de-chaussée dans ce secteur où le commerce peine (un commerce a encore fermé dernièrement) ?

Rappelons que l’ancienne municipalité avait acheté cette propriété afin d’installer les résidants du foyer-logement de Bellevue en centre-ville, proche des services et commerces.

 

Un projet privé verra-t-il le jour rue Clémenceau à la place de l’ancien cinéma ?

Suite au sinistre de la salle Jean-Paul Sartre, un accord a semble-t-il été enfin trouvé avec les assurances. La mairie a également fini d’acheter les propriétés limitrophes. Ce espace en plein centre-ville est plus agréable et plus tranquille pour construire du logement neuf que le parc Tourtonde. Des constructeurs de logements seront-ils intéressés par cette parcelle attractive alors que des logements neufs dans le parc Tourtonde vont être proposées et que le programme AMI Centre-Bourg envisage de réhabiliter de nombreux logements sur son périmètre ?

 

Quant à l’Hôtel de France… On attend toujours des nouvelles.

 

On peut aussi regretter à l’inverse l’absence de préemption sur certains immeubles ou terrains.

Maison Tronc.JPGC’est le cas pour l’immeuble “Tronc“ situé rue Cayrade à côté de la boulangerie Alcouffe qui aurait peut-être mérité une intervention de la mairie pour acquérir cet immeuble vendu 15 000 euros seulement.

Le PLU de Decazeville recommande des “aérations“ dans cette rue. La démolition de cet immeuble très vétuste aurait permis d’ouvrir une vue côté sud (rue de la Montagne) et permis d’aménager un petit espace vert à disposition des chalands et riverains.

Espérons tout de même que l’acquéreur de cet immeuble réalisera rapidement une rénovation exemplaire grâce au programme AMI. Mais la mairie n’a pris aucune garantie.

 

Vente d’un terrain communal à Fontvergnes

Terrain communal à vendre à Fontvergnes.jpg

Tout le monde a pu voir ces derniers jours les panneaux de vente d’une parcelle communale au giratoire des Soufflantes.

Vente terrain et immeuble à Rodez.jpgDifficile d’ailleurs de voir qu’il s’agit de la mairie puisque le numéro de téléphone noté sur ce panneau est celui d’un téléphone portable. C’est pourtant le numéro de la mairie qui figure sur le bulletin municipal. Nous avions demandé maintes fois en conseil municipal et en commission d’urbanisme de mettre en place une méthode claire pour la vente de terrains et bâtiments communaux : annonces dans la presse permettant d’identifier le vendeur et la parcelle avec un prix de vente comme le font d’autres collectivités (notamment Rodez ci-contre) et ensuite, examen des propositions d’achat par la commission urbanisme. Malheureusement, c’est toujours l’opacité qui règne dans les procédures de vente du patrimoine communal à Decazeville.

Cette parcelle mise en vente provient de la démolition de l’ancien ilot insalubre de Fontvergnes par la Communauté de Communes du Bassin Decazeville-Aubin dans le cadre de l’opération de résorption du bâti délabré.

boues sopave fontvergnes -120615.jpg
La municipalité qui avait récupéré la parcelle après les travaux de réhabilitation envisageait d’y créer un espace vert.
De la terre végétale devait être apportée afin de réaliser cet espace vert. Sauf qu’à la place de terre végétale, ce sont des boues venant du traitement de films plastiques notamment agricoles venant de la Sopave qui avaient été répandues sur ce terrain. Je m’étais en son temps inquiété de cette opération.

Est-il pertinent de vendre maintenant cette parcelle à l’entrée de notre ville, d’un quartier qu’il faudrait peut-être réaménager, du Parc Intercommunal et proche d’une zone du PPRM plutôt difficile ? Ne serait-il pas intéressant de raccorder directement la route de Lacaze (qu’il faudrait aussi peut-être élargir) au giratoire comme le prévoyait une étude ? Qui aura la charge d’enlever les boues industrielles répandues en 2015 ? Où les entreposer ? Ne vaut-il pas mieux garder cette parcelle pour en faire comme il était initialement prévu, un espace vert à l’entrée de notre ville, au moins provisoirement ? Voila les question à se poser avant de vendre cette parcelle.

 

Cette vision changeante et à courte vue de l’urbanisme communal est vraiment dommageable pour l’avenir de notre ville.

Comme est également préjudiciable la vision d’une autre époque concernant la mobilité des personnes et les conséquences que cela entraine sur la sécurité routière et l’aménagement des rues de Decazeville.

Travailler sur l’urbanisme communal demande une vision à long terme du devenir de notre ville, de son attractivité, de la qualité de vie de ses habitants. Elle ne peut se satisfaire d’achats ou de ventes compulsives pour des motifs essentiellement financiers. Certes, la mairie ne peut pas tout préempter. Mais ce n’est pas la peine d’engager un programme de rénovation de l’habitat à grande échelle quand on ne prend même pas la garantie d’une bonne réhabilitation des biens que l’on vend.

A mi-mandat, la majorité municipale n’a visiblement toujours pas cette vision à long terme. Tout juste les yeux rivés sur 2020… et encore.

Le programme AMI Centre-Bourg, amorcé par l’ancienne municipalité avec notamment le “Schéma de secteur du centre-ville“ en 2012 et l’achat des premières maisons à démolir, va rentrer dans sa phase active. Les élus d’opposition, qui ont pourtant dit à plusieurs reprises leur souhait de participer à cette opération, ne sont toujours pas invités dans les réunions techniques ou lors des rencontres sur le terrain. C’est regrettable de priver notre commune de leur expérience et de leur connaissance de la ville. J’ai cru lire sur le dernier bulletin municipal que l’avenir se construit avec tous les Decazevillois. Il reste à la majorité de le prouver.

Photos : cliquez sur les photos pour les agrandir

1, 2,3, 5, 6, 7, 8, 12, 13, 15 : jlc (©créative commons)

4 : cadastre.gouv.fr

9 : gendarmerie : GoogleEarth

10 : PLU Decazeville

11 : Propriété Tourtonde : GoogleEarth (périmètre approximatif réalisé par mes soins)

14 : Centre-Presse du 10 février 2017

Animaux errants à Decazeville : remercier l’association AAAB
12 février 2017 – 9 h 45 min | Commentaires fermés sur Animaux errants à Decazeville : remercier l’association AAAB

chiens et chats abandonnés -bm2017.jpg

Le dernier bulletin municipal consacre une brève aux chiens et chats abandonnés et sur la nécessaire régulation de la population féline sur notre ville. Il aurait été juste de citer l’association Aide aux Animaux Abandonnés du Bassin et de remercier ses membres qui depuis des années consacrent leur temps (et leurs maigres moyens financiers et logistiques) à la capture et à la stérilisation des chats en plus d’autres nombreuses activités d’aide et de soutien à tous les animaux.

La construction d’un refuge-chenil intercommunal et des moyens pour le faire fonctionner sont indispensables pour que cette association puisse continuer à assurer ce travail dans des conditions d’hygiène et de sécurité optimum. Sans cette structure, les problèmes consécutifs à l’abandon et à la maltraitance des animaux ne feront que s’accroître sur notre communauté de communes, y compris sur les communes rurales.

Zones commerciales en Aveyron, la fuite en avant continue
8 février 2017 – 16 h 18 min | Commentaires fermés sur Zones commerciales en Aveyron, la fuite en avant continue

On ne compte plus les projets de zones commerciales en Aveyron.

estreniol-eldorado -googleearth.jpgAprès l’énorme réalisation de l’Estréniol à Rodez qui s’agrandit encore, le projet de la zone de Savignac à Villefranche, le projet de la zone du Centre à Decazeville, la future zone de Prignolles à Millau, voilà que l’on nous annonce un projet au sud de Rodez, à Malan.

On connaît maintenant très bien les impacts de la grande distribution sur les commerces des centres villes.

Comment la france z tué ses villes.jpgLecteur assidu du blog d’Olivier Razemon et également lecteur de ses nombreux ouvrages écrits seul ou en collaboration avec d’autres spécialistes de la mobilité et de l’aménagement urbain, j’attendais avec impatience la sortie de son dernier livre : “Comment la France a tué ses villes“.

L’auteur s’est promené dans toute la France et a fait le constat amer de la désolation qui règne dans les villes moyennes et petites villes de notre pays. La fermeture des commerces (le phénomène des vitrines vides) et le nombre de logements vacants de longue durée atteignent des sommets alarmants. Cela entraine l’appauvrissement de ces villes et une dégradation de leur environnement et de leur cadre de vie.

Commerces abandonnés - 39 rue Gambetta.jpgL’Aveyron est bien sûr touché par ce phénomène, à divers degré selon la ville bien sûr.

Pour Olivier Razemon, “une foule de coupables sont désignés : l’e-commerce, les loyers commerciaux trop élevés, la crise, les métropoles… Ces facteurs ont bien un impact mais cela reste un impact limité sur d’autres. Internet ne nuit pas aux boulangeries. Pourtant, ces dernières ferment. La crise n’explique pas tout non plus : quand on regarde les chiffres, les gens sont plus riches qu’avant, car oui, le niveau de vie continue à croitre en France. Ce paradoxe est très visible à Aurillac, Vitré, Rodez : ce sont des villes où le chômage reste plutôt faible mais les commerces ferment quand même…

Figeac - Rue d'Aujou -Commerces.jpgIl faut arrêter de croire que la création d’une activité économique crée des emplois nets. C’est sur la base de cet argument de l’emploi que les élus acceptent la construction de centres commerciaux. Or, si des emplois sont bien créés, davantage encore sont détruits dans les centres-villes !

Il n’y a pas de grand complot… Il s’agit juste d’une pensée à court terme d’hommes et de femmes élus pour 5 ans, de représentants de la grande distribution mais aussi de nous tous, collectivement. Si tous les Français décidaient d’aller dans les commerces de proximité plutôt que d’aller faire leurs courses uniquement au centre commercial, cela aurait un réel impact positif. La qualité de vie, c’est aussi de pouvoir aller acheter son pain à pied… “.

Mais pour Olivier Razemon il y a une autre cause à cet exode vers les centres commerciaux. “L’un des aspects de l’urbanisme commercial réside dans l’aménagement purement routier du territoire. On a installé les centres commerciaux en dehors des villes et on a multiplié les infrastructures routières pour y accéder : voies d’accès, rocades, parkings…

 

Une zone commerciale au sud de Rodez

Jean-Philippe Sadoul, maire de Luc-Primaube et vice président de Rodez Agglo souhaite accueillir sur la zone de Malan une zone commerciale « pour procéder à un rééquilibrage naturel, nord et sud ».

Pour expliquer la création de cette zone commerciale au sud de Rodez, Jean-Philippe Sadoul invoque la concurrence d’Albi qui avec la RN 88 à 2×2 voies se rapproche de Rodez à grande vitesse.

Il est pour le moins étonnant que les élus, après avoir réclamé à corps et à cris ce doublement de la RN 88 pour soit disant « désenclaver » l’Aveyron, s’aperçoivent maintenant que le désenclavement se fait dans les deux sens.

Cela fait plus de dix ans que je le dis et que nous le disons avec les Verts de l’Aveyron. Nous avions même édité un document sur les conséquences du doublement intégral de la RN 88 en 2009.

Que disions nous dans ce document concernant les conséquences du doublement intégral de la RN 88, axe européen Séville-Varsovie, projet du siècle dernier appelé plus communément « la diagonale des fous » sur l’attractivité commerciale ?

D’abord que l’attractivité commerciale va toujours dans le sens province-métropole et rarement à l’inverse et donc, qu’avec cet axe routier en 2×2 voies, l’attractivité commerciale de Toulouse et d’Albi serait importante.

Nous précisions que si le doublement intégral de la RN 88 voyait le jour, le taux d’évasion commerciale de la zone de Rodez vers Albi et Toulouse ne fera que progresser avec des conséquenses fortes sur l’emploi local.

Et bien nous y voilà !

Et que proposent les élus pour contrer cette évasion commerciale vers Albi et Toulouse ? Tout simplement de créer une zone commerciale de plus au sud de Rodez. On tombe sur la tête !

Quand allons-nous arrêter cette fuite en avant ! Il est bien évident que ce projet va avoir une fois de plus un impact négatif sur les commerces du centre-ville de Rodez, mais aussi sur les petits commerces des villages aux alentours et sur ceux des territoires voisins. 

Il est temps que le SCOT Centre-Ouest Aveyron, dont M. Sadoul est le président, se penche sur ce grave problème.

Ce projet à Malan, tout comme celui de Savignac à Villefranche sont les projets de trop pour le centre-ouest Aveyron.

Je nuancerai mon propos pour le projet de la zone du Centre à Decazeville, car il est de beaucoup moindre importance et qu’il se trouve pratiquement en centre-ville. En cela, il peut au contraire créer une dynamique avec les commerces du centre-ville si on favorise notamment des liaisons piétonnes sécurisées (voire mécanisée avec un escalator place du 10 août par exemple) entre la zone du Centre et la rue Cayrade.

On voit de plus en plus de centres commerciaux tomber en désuétude, certains même ferment. Allons-nous nous retrouver dans quelques années avec des friches commerciales qui coûteront cher aux contribuables aveyronnais, comme va aussi coûter très cher la nécessaire rénovation des centres villes de nos petites villes aveyronnaises abandonnés par les commerces et la population ?

 

La priorité reste de favoriser la fréquentation des commerces des centres villes 

Mais comment ?

Cahors - Rue Clémenceau -Google Earth.jpgOlivier Razemon donne quelques pistes : « Dès lors, en centre-ville, à Agen, à Tourcoing, à Bourg-en-Bresse ou à Loches (Indre-et-Loire), les commerçants, interrogés par les élus ou par la presse régionale, réclament des places de stationnement pour leurs clients, de préférence gratuites…Hélas, cela ne fonctionne pas. A tout prendre, lorsqu’il est motorisé, le consommateur préfère « aller » à l’hyper plutôt que de chercher une place, même gratuite, en ville. Quant au citadin, celui qui vit à quelques centaines de mètres des commerces, il irait bien faire ses courses dans le centre. Mais voilà, on a transformé sa ville et ses trottoirs en parkings, pénibles à arpenter à pied. »

Car oui, les clients des commerces des centres villes veulent de l’espace plus que des places de stationnement.

L’idée selon laquelle la vitalité des commerces dépend de sa capacité à y accéder en voiture a la vie dure. Mais elle ne résiste pas à l’épreuve des faits. Des études prouvent le contraire. Les clients qui recourent à la marche, au vélo et aux transports collectifs sont meilleurs clients que ceux qui viennent en voiture. S’ils consomment et achètent moins par visite, ils reviennent plus souvent.

Olivier Razemon cite le cas de Rouen :

“ A la demande de la métropole de Rouen, le cabinet Bfluid a demandé aux commerçants rouennais (ici, pages 70-71) quels étaient les principaux freins au shopping. 50% à 78% d’entre eux ont répondu : « pas assez de stationnement ».

Puis on a posé la même question à leurs clients. Entre 20 et 22% ont répondu, comme les commerçants, que le manque de stationnement constituait le principal frein. Les autres ont évoqué le bruit et la circulation, les obstacles sur les trottoirs, le manque d’espace pour marcher…

D’ailleurs certaines associations de commerçants l’ont très bien compris et travaillent de concert avec les associations faisant la promotion du vélo et de la marche, offrent des bons d’achats aux cyclistes, mettent des vélos à gagner lors d’animations commerciales…

Faites vos courses à vélo.jpgIl suffirait donc dans un premier temps d’améliorer l’espace public des centres villes en favorisant l’apaisement de la circulation et en facilitant l’accès et le déplacement des piétons et cyclistes pour avoir une première réponse à cet exode vers les centres commerciaux des périphéries. Rendre les centres villes agréables à arpenter et à vivre.

Et cela ne demande pas beaucoup d’argent. Juste de la volonté.

On retrouverait de plus une ville moins bruyante, moins polluée, plus conviviale, avec une meilleure sécurité routière, et donc plus apte à accueillir de nouveaux résidents dans les projets de rénovation de l’habitat.

Il n’est pas encore trop tard, mais il faut faire vite.

 ________

A lire également :

Chronique du cycliste et du piéton (1) : notamment pour les chapitres consacré aux mobilités actives, commerces et centres villes.

Modes actifs de déplacement sur le Bassin, où en est-on ?

 

Photos : Cliquez sur les photos pour les agrandir

1 – Zones de l’Estréniol et Eldorado à Rodez

2 – Comment la France a tué ses villes – Olivier Razemon

3 – Commerces abandonnés rue Gambetta à Decazeville

4 – Commerce rue d’Aujou à Figeac. Il y a encore peu de temps, cette rue était très commerçante. En quelques mois, la moitié des commerces ont mis la clé sous la porte et les locaux sont à vendre ou à louer.

5 – Rue Clémenceau à Cahors. Toutes les rues dans le centre commerçant et historique de Cahors sont en zones de rencontre : limitées à 20 Kmh et les cyclistes peuvent rouler à double sens dans les rues à sens unique. Un exemple à suivre.

6 – Animations commerciales pour favoriser la venue de clients à vélo

Chronique du cycliste et du piéton (1)
6 février 2017 – 14 h 50 min | Commentaires fermés sur Chronique du cycliste et du piéton (1)

Je vais essayer de tenir régulièrement sur ce blog une petite chronique concernant les modes actifs (marche et vélo) et les entraves que ces modes de mobilité subissent de la part des collectivités ou d’autres acteurs décisionnels. Mais je noterai aussi les actions et aménagements que des collectivités plus éclairées et audacieuses mettent en place pour les favoriser.

 

Une voie de plus fermée aux cyclistes du Bassin

accès rue A. Grange de la RD 840.jpgLe Conseil Départemental a décidé de fermer l’accès à la rue des Granges à Viviez depuis la RD 840 sans prendre réellement une fois de plus en compte les conséquences pour les cyclistes.

En effet, cette rue représentait une alternative sécuritaire au passage resserré dangereux du pont sur le Riou-Mort de la RD 840 pour les cyclistes arrivant de Boisse-Penchot et une voie naturelle pour rejoindre la RD 5 vers Aubin en évitant ainsi le giratoire de Laubarède.

Pourquoi ne pas fermer cette voie aux seuls véhicules motorisés par des plots mais laisser l’accès aux cyclistes venant de Boisse-Penchot.

La véloroute de la Vallée du Lot sera opérationnelle dès cet été. Une liaison de la gare de Boisse-Penchot à Viviez, entrée du Bassin, est indispensable. Le Département et Decazeville-Communauté feraient bien de se pencher sur cette liaison courte (moins de 3 km) qui permettrait de relier la Vallée du Lot au Bassin urbain de Decazeville. Il existe seulement deux à trois points sensibles à régler pour que cette liaison soit opérationnelle rapidement. Avec de la volonté, il est donc possible de réaliser rapidement cette liaison.

Mais en attendant (le moins possible) il me semble important de garder l’accès de la rue Adam Grange aux cyclistes arrivant de Boisse-Penchot.

 

Le retour de la voiture en ville :

Bourges - Faites vos courses à vélo.jpgLes commerçant de Bourges ont bien compris que favoriser l’usage du vélo en ville peut leur être bénéfique et ils n’hésitent pas à donner quelques petits avantages à ceux qui viennent leur rendre visite à vélo dans le centre ville.

La municipalité de Bourges n’a visiblement pas la même approche sur l’usage du vélo et de la marche. L’aménagement de ce tronçon de la rue Emile Martin est une caricature de cette politique du retour de la voiture en ville que tentent de mettre en place certaines municipalités, principalement à droite, mais pas seulement.

Bourges - Configuration de la rue Emile Martin.jpgTout ce qu’il ne faut pas faire est dans cette image : circulation à double sens sans prévoir des voies pour les vélos et le pire, empiètement du stationnement des véhicules motorisés sur les trottoirs, laissant peu de place aux piétons et aux personnes à mobilité réduite. Tout simplement honteux !

 

A Thionville, depuis 2014 et l’arrivée d’une municipalité de droite, la voiture revient en force dans le centre ville. C’est à la demande des commerçants que certaines rues piétonnes seront ouvertes aux voitures de 17h à 19h après les avoir ouvertes de 9h à 12h. La piétonisation va donc devenir l’exception dans ces rues. Visiblement, les commerçant de Thionville n’ont pas la même vision qu’à Bourges.

 

Rappelons cette enquête réalisée à Rouen que rapporte Olivier Razemon sur son blog : « le cabinet Bfluid a demandé aux commerçants rouennais (ici, pages 70-71) quels étaient les principaux freins au shopping. 50% à 78% d’entre eux ont répondu : « pas assez de stationnement ».

Puis on a posé la même question à leurs clients. Entre 20 et 22% ont répondu, comme les commerçants, que le manque de stationnement constituait le principal frein. Les autres ont évoqué le bruit et la circulation, les obstacles sur les trottoirs, le manque d’espace pour marcher… »

 

Si la possibilité donnée aux vélos de circuler librement dans les rues est primordiale, leur stationnement est tout aussi important. Il faut donc des stationnements nombreux et adéquats avec de vrais arceaux qui permettent de placer son antivol correctement. Il faut arrêter d’installer des pinces-roues inefficaces qui de plus, voilent les roues des vélos.

vélo cargo - emplacement stationnement.jpgComme les commerçants de Bourges, les grandes enseignes ont aussi bien compris les avantages qu’il y avait à favoriser les modes actifs pour accéder à leurs commerces situés en centre ville. Sur la photo ci-contre, cet emplacement sécurisé pour un vélo cargo devant la vitrine de la Fnac de la place Kléber à Strasbourg est un exemple dont peuvent aussi s’inspirer les collectivités et les petits commerces des centres villes.

 

Une enquête récente sur le classement des villes les plus dynamiques d’un point de vue commercial en France a été réalisée par Procos.

De manière générale, Procos retrouve un élément commun entre tous ces territoires. Ils mènent tous «une politique concertée entre les acteurs, maîtrisée sur le plan de l’urbanisme commercial, multidimensionnelle en intégrant logements, transports, vie économique et sociale, activités culturelles et touristiques».

Retrouvez le dossier de presse de Procos en cliquant ici.

Pour Olivier Razemon, ce n’est pas un hasard si ces villes dynamiques d’un point de vue commercial sont aussi celles qui favorisent le plus la circulation des vélos.

 

Accidents de cyclistes

2016, la terrible année pour les cyclos aveyronnais -DDM-251216.jpegL’année 2016 a été terrible pour les cyclistes aveyronnais, principalement les cyclotouristes et les cyclosportifs. Les causes de ces accidents sont multiples et elles sont énumérées dans cet article de La Dépêche du Midi.

Une des principales causes de ces accidents est le non respect par les automobilistes de la distance de 1,50 mètre lors du dépassement des vélos.


Dernièrement, une cycliste en a fait les frais lors d’un dépassement du côté de Saint-Affrique. Elle a été touchée par le rétroviseur d’un véhicule qui l’a renversée.

Millau - Le vélo, un luxe vulnérable en ville.jpgMais des accidents arrivent aussi en ville. Ce témoignage d’une cycliste millavoise victime elle aussi de la violence routière d’une voiture en dit long sur la méconnaissance des règles et le mépris de certains automobilistes vis à vis des cyclistes.

Les collectivités ont une carte importante à jouer dans les aménagements, l’enseignement et l’application des règles du code de la route tant par les cyclistes que par les automobilistes. Pour les aménagements, c’est leur rôle direct. Elles doivent réaliser des aménagements en faveur des modes actifs en lien étroit avec les associations de défense des cyclistes locales (commune ou département).

Pour l’application des règles, c’est aussi leur rôle de verbaliser les automobilistes imprudents que ce se soit en circulation ou en stationnement.

La formation des cyclistes peut être dispensée par les associations locales soutenues par les collectivités.

 

Piétons

Rodez Agglo est en train de comptabiliser sur certaines rues du centre ville de Rodez le nombre de passage de piétons. Si cette action n’a pas directement vocation à favoriser le passage de piétons sur ces axes, elle permettra de répondre aux commerçants et futurs commerçants qui souhaitent s’installer à Rodez. Mais il serait souhaitable que les élus et urbanistes de l’Agglo mettent également en place une politique favorable aux piétons et aux cyclistes sur leur territoire.

Il serait peut-être aussi urgent que Rodez et l’Agglo se penchent sur l’accidentologie des piétons sur son territoire. Cela devient inquiétant, notamment dans la traversée des giratoires de la RN 88 et en centre ville de Rodez. Des aménagements pour réduire la vulnérabilité des piétons doivent rapidement être mis en place, notamment en réduisant la vitesse des véhicules motorisés.

ligne-désir-Stg-282-768x576.jpgOlivier Razemon (encore lui) consacre une note à la “ligne de désir“. Sous ce titre poétique, il s’agit ni plus ni moins des cheminements inventés par les piétons et parfois les cyclistes qui ont créé leurs propres chemins, préférant “couper“ parce que ça fait gagner du temps et que c’est plus pratique, notamment pour leurs trajets quotidiens.

Il serait intéressant que les aménageurs tiennent compte de ces usages et que la “ligne de désir“ ne soit plus ignorée, mais au contraire préférée lors des aménagements.

 

Aller au travail à vélo

Si en Occitanie la voiture représente le moyen le plus répandu pour se rendre à son travail à près de 80 %, le vélo reste marginal mais prend de plus en plus de place comme mode de déplacement principal. Les cyclistes allant à leur travail à vélo vivent plutôt dans les centres villes des grands pôles urbains où les aménagement sont plus nombreux et sécurisés et leur distance est généralement moins de cinq kilomètres. Les hommes ont davantage recours au vélo, les cadres et professions intellectuelles supérieures plus que les employés et ouvriers. En revanche, l’usage du vélo varie peu selon l’âge.

Retrouvez cette enquête de l’Insee en cliquant ici.

 

Vélo et tourisme

La véloroute de la Vallée du Lot avance rapidement entre Bouillac et Grand-Vabre. J’y consacrerai une note à part 

A noter cette initiative intelligente de Najac qui vient d’acheter 20 vélos à assistance électrique pour 60 000 € avec des aides possibles à hauteur de 80 %. Ces vélos seront gérés par la base de pleine nature de Najac (AAGAC). Le but de ces achats de VAE est de créer une liaison interbastides dans le cadre du développement touristique de l’ouest aveyronnais.

Un exemple à suivre pour Decazeville Communauté. Encore faut-il qu’il y ait une volonté de favoriser l’usage du vélo. Ce qui est loin d’être le cas, du moins pour les communes urbaines. J’y reviendrai là aussi dans une prochaine note.

 

Photos (cliquez sur les photos pour les agrandir) :

1 – Rue Edam Grange – GoogleEarth

2 – Association des commerçant de Bourges

3 – Mairie de Bourges

4 – Vélo cargo – Grégory Delattre à Strasbourg

5 – Article de La Dépêche du Midi

6 – Article de Centre-Presse

7 – Ligne de désir – Olivier Razemon

Planter des arbres pour lutter contre la chaleur et la pollution à Decazeville
5 février 2017 – 10 h 17 min | Commentaires fermés sur Planter des arbres pour lutter contre la chaleur et la pollution à Decazeville

arbres-coupes-rd840.jpg

Tout le monde a pu constater qu’un arbre sur deux avait été supprimé dans l’alignement de chênes rouges longeant le chemin piétonnier et cyclable en bordure de la RD 840 dans la traversée de la ville.

Je n’aime pas trop les coupes d’arbres lorsqu’elles ne sont pas justifiées, mais là, c’était vraiment nécessaire tant leur espacement était réduit. Un rapport sur le patrimoine arboré de la commune de Decazeville réalisé en 2000 par Alain et Sylvie Michelin le notait déjà.

Mais il ne suffit pas de couper des arbres et de se frotter les mains en pensant à voie basse que trente arbres coupés ce sera trente arbres de moins à entretenir et moins de feuilles à ramasser à l’automne.

Les villes ont besoin d’arbres et en auront de plus en plus besoin.

Le phénomène d’ilot de chaleur urbain mais aussi les pollutions dues aux rejets des gaz d’échappement, aux activités industrielles et aux chauffages des particuliers font que la végétalisation des zones urbaine est indispensable.

De nombreuses études et réalisations montrent maintenant que la végétalisation des villes permet de réduire les pics de températures l’été de jour comme de nuit et que les arbres filtrent les particules contenues dans l’atmosphère, ainsi que bien d’autres polluants de l’air.

La plantation d’arbres et d’autres végétaux est donc indispensable

Mais pas seulement. Il faut aussi agir sur l’urbanisme et les aménagements urbains. Il faut ventiler les rues par des démolitions ciblées et éviter les trop grandes étendues de surfaces minérales qui accumulent la chaleur le jour et la rejette la nuit, empêchant les températures de baisser dans les villes.

Il faut donc que la ville de Decazeville replante des arbres, d’abord pour compenser ceux qui ont été coupés, mais prévoit également un plan de végétalisation afin d’avoir une ville vivable dans les prochaines décennies. Le projet de revitalisation du centre-bourg de Decazeville doit impérativement intégrer la thématique de lutte contre le phénomène d’ilot de chaleur urbain et de lutte contre la pollution de l’air et proposer des solutions concrètes.

En attendant, la ville doit planter des arbres, ne serait-ce que pour compenser ceux qui ont été coupés.

Le rapport du patrimoine arboré de la commune regrettait que l’alignement de chênes rouges bordant la RD 840 n’est pas été prolongé jusqu’au jardin public. Voilà donc une bonne idée pour débuter. Cela permettrait de fournir une ombre généreuse aux promeneurs et cyclistes de cette voie.

Mais il faudra obligatoirement poursuivre les plantations d’arbres sur d’autres lieux.

Photo : jlc – Licence Creative Commons

Reptiles et amphibiens à Decazeville
3 février 2017 – 18 h 47 min | Commentaires fermés sur Reptiles et amphibiens à Decazeville

mares temporaires -020217.JPG

C’était hier la journée mondiale des zones humides. J’en avais déjà dit un mot l’an passé.

Les mares temporaires à l’arrière du musée de géologie Pierre-Vetter commencent à bien se remplir d’eau et vont être prêtes à accueillir dans quelques semaines les pontes des crapauds calamites et pélodytes ponctués qui viennent chaque années se reproduire sur ce site.

Reptiles et Amphibiens- Affiche-Expo 240117-170617.jpgUne exposition intéressante concernant les reptiles et amphibiens était prévue au musée de géologie Pierre-Vetter à Decazeville du 24 janvier au 17 juin de cette année. Malheureusement, elle ne pourra vraisemblablement pas se dérouler au musée car le plafond, qui était endommagé par un sinistre du à des infiltrations d’eau et qui n’avait pas été réparé malgré une somme de 82 000 euros inscrite sur le budget d’investissement 2014, a finalement cédé.

On ne sait toujours pas ce qu’il va advenir de cette exposition. La mairie de Decazeville indique sur son site internet qu’une solution est recherchée pour la présenter dans un autre lieu et dans les meilleurs délais.

Mais c’est vraiment dommage qu’elle ne puisse se dérouler au musée car des travaux pratiques auraient pu être présentés dans les mares temporaires de l’arrière du musée.

Espérons que cela sera toujours possible.

Bienvenue au Salon Eco-Énergies 2016… de Carmaux
10 octobre 2016 – 15 h 09 min | Commentaires fermés sur Bienvenue au Salon Eco-Énergies 2016… de Carmaux

salon eco-energies 2010-dkz mp.jpg

On est bien heureux d’apprendre à travers un récent article de la presse quotidienne régionale que le Bassin se tourne vers les énergies “propres“ en aménageant le parc photovoltaïque de La Découverte. Malheureusement, la réalité est toute autre. J’ai dit dans des précédentes notes tout le mal que je pensais de la manière désastreuse dont a été suivi ce projet par le président de la Communauté de communes. Projet qui aurait pourtant pu être exemplaire.

 

Mais concernant les énergies “propres“ sur le Bassin, un autre point est passé pratiquement inaperçu.

carmaux-salon enr.jpgLe Salon Eco-Énergies qui avait lieu tous les deux ans en octobre au Laminoir à Decazeville semble bien mort… et enterré. Du moins à Decazeville. Car il renait pratiquement sous la même forme depuis deux ans à Carmaux.

Personne n’a semble-t-il trouvé à la Communauté de communes l’intérêt de maintenir ce Salon sur notre territoire.

Pourtant, les entreprises, les associations, les acteurs régionaux des énergies renouvelables qui étaient présents sur ce Salon étaient globalement satisfaits des affaires et des contacts qu’ils y trouvaient. Les visiteurs également. Même si le dernier Salon de 2014 avait connu une fréquentation en légère baisse du fait de la diminution drastique de son budget, il n’y avait aucune raison de l’abandonner alors que justement, on n’a jamais autant parlé des énergies renouvelables.  

vélo-salon eco-energies 2010 decazeville.jpgPeut-être, les élus de la Communauté de communes n’ont-ils pas été capables de trouver les quelques 8 000 à 13 500 € que coûtait à la communauté de communes cette animation économique importante qui apportait une image positive et dynamique à notre territoire. Ils auraient pu éventuellement puiser dans les recettes qui seront générées par le parc photovoltaïque de la Découverte et qui avoisineraient les 140 000 €. C’est en tout cas ce qui nous était indiqué sur la délibération proposée à la Communauté de communes le 6 décembre 2012. Nous aurait-on trompé là aussi ?

stand enercoop -seemp-dkz 2012.jpgEn vérité, c’est un choix délibéré. En matière énergétique, la Communauté de communes se moque maintenant complètement des énergies renouvelables, sauf pour les ressources financières qu’elles peuvent apporter directement bien sûr. Mais leur réflexion ne va pas plus loin. Ils n’ont même pas conscience que c’est l’avenir de notre société, mais aussi de notre territoire.

En matière énergétique, seuls comptent pour la plupart des élus les petits arrangements avec Enedis, GrDF et le Sieda pour placer par exemple les compteurs Linky et Gazpar et les antennes nécessaires à leur fonctionnement à Decazeville ou pour installer les bornes pour la recharge de voitures nucléaires.

Seuls comptent les petits arrangement avec GDF-Suez-Coffely pour installer un groupe de cogénération gaz à la chaufferie bois de Decazeville qui va ainsi altérer son bilan environnemental. 

vehicule solaire semaine enr 2002.jpgRappelons tout de même que le Salon Éco-Énergies était né à Decazeville par la seule volonté de la mairie de Decazeville. Ce sont les services de la commune, avec un important travail de Myriam de Marcos, qui avaient assuré l’organisation de cette Semaine des Energies Renouvelables du 24 au 28 octobre 2002.

Ce n’est qu’en 2004 que la Communauté de commune a repris avec succès son organisation… pour l’abandonner piteusement dix ans plus tard.

 

Photos : toutes les photos : jlc – Licence Creative Commons

1 – Salon Eco-Energie MP de Decazeville en 2012 

2 – Salon Eco-Energies de Carmaux – 8 octobre 2016

3 – Sur le stand vélo du Salon Éco-Énergies MP 2010 de Decazeville : Jean-Louis Calmettes : AF3V et ADDSCA, Michel Jacquemin de Ebike Discount et Michel et Danièle Guillermou, cyclo-randonneurs et membres de Cyclo Camping International.

4 – Lors du Salon Éco-Énergies MP 2012 de Decazeville, sur le stand d’Enercoop.

5 – Semaine des énergies renouvelables 2002 à Decazeville avec le véhicule solaire

L’écologie balayée par le maire à Decazeville
23 septembre 2016 – 13 h 47 min | Commentaires fermés sur L’écologie balayée par le maire à Decazeville

Qualité de l'air et de l'eau.jpg

La protection de l’environnement et l’amélioration du cadre de vie sont devenus des thématiques pratiquement inexistantes à Decazeville. Les élus de la majorité n’assistent pratiquement plus aux réunions départementales ou régionales concernant le développement durable, la qualité de l’air, la mobilité, la biodiversité…

Qualité de l'air -Viviez-7-070715.jpgPour s’en convaincre un peu plus, il suffit d’aller sur le site internet de la commune de Decazeville (qui est en fait plutôt le site de propagande de la majorité municipale) à la page écologie. L’onglet “qualité de l’air et de l’eau“ reste désespérément vide depuis deux ans et demi. Pourtant, il suffirait à minima de créer des liens vers l’Oramip pour l’air, vers l’Agence de l’eau Adour-Garonne pour l’eau et vers la Communauté de communes pour l’entretien des rivières. Mais ces sujets n’intéressent visiblement pas les élus majoritaires de Decazeville.

Et cela se voit dans les délibérations proposées en conseil municipal.

Deux délibérations touchant l’environnement et la santé des habitants de Decazeville étaient proposées au vote des élus hier soir.

 

Une subvention de 4 000 € pour l’“Aveyronnaise Classic“ :

Je suis donc intervenu pour m’opposer à cette subvention :

ac-lac-poussière2.jpg

“ Il est tout d’abord regrettable que nous n’ayons pas à disposition la convention dont vous faites référence dans l’énoncé de la note pour présenter cette subvention, comme il est tout autant regrettable que ce point soit abordé après que la manifestation pour laquelle vous souhaitez attribuer une subvention ait eu lieu.

Je souhaitez avoir tout de même cette convention.

Alors que vous vous plaigniez depuis maintenant deux ans et demi d’être étranglés financièrement, vous nous demandez de jeter de l’argent par la fenêtre en subventionnant cette manifestation.

Alors que vous baissez globalement les subventions aux associations de la ville vous nous demandez de donner une subvention de 4 000 € à une association extérieure à la ville.

Qui plus est, à une association organisant une manifestation polluante, bruyante, contribuant au réchauffement climatique, banalisant la violence routière et participant à la destruction de la flore, de la faune et des sols des espaces fragiles en pleine mutation de la Découverte.

ac-dkz-montée2.jpgComment croire une seconde que l’Aveyronnaise Classic va participer au développement économique et à la promotion de Decazeville et du Bassin ?

Cette course va tout au plus asseoir notre ville dans le giron des quelques communes aveyronnaises favorisant les activités motorisées sur son territoire et elle contribuera à nous enfermer un peu plus dans les rangs des indécrottables pollueurs.

D’ailleurs, la très grande majorité des habitants du Bassin et des touristes ont fui cette animation.

Grâce à Pierre Gadéa, alors maire de Decazeville et président de la Communauté de communes, cette course, comme toute autre activité motorisée, n’avait jamais pu accéder au site de la Découverte malgré les nombreuses demandes.

ac-dka-moto.jpgGrâce à vous et au président de la communauté de communes, c’est désormais chose faite.

Pour votre équipe, ce n’est pas nouveau. Depuis 2014, certains ne rêvent que de donner les chemins, les pentes et les eaux du lac de la Découverte aux engins motorisés. Après le jet-ski, voilà la moto et son cortège pétaradant et polluant.

Permettre une telle manifestation, c’est nier le réchauffement climatique. Oui, cette manifestation inutile rajoute son tout petit poids de CO2 à l’énorme machine qui s’emballe et qui va rendre la vie impossible à nos petits enfants.

Permettre une telle manifestation sur ce site, c’est méconnaitre et mépriser sa fragilité.

Permettre une telle manifestation sur ce site c’est rayer d’un trait le travail de plus de dix années d’élus et d’agents intercommunaux qui ont œuvré avec succès pour que la nature y retrouve un peu de place.

Permettre une telle manifestation sur ce site, c’est enfin manquer d’imagination et se priver des formidables atouts environnementaux que s’apprêtait à nous donner généreusement ce site.

Et tout ça, c’est aussi de l’économie.

Aux retombées économiques que pourrait apporter toute l’année cet espace aménagé pour des activités douces de pleine nature qui ont actuellement le vent en poupe ainsi qu’à la baignade l’été, vous préférez favoriser une animation polluante d’un jour ou deux.

journées-patrimoine2016-decouverte.jpgA la promotion de ce site adapté à la découverte de la nature et du patrimoine local, vecteur aussi de retombées économiques, vous préférez une course de motos polluante, bruyante, poussiéreuse et destructrice de l’environnement.

Heureusement, comme la Route des gabarres sur le Lot ou la Montée impossible, à la Martinie, cette manifestation ne durera qu’un temps avant que le bon sens revienne et que l’on comprenne qu’elle n’apporte rien de bon à notre territoire.

Nous voterons donc contre cette subvention et nous espérons que ce genre de manifestation disparaitra rapidement du paysage decazevillois “

Il n’y a pratiquement pas eu de débat à la suite de mon intervention si ce n’est l’intervention d’un de mes collègues pour minimiser les effets du réchauffement climatique et sur l’impact qu’a cette manifestation sur celui-ci.

Nous avons donc été les cinq élus de la minorité à voter contre cette subvention. Tous les autres ont voté pour.

 

Installation de concentrateurs pour le relevé des compteurs communicants de GRDF “Gazpar“ :

Dans un courrier adressé à monsieur le Maire et à mes collègues, je proposais le retrait de ce point de l’ordre du jour.

Monsieur le Maire n’a pas souhaité le faire.

Je me suis donc exprimé sur cette convention uniquement :

La pose de cet équipement n’est que le début d’un processus qui vise à installer des compteurs communicant dans tous les foyers de la ville. GRDF n’est que la première société à proposer son compteur. ERDF suivra avec son compteurs décrié “Linky.

Je m’en tiendrais donc qu’à la lecture de cette convention et je développement plus généralement sur les compteurs communicant dans ma proposition de motion à la suite.

J’ai lu avec attention cette convention et j’ai relevé des points qui m’ont inquiété. :

  • Cette convention engage la mairie pour une durée initiale de vingt ans. Vu les clauses qui suivent, cela risque d’être périlleux dans les années futures.
  • L’Hébergeur (la mairie) devra procéder à ses frais à la maintenance du site, conformément aux règles de l’art et à la réglementation en vigueur (p7)
    • Or cette réglementation peut évoluer et poser des contraintes techniques et financières
  • Il y a de nombreuses contraintes techniques pour l’Hébergeur en cas de travaux dans les locaux (p 8) 
  • Article 10 – Protection de l’image des Parties (p 13)
    • Les Parties veilleront à tout moment à ne pas porter atteinte à l’image et à la réputation de l’autre Partie?????????
      • Nous ne pourrions donc plus être critiques à l’égard de GRDF ? C’est inadmissible ! En tout cas, ne comptez pas sur moi !

Concernant les annexes

  • Description des équipements techniques (p 17):
    • Description plutôt sommaire des équipements, destinée à nous rassurer

Mais j’ai tout de même noté des clauses qui m’ont inquiété :

  • Chaque site sera équipé de une à quatre antennes omnidirectionnelles inférieures à 1 mètre à l’extérieur du bâtiment en bordure de toiture, mais possibilité d’installer un mat de moins de 1 mètre de haut pour supporter les antennes
    • Les toits de nos bâtiments pourraient donc être garnis d’antennes de 2 mètres de hauteur !

Mais il y a pire :

  • L’Hébergeur reconnaît que GRDF sera libre de procéder à toute modification ou extension des ses Equipements Techniques dans la mesure où elles n’ont pas pour effet de nécessiter une modification des emplacements mis à disposition et / ou n’entravent pas le bon fonctionnement du Site de l’Hébergeur et / ou n’entraine pas de défenses supplémentaires pour l’Hébergeur. (p 7)
    • Donc la gentille petite boite de quelques décimètres carrés qui n’émettait que 500 mW pourrait donc devenir beaucoup plus grosse sans que nous n’ayons rien à dire. Mais de plus :
  • L’Hébergeur reconnaît être informé que GRDF dans un souci de mutualisation, pourra être amené à compléter les Equipements Techniques par des équipements similaires appartenant à des tiers. (p7)
    • Il pourrait donc y avoir en plus d’autres petites boites émettrices similaires de GRDF et/ou aussi des équipements d’autres entreprises sans que nous ne puissions rien dire ! pourquoi pas des équipements pour Linky ou d’autres ?
    • C’est inacceptable !

Il faut savoir que les ondes émises par ces équipements se rajoutent entre-elles et aux ondes déjà existantes

Si chacun des émetteurs d’ondes respecte la législation (très permissive en France), c’est la multiplication et l’addition des émissions de ces ondes qui est aussi dangereuse.

La mairie est déjà touchée par de forts rayonnements électromagnétiques extérieurs (étude commandée par la mairie en 2010-2011 réalisée par la CRIIREM), mais aussi intérieurs (matériel informatique).

Il est dangereux de poser ces équipements sur les lieux recevant du public, notamment des enfants, et sur des lieux où du personnel travaille ou habite.

C’est le cas pour la mairie, mais aussi les gymnases et les églises.

 

Conditions financières :

Redevance annuelle de 50 € – redevance insignifiante. Un cadeau à GRDF !

Si GRDF devait installer ces équipements sur des emplacements privés, ça leur coûterait sûrement beaucoup plus cher.

Nous devons donc refuser ces équipements.

Nous voterons donc contre convention et nous vous encourageons à faire de même“.

 

Monsieur le Maire ne comprend pas mes réticences et il a rappelé une fois de plus sa foi inconditionnelle en GRDF. Les citoyens decazevillois apprécieront.

Nous avons donc voté tous les cinq contre cette délibération. Un élu de la majorité s’est abstenu, tous les autres ont suivi le maire.

 

Motion présentée par Jean-Louis Calmettes concernant la convention cadre pour l’occupation du domaine public pour l’installation et l’hébergement d’équipement de télérelève en hauteur par GRDF :

J’avais eu l’occasion de présenter cette motion dans le courrier que j’avais envoyé à chaque conseiller municipal. Vous pouvez donc la retrouver en cliquant ici.

L’actualité me donne une fois de plus raison puisque l’on apprend aujourd’hui dans la presse que 500 000 adresses de Yahoo ont été piratées et que les cyberattaques ont fortement augmenté dans le monde. Des banques, des entreprises, des Etats… sont piratés. Alors que vont faire les cybercriminels en accédant à l’énorme banque de données de nos compteurs communicants ? Ils pourront même intervenir directement chez nous. Il faut arrêter cette folie.

Les cinq élus de la minorité dont je fais partie ont voté pour cette motion. Un élu de la majorité s’est abstenu. Tous les autres ont suivi le maire en votant contre.

 

Projet de traitement des déchets sur Aubin et Viviez :

Une petite délégation de riverains à ce projet était présente à ce conseil afin de sensibiliser sur ce sujet. J’avais réalisé une note en juillet dernier.

Monsieur le Maire a bien voulu leur donner la parole en début de conseil municipal.

umicore-usine traitement.jpg

Je suis intervenu par la suite sur ce sujet lors du point sur le rapport sur la qualité et le prix du service publics des déchets.

Nous voyons dans ce rapport que la part des déchets ultimes, ceux qui risquent d’aller dans le futur projet situé sur les communes d’Aubin et de Viviez, ne cesse de baisser. Mais on peut encore mieux faire. Il faut que la part des déchets recyclables augmente encore plus.

Puisque nos amis d’Aubin et de Viviez sont encore là, je voudrais leur apporter mon soutien. Ce projet privé n’apportera rien de bon pour notre territoire. Très peu d’emplois seront créés. Umicore s’était engagé dans la phase 2 de son projet de dépollution à revégétaliser ce site. Umicore doit tenir parole et ne pas donner suite à ce projet“.

 

Monsieur le Maire ne s’est visiblement pas penché sur ce projet pourtant fort dommageable pour les communes aux alentours. Ce qui me semble très grave pour un maire et vice-président de la communauté de communes.

J’ai terminé sur ce point en précisant que selon un compte-rendu de réunion du comité syndical du SYDOM, le projet de Viviez représenterait une augmentation d’environ 10 € par tonne pour les contribuables aveyronnais, par rapport au projet de Trifyl dans le Tarn, transport compris.

Monsieur le Maire, visiblement incompétent sur ce sujet, mais le soutenant tout de même mordicus, m’a pratiquement accusé de menteur ! Malheureusement, une fois de plus, il a tort.

Vous pouvez voir ce compte-rendu du SYDOM en cliquant ici

 

En conclusion :

Nous avons donc vu hier soir un maire qui s’est dévoilé un peu plus, notamment sur les questions touchant l’environnement et la santé publique. Il a montré que ses connaissances sur ces sujets importants pour l’avenir de notre territoire et de la planète sont quasiment nulles et surtout que ça ne l’intéressait pas. Le réchauffement climatique, la biodiversité, la qualité de l’air et de l’eau, les ondes électromagnétiques, les déchets… tous ces domaines n’ont aucune importance. Pour lui, l’important c’est que les entreprises puissent continuer à faire du business. Tant pis pour les conséquences sur les hommes et la nature.

Inquiétant pour la suite !

Une fois de plus, nous avons été pratiquement les seuls à nous exprimer hier soir à ce conseil municipal. La plupart des élus sont restés muet et ont levé la main docilement aux propositions du maire. Lorsque j’étais dans la majorité, il m’est arrivé parfois de m’exprimer contre les propositions du maire et même de voter contre. C’est ça la démocratie ! 

Mais je ne désespère pas.

Pour la petite histoire, un élu de la majorité est venu me voir à l’issue du conseil municipal pour me dire qu’il refuserait de toutes ses forces la pose chez lui du compteur communicant d’Enedis “Linky“. Connaissant son honnêteté, je suis persuadé qu’il le fera. Mais il me semble que si l’on refuse la pose des compteurs communicants, il faut aussi refuser la pose d’équipements servant au relevé de ces compteurs. Ce me parait logique.

 

Photos (cliquez sur les photos pour les agrandir) :

1 – Capture d’écran site de Decazeville

2 – Oramip

3 à 7 – jlc – Creative Commons

Opération “ dépollution-repollution “ sur le site Umicore du Mas à Viviez ?
19 septembre 2016 – 13 h 31 min | Commentaires fermés sur Opération “ dépollution-repollution “ sur le site Umicore du Mas à Viviez ?

Les opposants au projet viviezo-aubinois montent au créneau.jpg

Vous avez aimé l’opération “ dépollution “ d’Umicore à Viviez ?

Vous adorez sûrement l’opération “repollution “ de Séché Environnement-Sévigné !

L’opération “ dépollution “ de la décharge industrielle du Mas se termine. Mais au lieu de laisser ce site retrouver peu à peu un aspect naturel, un nouveau projet de stockage de déchets arrive porté par Séché Environnement et Sévigné.

Pourtant, dans sa deuxième phase, le programme de “ dépollution “ de la zone du Mas prévoyait une revégétalisation avec plantation d’arbres de l’ensemble des sites dépollués.

Que vient faire ce projet privé de traitement et de stockage de déchets sur ce site ? D’autant plus que la meilleure solution et la moins onéreuse pour les déchets aveyronnais a été balayée d’un revers de main par les élus départementaux et du SYDOM. Elle permettait pourtant une gestion publique des déchets.

Que se cache-t-il derrière ce revirement d’Umicore ? Il serait dommage pour cette entreprise se voulant exemplaire que la deuxième phase de ce programme ne soit pas respectée !