Actualités

Retrouvez toutes l’actualités de l’Aveyron, par l’intermédiaire des flux RSS des quotidiens aveyronnais

Loisirs

Toutes les sorties à faire sur le département

Politique

Sports

Toute l’actualité sportive du département

Vidéos

Toutes les vidéos parlant de l’Aveyron sur Youtube

Accueil » Archive par Auteur

Articles par

Animaux errants à Decazeville : remercier l’association AAAB
12 février 2017 – 9 h 45 min | Commentaires fermés sur Animaux errants à Decazeville : remercier l’association AAAB

chiens et chats abandonnés -bm2017.jpg

Le dernier bulletin municipal consacre une brève aux chiens et chats abandonnés et sur la nécessaire régulation de la population féline sur notre ville. Il aurait été juste de citer l’association Aide aux Animaux Abandonnés du Bassin et de remercier ses membres qui depuis des années consacrent leur temps (et leurs maigres moyens financiers et logistiques) à la capture et à la stérilisation des chats en plus d’autres nombreuses activités d’aide et de soutien à tous les animaux.

La construction d’un refuge-chenil intercommunal et des moyens pour le faire fonctionner sont indispensables pour que cette association puisse continuer à assurer ce travail dans des conditions d’hygiène et de sécurité optimum. Sans cette structure, les problèmes consécutifs à l’abandon et à la maltraitance des animaux ne feront que s’accroître sur notre communauté de communes, y compris sur les communes rurales.

Découvrez les métiers de l’Automobile
10 février 2017 – 0 h 00 min | Commentaires fermés sur Découvrez les métiers de l’Automobile

Le mercredi 15 mars, le Campus des Métiers de l’Aveyron vous ouvre les portes des formations aux métiers de l’auto : visite des ateliers, infos, rencontre des formateurs…

C’était bien vrai !
9 février 2017 – 13 h 30 min | Commentaires fermés sur C’était bien vrai !

cgt-rael-affichage dkz.jpg

Je ne dois pas être le seul à avoir été surpris des affiches de Rael apposés sur les panneaux d’affichage réservés à l’affichage d’opinion et aux associations de Decazeville, à côté d’affiches de la CGT.

Rappelons que Rael est considéré comme une secte en France dans un rapport parlementaire de 1995.

La CGT a fort heureusement rapidement recouvert ces affiches de la secte Rael.

Photo : jlc (Créative Commons) – cliquez sur la photo pour l’agrandir

Demi-journée de formation-information sur les outils informatiques
8 février 2017 – 21 h 03 min | Commentaires fermés sur Demi-journée de formation-information sur les outils informatiques

Le Cercle Généalogique de l’Aveyron propose à ses adhérents une demi-journée de formation-information sur les outils informatiques en 3 parties qui se déroulera le samedi 11 février de 9h00 à 12h00 au local :
gestion de base de l’ordinateur : manipulation de Windows 10 (et anciennes versions), nettoyage des disques, protection contre les virus, malware, phishing (hameçonnage), publicités, récupération de fichiers supprimés ou perdus, gestion de la confidentialité, sauvegardes …
fonctionnement du (…)


Actualités
/

Zones commerciales en Aveyron, la fuite en avant continue
8 février 2017 – 16 h 18 min | Commentaires fermés sur Zones commerciales en Aveyron, la fuite en avant continue

On ne compte plus les projets de zones commerciales en Aveyron.

estreniol-eldorado -googleearth.jpgAprès l’énorme réalisation de l’Estréniol à Rodez qui s’agrandit encore, le projet de la zone de Savignac à Villefranche, le projet de la zone du Centre à Decazeville, la future zone de Prignolles à Millau, voilà que l’on nous annonce un projet au sud de Rodez, à Malan.

On connaît maintenant très bien les impacts de la grande distribution sur les commerces des centres villes.

Comment la france z tué ses villes.jpgLecteur assidu du blog d’Olivier Razemon et également lecteur de ses nombreux ouvrages écrits seul ou en collaboration avec d’autres spécialistes de la mobilité et de l’aménagement urbain, j’attendais avec impatience la sortie de son dernier livre : “Comment la France a tué ses villes“.

L’auteur s’est promené dans toute la France et a fait le constat amer de la désolation qui règne dans les villes moyennes et petites villes de notre pays. La fermeture des commerces (le phénomène des vitrines vides) et le nombre de logements vacants de longue durée atteignent des sommets alarmants. Cela entraine l’appauvrissement de ces villes et une dégradation de leur environnement et de leur cadre de vie.

Commerces abandonnés - 39 rue Gambetta.jpgL’Aveyron est bien sûr touché par ce phénomène, à divers degré selon la ville bien sûr.

Pour Olivier Razemon, “une foule de coupables sont désignés : l’e-commerce, les loyers commerciaux trop élevés, la crise, les métropoles… Ces facteurs ont bien un impact mais cela reste un impact limité sur d’autres. Internet ne nuit pas aux boulangeries. Pourtant, ces dernières ferment. La crise n’explique pas tout non plus : quand on regarde les chiffres, les gens sont plus riches qu’avant, car oui, le niveau de vie continue à croitre en France. Ce paradoxe est très visible à Aurillac, Vitré, Rodez : ce sont des villes où le chômage reste plutôt faible mais les commerces ferment quand même…

Figeac - Rue d'Aujou -Commerces.jpgIl faut arrêter de croire que la création d’une activité économique crée des emplois nets. C’est sur la base de cet argument de l’emploi que les élus acceptent la construction de centres commerciaux. Or, si des emplois sont bien créés, davantage encore sont détruits dans les centres-villes !

Il n’y a pas de grand complot… Il s’agit juste d’une pensée à court terme d’hommes et de femmes élus pour 5 ans, de représentants de la grande distribution mais aussi de nous tous, collectivement. Si tous les Français décidaient d’aller dans les commerces de proximité plutôt que d’aller faire leurs courses uniquement au centre commercial, cela aurait un réel impact positif. La qualité de vie, c’est aussi de pouvoir aller acheter son pain à pied… “.

Mais pour Olivier Razemon il y a une autre cause à cet exode vers les centres commerciaux. “L’un des aspects de l’urbanisme commercial réside dans l’aménagement purement routier du territoire. On a installé les centres commerciaux en dehors des villes et on a multiplié les infrastructures routières pour y accéder : voies d’accès, rocades, parkings…

 

Une zone commerciale au sud de Rodez

Jean-Philippe Sadoul, maire de Luc-Primaube et vice président de Rodez Agglo souhaite accueillir sur la zone de Malan une zone commerciale « pour procéder à un rééquilibrage naturel, nord et sud ».

Pour expliquer la création de cette zone commerciale au sud de Rodez, Jean-Philippe Sadoul invoque la concurrence d’Albi qui avec la RN 88 à 2×2 voies se rapproche de Rodez à grande vitesse.

Il est pour le moins étonnant que les élus, après avoir réclamé à corps et à cris ce doublement de la RN 88 pour soit disant « désenclaver » l’Aveyron, s’aperçoivent maintenant que le désenclavement se fait dans les deux sens.

Cela fait plus de dix ans que je le dis et que nous le disons avec les Verts de l’Aveyron. Nous avions même édité un document sur les conséquences du doublement intégral de la RN 88 en 2009.

Que disions nous dans ce document concernant les conséquences du doublement intégral de la RN 88, axe européen Séville-Varsovie, projet du siècle dernier appelé plus communément « la diagonale des fous » sur l’attractivité commerciale ?

D’abord que l’attractivité commerciale va toujours dans le sens province-métropole et rarement à l’inverse et donc, qu’avec cet axe routier en 2×2 voies, l’attractivité commerciale de Toulouse et d’Albi serait importante.

Nous précisions que si le doublement intégral de la RN 88 voyait le jour, le taux d’évasion commerciale de la zone de Rodez vers Albi et Toulouse ne fera que progresser avec des conséquenses fortes sur l’emploi local.

Et bien nous y voilà !

Et que proposent les élus pour contrer cette évasion commerciale vers Albi et Toulouse ? Tout simplement de créer une zone commerciale de plus au sud de Rodez. On tombe sur la tête !

Quand allons-nous arrêter cette fuite en avant ! Il est bien évident que ce projet va avoir une fois de plus un impact négatif sur les commerces du centre-ville de Rodez, mais aussi sur les petits commerces des villages aux alentours et sur ceux des territoires voisins. 

Il est temps que le SCOT Centre-Ouest Aveyron, dont M. Sadoul est le président, se penche sur ce grave problème.

Ce projet à Malan, tout comme celui de Savignac à Villefranche sont les projets de trop pour le centre-ouest Aveyron.

Je nuancerai mon propos pour le projet de la zone du Centre à Decazeville, car il est de beaucoup moindre importance et qu’il se trouve pratiquement en centre-ville. En cela, il peut au contraire créer une dynamique avec les commerces du centre-ville si on favorise notamment des liaisons piétonnes sécurisées (voire mécanisée avec un escalator place du 10 août par exemple) entre la zone du Centre et la rue Cayrade.

On voit de plus en plus de centres commerciaux tomber en désuétude, certains même ferment. Allons-nous nous retrouver dans quelques années avec des friches commerciales qui coûteront cher aux contribuables aveyronnais, comme va aussi coûter très cher la nécessaire rénovation des centres villes de nos petites villes aveyronnaises abandonnés par les commerces et la population ?

 

La priorité reste de favoriser la fréquentation des commerces des centres villes 

Mais comment ?

Cahors - Rue Clémenceau -Google Earth.jpgOlivier Razemon donne quelques pistes : « Dès lors, en centre-ville, à Agen, à Tourcoing, à Bourg-en-Bresse ou à Loches (Indre-et-Loire), les commerçants, interrogés par les élus ou par la presse régionale, réclament des places de stationnement pour leurs clients, de préférence gratuites…Hélas, cela ne fonctionne pas. A tout prendre, lorsqu’il est motorisé, le consommateur préfère « aller » à l’hyper plutôt que de chercher une place, même gratuite, en ville. Quant au citadin, celui qui vit à quelques centaines de mètres des commerces, il irait bien faire ses courses dans le centre. Mais voilà, on a transformé sa ville et ses trottoirs en parkings, pénibles à arpenter à pied. »

Car oui, les clients des commerces des centres villes veulent de l’espace plus que des places de stationnement.

L’idée selon laquelle la vitalité des commerces dépend de sa capacité à y accéder en voiture a la vie dure. Mais elle ne résiste pas à l’épreuve des faits. Des études prouvent le contraire. Les clients qui recourent à la marche, au vélo et aux transports collectifs sont meilleurs clients que ceux qui viennent en voiture. S’ils consomment et achètent moins par visite, ils reviennent plus souvent.

Olivier Razemon cite le cas de Rouen :

“ A la demande de la métropole de Rouen, le cabinet Bfluid a demandé aux commerçants rouennais (ici, pages 70-71) quels étaient les principaux freins au shopping. 50% à 78% d’entre eux ont répondu : « pas assez de stationnement ».

Puis on a posé la même question à leurs clients. Entre 20 et 22% ont répondu, comme les commerçants, que le manque de stationnement constituait le principal frein. Les autres ont évoqué le bruit et la circulation, les obstacles sur les trottoirs, le manque d’espace pour marcher…

D’ailleurs certaines associations de commerçants l’ont très bien compris et travaillent de concert avec les associations faisant la promotion du vélo et de la marche, offrent des bons d’achats aux cyclistes, mettent des vélos à gagner lors d’animations commerciales…

Faites vos courses à vélo.jpgIl suffirait donc dans un premier temps d’améliorer l’espace public des centres villes en favorisant l’apaisement de la circulation et en facilitant l’accès et le déplacement des piétons et cyclistes pour avoir une première réponse à cet exode vers les centres commerciaux des périphéries. Rendre les centres villes agréables à arpenter et à vivre.

Et cela ne demande pas beaucoup d’argent. Juste de la volonté.

On retrouverait de plus une ville moins bruyante, moins polluée, plus conviviale, avec une meilleure sécurité routière, et donc plus apte à accueillir de nouveaux résidents dans les projets de rénovation de l’habitat.

Il n’est pas encore trop tard, mais il faut faire vite.

 ________

A lire également :

Chronique du cycliste et du piéton (1) : notamment pour les chapitres consacré aux mobilités actives, commerces et centres villes.

Modes actifs de déplacement sur le Bassin, où en est-on ?

 

Photos : Cliquez sur les photos pour les agrandir

1 – Zones de l’Estréniol et Eldorado à Rodez

2 – Comment la France a tué ses villes – Olivier Razemon

3 – Commerces abandonnés rue Gambetta à Decazeville

4 – Commerce rue d’Aujou à Figeac. Il y a encore peu de temps, cette rue était très commerçante. En quelques mois, la moitié des commerces ont mis la clé sous la porte et les locaux sont à vendre ou à louer.

5 – Rue Clémenceau à Cahors. Toutes les rues dans le centre commerçant et historique de Cahors sont en zones de rencontre : limitées à 20 Kmh et les cyclistes peuvent rouler à double sens dans les rues à sens unique. Un exemple à suivre.

6 – Animations commerciales pour favoriser la venue de clients à vélo

Trophée ESAF ILONA
7 février 2017 – 0 h 18 min | Commentaires fermés sur Trophée ESAF ILONA
Trophée ESAF ILONA

Cette année encore, l’association Ilona et l’International à Pétanque d’Espalion offriront à 16 enfants une journée magique, qu’ils n’oublieront  jamais.
8 enfants seront sélectionnés dans le département de l’Aveyron et 8 le seront par l’intermédiaire de BOULISTENAUTES.

Alors, parents Boulistenautes d’enfants nés en 2005 et après, n’hésitez pas à postuler. Nous vous rappelons s’il était besoin de le faire que le niveau de pétanque n’est en aucun cas un critère déterminant. Plus d’information sur le site boulistenaute.com
 

L’an passé à Espalion
 

 

Il y a deux ans à Millau
 

Vous pourrez consulter d’autres articles sur le trophée
 

2016 : Trophée ESAF-ILONA, le rêve continue 

2015 : Un coeur de champion, un rêve d’enfant  !

 

  

www.associationilona.fr

Chronique du cycliste et du piéton (1)
6 février 2017 – 14 h 50 min | Commentaires fermés sur Chronique du cycliste et du piéton (1)

Je vais essayer de tenir régulièrement sur ce blog une petite chronique concernant les modes actifs (marche et vélo) et les entraves que ces modes de mobilité subissent de la part des collectivités ou d’autres acteurs décisionnels. Mais je noterai aussi les actions et aménagements que des collectivités plus éclairées et audacieuses mettent en place pour les favoriser.

 

Une voie de plus fermée aux cyclistes du Bassin

accès rue A. Grange de la RD 840.jpgLe Conseil Départemental a décidé de fermer l’accès à la rue des Granges à Viviez depuis la RD 840 sans prendre réellement une fois de plus en compte les conséquences pour les cyclistes.

En effet, cette rue représentait une alternative sécuritaire au passage resserré dangereux du pont sur le Riou-Mort de la RD 840 pour les cyclistes arrivant de Boisse-Penchot et une voie naturelle pour rejoindre la RD 5 vers Aubin en évitant ainsi le giratoire de Laubarède.

Pourquoi ne pas fermer cette voie aux seuls véhicules motorisés par des plots mais laisser l’accès aux cyclistes venant de Boisse-Penchot.

La véloroute de la Vallée du Lot sera opérationnelle dès cet été. Une liaison de la gare de Boisse-Penchot à Viviez, entrée du Bassin, est indispensable. Le Département et Decazeville-Communauté feraient bien de se pencher sur cette liaison courte (moins de 3 km) qui permettrait de relier la Vallée du Lot au Bassin urbain de Decazeville. Il existe seulement deux à trois points sensibles à régler pour que cette liaison soit opérationnelle rapidement. Avec de la volonté, il est donc possible de réaliser rapidement cette liaison.

Mais en attendant (le moins possible) il me semble important de garder l’accès de la rue Adam Grange aux cyclistes arrivant de Boisse-Penchot.

 

Le retour de la voiture en ville :

Bourges - Faites vos courses à vélo.jpgLes commerçant de Bourges ont bien compris que favoriser l’usage du vélo en ville peut leur être bénéfique et ils n’hésitent pas à donner quelques petits avantages à ceux qui viennent leur rendre visite à vélo dans le centre ville.

La municipalité de Bourges n’a visiblement pas la même approche sur l’usage du vélo et de la marche. L’aménagement de ce tronçon de la rue Emile Martin est une caricature de cette politique du retour de la voiture en ville que tentent de mettre en place certaines municipalités, principalement à droite, mais pas seulement.

Bourges - Configuration de la rue Emile Martin.jpgTout ce qu’il ne faut pas faire est dans cette image : circulation à double sens sans prévoir des voies pour les vélos et le pire, empiètement du stationnement des véhicules motorisés sur les trottoirs, laissant peu de place aux piétons et aux personnes à mobilité réduite. Tout simplement honteux !

 

A Thionville, depuis 2014 et l’arrivée d’une municipalité de droite, la voiture revient en force dans le centre ville. C’est à la demande des commerçants que certaines rues piétonnes seront ouvertes aux voitures de 17h à 19h après les avoir ouvertes de 9h à 12h. La piétonisation va donc devenir l’exception dans ces rues. Visiblement, les commerçant de Thionville n’ont pas la même vision qu’à Bourges.

 

Rappelons cette enquête réalisée à Rouen que rapporte Olivier Razemon sur son blog : « le cabinet Bfluid a demandé aux commerçants rouennais (ici, pages 70-71) quels étaient les principaux freins au shopping. 50% à 78% d’entre eux ont répondu : « pas assez de stationnement ».

Puis on a posé la même question à leurs clients. Entre 20 et 22% ont répondu, comme les commerçants, que le manque de stationnement constituait le principal frein. Les autres ont évoqué le bruit et la circulation, les obstacles sur les trottoirs, le manque d’espace pour marcher… »

 

Si la possibilité donnée aux vélos de circuler librement dans les rues est primordiale, leur stationnement est tout aussi important. Il faut donc des stationnements nombreux et adéquats avec de vrais arceaux qui permettent de placer son antivol correctement. Il faut arrêter d’installer des pinces-roues inefficaces qui de plus, voilent les roues des vélos.

vélo cargo - emplacement stationnement.jpgComme les commerçants de Bourges, les grandes enseignes ont aussi bien compris les avantages qu’il y avait à favoriser les modes actifs pour accéder à leurs commerces situés en centre ville. Sur la photo ci-contre, cet emplacement sécurisé pour un vélo cargo devant la vitrine de la Fnac de la place Kléber à Strasbourg est un exemple dont peuvent aussi s’inspirer les collectivités et les petits commerces des centres villes.

 

Une enquête récente sur le classement des villes les plus dynamiques d’un point de vue commercial en France a été réalisée par Procos.

De manière générale, Procos retrouve un élément commun entre tous ces territoires. Ils mènent tous «une politique concertée entre les acteurs, maîtrisée sur le plan de l’urbanisme commercial, multidimensionnelle en intégrant logements, transports, vie économique et sociale, activités culturelles et touristiques».

Retrouvez le dossier de presse de Procos en cliquant ici.

Pour Olivier Razemon, ce n’est pas un hasard si ces villes dynamiques d’un point de vue commercial sont aussi celles qui favorisent le plus la circulation des vélos.

 

Accidents de cyclistes

2016, la terrible année pour les cyclos aveyronnais -DDM-251216.jpegL’année 2016 a été terrible pour les cyclistes aveyronnais, principalement les cyclotouristes et les cyclosportifs. Les causes de ces accidents sont multiples et elles sont énumérées dans cet article de La Dépêche du Midi.

Une des principales causes de ces accidents est le non respect par les automobilistes de la distance de 1,50 mètre lors du dépassement des vélos.


Dernièrement, une cycliste en a fait les frais lors d’un dépassement du côté de Saint-Affrique. Elle a été touchée par le rétroviseur d’un véhicule qui l’a renversée.

Millau - Le vélo, un luxe vulnérable en ville.jpgMais des accidents arrivent aussi en ville. Ce témoignage d’une cycliste millavoise victime elle aussi de la violence routière d’une voiture en dit long sur la méconnaissance des règles et le mépris de certains automobilistes vis à vis des cyclistes.

Les collectivités ont une carte importante à jouer dans les aménagements, l’enseignement et l’application des règles du code de la route tant par les cyclistes que par les automobilistes. Pour les aménagements, c’est leur rôle direct. Elles doivent réaliser des aménagements en faveur des modes actifs en lien étroit avec les associations de défense des cyclistes locales (commune ou département).

Pour l’application des règles, c’est aussi leur rôle de verbaliser les automobilistes imprudents que ce se soit en circulation ou en stationnement.

La formation des cyclistes peut être dispensée par les associations locales soutenues par les collectivités.

 

Piétons

Rodez Agglo est en train de comptabiliser sur certaines rues du centre ville de Rodez le nombre de passage de piétons. Si cette action n’a pas directement vocation à favoriser le passage de piétons sur ces axes, elle permettra de répondre aux commerçants et futurs commerçants qui souhaitent s’installer à Rodez. Mais il serait souhaitable que les élus et urbanistes de l’Agglo mettent également en place une politique favorable aux piétons et aux cyclistes sur leur territoire.

Il serait peut-être aussi urgent que Rodez et l’Agglo se penchent sur l’accidentologie des piétons sur son territoire. Cela devient inquiétant, notamment dans la traversée des giratoires de la RN 88 et en centre ville de Rodez. Des aménagements pour réduire la vulnérabilité des piétons doivent rapidement être mis en place, notamment en réduisant la vitesse des véhicules motorisés.

ligne-désir-Stg-282-768x576.jpgOlivier Razemon (encore lui) consacre une note à la “ligne de désir“. Sous ce titre poétique, il s’agit ni plus ni moins des cheminements inventés par les piétons et parfois les cyclistes qui ont créé leurs propres chemins, préférant “couper“ parce que ça fait gagner du temps et que c’est plus pratique, notamment pour leurs trajets quotidiens.

Il serait intéressant que les aménageurs tiennent compte de ces usages et que la “ligne de désir“ ne soit plus ignorée, mais au contraire préférée lors des aménagements.

 

Aller au travail à vélo

Si en Occitanie la voiture représente le moyen le plus répandu pour se rendre à son travail à près de 80 %, le vélo reste marginal mais prend de plus en plus de place comme mode de déplacement principal. Les cyclistes allant à leur travail à vélo vivent plutôt dans les centres villes des grands pôles urbains où les aménagement sont plus nombreux et sécurisés et leur distance est généralement moins de cinq kilomètres. Les hommes ont davantage recours au vélo, les cadres et professions intellectuelles supérieures plus que les employés et ouvriers. En revanche, l’usage du vélo varie peu selon l’âge.

Retrouvez cette enquête de l’Insee en cliquant ici.

 

Vélo et tourisme

La véloroute de la Vallée du Lot avance rapidement entre Bouillac et Grand-Vabre. J’y consacrerai une note à part 

A noter cette initiative intelligente de Najac qui vient d’acheter 20 vélos à assistance électrique pour 60 000 € avec des aides possibles à hauteur de 80 %. Ces vélos seront gérés par la base de pleine nature de Najac (AAGAC). Le but de ces achats de VAE est de créer une liaison interbastides dans le cadre du développement touristique de l’ouest aveyronnais.

Un exemple à suivre pour Decazeville Communauté. Encore faut-il qu’il y ait une volonté de favoriser l’usage du vélo. Ce qui est loin d’être le cas, du moins pour les communes urbaines. J’y reviendrai là aussi dans une prochaine note.

 

Photos (cliquez sur les photos pour les agrandir) :

1 – Rue Edam Grange – GoogleEarth

2 – Association des commerçant de Bourges

3 – Mairie de Bourges

4 – Vélo cargo – Grégory Delattre à Strasbourg

5 – Article de La Dépêche du Midi

6 – Article de Centre-Presse

7 – Ligne de désir – Olivier Razemon

La famille BARTHELEMY de Liaucous, une dynastie de « mulatiers »
6 février 2017 – 9 h 50 min | Commentaires fermés sur La famille BARTHELEMY de Liaucous, une dynastie de « mulatiers »

Nous ne prétendons pas être exhaustifs, et nous invitons tous nos lecteurs à ne pas hésiter à apporter leurs commentaires, compléments et questions… Vous avez vous-mêmes des ancêtres « mulatiers » ? vous faites partie de la famille BARTHELEMY ? Rejoingnez notre groupe de discussion…
LIAUCOUS (Llaucous) (Commune de MOSTUEJOULS)
Stratégiquement niché sous la corniche du Causse de Sauveterre, à l’entrée des Gorges du Tarn, ce site est habité depuis le néolithique. L’église romane Saint-Sauveur de (…)


Généalogies

Planter des arbres pour lutter contre la chaleur et la pollution à Decazeville
5 février 2017 – 10 h 17 min | Commentaires fermés sur Planter des arbres pour lutter contre la chaleur et la pollution à Decazeville

arbres-coupes-rd840.jpg

Tout le monde a pu constater qu’un arbre sur deux avait été supprimé dans l’alignement de chênes rouges longeant le chemin piétonnier et cyclable en bordure de la RD 840 dans la traversée de la ville.

Je n’aime pas trop les coupes d’arbres lorsqu’elles ne sont pas justifiées, mais là, c’était vraiment nécessaire tant leur espacement était réduit. Un rapport sur le patrimoine arboré de la commune de Decazeville réalisé en 2000 par Alain et Sylvie Michelin le notait déjà.

Mais il ne suffit pas de couper des arbres et de se frotter les mains en pensant à voie basse que trente arbres coupés ce sera trente arbres de moins à entretenir et moins de feuilles à ramasser à l’automne.

Les villes ont besoin d’arbres et en auront de plus en plus besoin.

Le phénomène d’ilot de chaleur urbain mais aussi les pollutions dues aux rejets des gaz d’échappement, aux activités industrielles et aux chauffages des particuliers font que la végétalisation des zones urbaine est indispensable.

De nombreuses études et réalisations montrent maintenant que la végétalisation des villes permet de réduire les pics de températures l’été de jour comme de nuit et que les arbres filtrent les particules contenues dans l’atmosphère, ainsi que bien d’autres polluants de l’air.

La plantation d’arbres et d’autres végétaux est donc indispensable

Mais pas seulement. Il faut aussi agir sur l’urbanisme et les aménagements urbains. Il faut ventiler les rues par des démolitions ciblées et éviter les trop grandes étendues de surfaces minérales qui accumulent la chaleur le jour et la rejette la nuit, empêchant les températures de baisser dans les villes.

Il faut donc que la ville de Decazeville replante des arbres, d’abord pour compenser ceux qui ont été coupés, mais prévoit également un plan de végétalisation afin d’avoir une ville vivable dans les prochaines décennies. Le projet de revitalisation du centre-bourg de Decazeville doit impérativement intégrer la thématique de lutte contre le phénomène d’ilot de chaleur urbain et de lutte contre la pollution de l’air et proposer des solutions concrètes.

En attendant, la ville doit planter des arbres, ne serait-ce que pour compenser ceux qui ont été coupés.

Le rapport du patrimoine arboré de la commune regrettait que l’alignement de chênes rouges bordant la RD 840 n’est pas été prolongé jusqu’au jardin public. Voilà donc une bonne idée pour débuter. Cela permettrait de fournir une ombre généreuse aux promeneurs et cyclistes de cette voie.

Mais il faudra obligatoirement poursuivre les plantations d’arbres sur d’autres lieux.

Photo : jlc – Licence Creative Commons

Reptiles et amphibiens à Decazeville
3 février 2017 – 18 h 47 min | Commentaires fermés sur Reptiles et amphibiens à Decazeville

mares temporaires -020217.JPG

C’était hier la journée mondiale des zones humides. J’en avais déjà dit un mot l’an passé.

Les mares temporaires à l’arrière du musée de géologie Pierre-Vetter commencent à bien se remplir d’eau et vont être prêtes à accueillir dans quelques semaines les pontes des crapauds calamites et pélodytes ponctués qui viennent chaque années se reproduire sur ce site.

Reptiles et Amphibiens- Affiche-Expo 240117-170617.jpgUne exposition intéressante concernant les reptiles et amphibiens était prévue au musée de géologie Pierre-Vetter à Decazeville du 24 janvier au 17 juin de cette année. Malheureusement, elle ne pourra vraisemblablement pas se dérouler au musée car le plafond, qui était endommagé par un sinistre du à des infiltrations d’eau et qui n’avait pas été réparé malgré une somme de 82 000 euros inscrite sur le budget d’investissement 2014, a finalement cédé.

On ne sait toujours pas ce qu’il va advenir de cette exposition. La mairie de Decazeville indique sur son site internet qu’une solution est recherchée pour la présenter dans un autre lieu et dans les meilleurs délais.

Mais c’est vraiment dommage qu’elle ne puisse se dérouler au musée car des travaux pratiques auraient pu être présentés dans les mares temporaires de l’arrière du musée.

Espérons que cela sera toujours possible.