Actualités

Retrouvez toutes l’actualités de l’Aveyron, par l’intermédiaire des flux RSS des quotidiens aveyronnais

Loisirs

Toutes les sorties à faire sur le département

Politique

Sports

Toute l’actualité sportive du département

Vidéos

Toutes les vidéos parlant de l’Aveyron sur Youtube

Accueil » Les verts

Dernier conseil municipal : deux points qui reviennent chaque année

Déposé par dans 8 décembre 2019 – 9 h 07 minPas de commentaire

Parmi les points examinés lors du dernier conseil municipal du 3 décembre dernier, deux sont ce que l'on appelle des « marronniers », c'est à dire des points qui reviennent tous les ans.

Le premier traitait de l'ouverture des commerces le dimanche, le second de la participation financière de la commune à l'école privée Sainte-Foy. L'occasion de faire un bilan de l'équipe Marty sur ces participations, dont une partie n'est pas obligatoire.

D'abord, vous avez ci-dessous mon intervention concernant l'ouverture des commerces (principalement les grandes surface) le dimanche.

geant-dkz.jpeg

« Je voudrais d'abord rappeler que je suis très attaché à un jour de repos commun à toute la population dans la limite bien sûr des obligations de service à la population comme la santé par exemple, car c'est un jour commun où tout le monde peut se retrouver dans des activités sportives, culturelles, sociales, ou tout simplement rester en famille ou avec des amis...

Bien sûr, ça ne plait pas aux ultras libéraux en tous genres pour qui, une minute sans consommer, est une minute de perdue. Et on a commencé par autoriser l'ouverture cinq dimanches par an et on en vient rapidement à douze.

Il faut savoir que le petit commerce à toujours eu le droit d'ouvrir le dimanche matin

Mais là, c'est à la grande distribution que l'on donne cette autorisation.

La grande distribution qui détruit petit à petit les commerces des centres villes partout en France. Un emploi créé dans la grande distribution en fait perdre entre 3 et 4 selon les études dans les commerces traditionnels, plus qu'internet (2,2 emplois).

Le président de l'AVAMBD a dit samedi lors de la manifestation contre le PPRM qu'il y avait 53 commerces fermés sur le seul côté droit des rues Gambetta et Cayrade de la Vitarelle à la place Decazes. C'est sûrement malheureusement vrai.

Les commerçants de Capdenac et de Figeac sont très mécontents des ouvertures dominicales de la grande distribution et les élus locaux ont eux, promis de s'en occuper.

A Villefranche, la CCI note un effondrement des commerces en centre ville essentiellement du à la création de zones commerciales en périphérie. Les zones commerciales se concurrencent même entre-elles. La route de Montauban est en train de vampiriser toute la chalandise et on constate une baisse globale de 7 % des chiffres d'affaires. Et il y a de plus un projet d'Intermarché au Mas de Souyri !

A Decazeville, vous êtes en train de désorganiser complètement l'offre commerciale de la ville en favorisant la création d'un pôle commercial le long de la RD 840, d'abord à Fontvergnes, puis sur la zone du centre.

 

Partout en France, de nombreuses personnes disent que cela suffit ! Il faut arrêter la construction de centre commerciaux en périphérie des villes, près des axes routiers.

Un conseiller auprès des collectivités locales et délégué de l'Institut des Territoires, demandait récemment dans une tribune dans « Les Echos » de ne plus verser un centime aux communes inscrites dans les programmes « Action, cœur de ville » qui ont des projets de création ou d'extension de centres commerciaux en périphérie de ville. En Occitanie, 14 villes sur 25 bénéficiaires de ce programme ont des projets d'extension ou de création commerciale en périphérie dont Albi, Cahors... et Villefranche.

decazeville - panneau bourg centre -CRO.jpgL'auteur de cette tribune n'a pas parlé des communes bénéficiaires des programmes « AMI Centre-Bourg », comme Decazeville, mais c'est la même chose.

Il faut bien sûr arrêter de donner l'autorisation d'ouvrir le dimanche à la grande distribution, mais il faut aussi réfléchir à un développement harmonieux du commerce sur notre territoire en favorisant en priorité le commerce de centre ville.

Je voterai donc contre cette dérogation. »

 

Je dois rajouter que ce n'est pas la première que je m'oppose à ce projet de centre commercial dans la zone du centre puisque lors du dernier conseil municipal, je m'étais opposé à la décision du maire d'ester en justice contre le groupe Casino. En effet, les activités économiques et la zone du centre sont du ressort de la Communauté de communes qui a déjà choisi d'ester en justice contre le groupe Casino. C'est donc une fois de plus une dépense inutile de l'argent des contribuables par la commune de Decazeville.

Je m'étais également opposé à la vente de terrains pour un équipement commercial au giratoire de Fontvergnes en septembre dernier.

Sans parler du déplacement du Crédit Agricole, locomotive commerciale de la rue Cayrade, déplacé au fond de la place Decazes, en face de Géant Casino.

Tous ces équipements vont bien sûr désorganiser l'offre commerciale sur notre ville au profit des commerces situés en périphérie de la ville et le long de la RD 840, et pénaliser un peu plus les commerces du centre ville.

Cette offre commerciale en périphérie des centres villes inquiète bien sûr les élus écologistes. La candidate écologiste de Montpellier, Clothilde Ollier, s'oppose également à un énième centre commercial en dehors de la ville, appelé pompeusement « Ode à la Mer ». Pour la soutenir, Franck Gintrand, l'auteur de la tribune sur Les Echos et auteur d'un livre : « Le jour où les zones commerciales auront dévorés nos villes », est venu à Montpellier dernièrement.

 

sainte-foy.jpeg

Le deuxième point où je me suis exprimé concernait la participation financière de la commune à l'école privée Sainte-Foy. Voici, ci dessous, le texte de mon intervention :

« Comme nous sommes en fin de mandat, c'est l'occasion de faire un bilan des subventions accordées durant tout votre mandat à cette école privée.

FINANCEMENT SAINTE-FOY 2014-2019 -JLC.jpg

Vous avez d'abord décidé en 2014 d'accorder à cette école une subvention pour les élèves de maternelle alors que la loi ne l'oblige pas. Cette largesse pour cette école privé à un coût important puisque 42 240,00 € du budget de la commune y ont été consacré en six ans.

La dotation par élève de l'élémentaire de cette école privée a aussi fortement augmenté passant de 521,00 € en 2013, à 726,00 € en 2014, 526,00 en 2015, 672,99 € en 2016, 606,00 € en 2017, 560,06 € en 2018. Vous nous proposez cette année de donner 624,03 € par élève.

En même temps, on s'aperçoit que le nombre d'élève à considérablement augmenté passant de 29 élèves en 2013 à 43 élèves en 2019. Peut-être est-ce du à l'augmentation des subventions municipales ? En tout cas, nous n'avons aucune preuve de ce nombre d'élèves.

Les moyens financiers donnés à une école privée sont des moyens en moins donnés à l'école publique et constitue même une concurrence déloyale à l'école publique. L'argent public doit d'abord aller aux structures publiques si nous voulons défendre et garder nos école communales.

Si l'on comptabilise le surplus que vous avez donné en six ans à cette école privée, nous sommes à 82 729,63 €. Nous sommes loin des chiffres de l'inflation sur cette période.

Alors que vous vous posez en parangon de l'orthodoxie budgétaire, ce dépassement montre que votre vision dogmatique passe au dessus des d'une gestion rigoureuse de l'argent public.

Je voterai donc contre ces participations à l'école Sainte-Foy. »

 

Photos et tableau : jlc


En savoir plus : Vivre à Decazeville et sa région

Vous serrez aussi intéressez par : ,,,